Magic Never Dies :: 
L'élite & les rouages
 :: Ministère de la Magie :: Atrium
Partagez


profil +
Message
L'innocence des coupables d'hier   L'innocence des coupables d'hier EmptyLun 19 Nov - 19:08

L'atrium du Ministère était plutôt vide ce jour. Seul quelques passants allaient et venaient, foule diffuse opposée à celle dense qui l'emplissait certaines fois. Des employés qui s'activaient croisaient leurs rares visiteurs. Parmi eux Héra Greengrass et Rosalind Fawley qui s'y étaient dirigées après avoir discuté longuement. Elles s'étaient retrouvées au Chaudron Baveur afin que l'écrivaine puisse exposer à sa compagne en quoi elle avait besoin d'elle. Au terme de la conversation, aller fouiller dans les archives auxquelles elles n'avaient légalement pas accès pour en découvrir le contenu leur avait semblé être une bonne idée.

Héra n'était pas convaincue. Elle connaissait à peine sa camarade de fortune, ce n'était pas comme lorsqu'elle s'était trouvée en présence de Drago. Les deux situations étaient diamétralement différentes et celle-ci la mettait mal à l'aise. Rien à voir avec l'angoisse teintée d'excitation qu'elle avait pu ressentir lors de sa précédente visite. La seule raison pour laquelle elle l'accompagnait n'était en réalité pas pour l'aider mais pour ses investigations personnelles. Elle avait en effet promit d'aider Céleste, et avait là l'opportunité de subtiliser le dossier de sa sœur – s'il s'y trouvait. Il était impensable de passer à côté d'une telle opportunité.

Pour autant elle prêterait bel et bien main forte à la rouquine. Son histoire l'avait intriguée, et au-delà de ça, la manière dont le Ministère gérait ses affaires. Elle ne lui avait bien entendu pas fait part de ses doutes mais s'interrogeait depuis quelques temps. Les autorités pouvaient parfois prendre de trop grandes libertés lorsque le climat se troublait. Mieux valait-il prévenir que guérir un régime dictatorial qu'elle avait toujours redouté de se voir instaurer. Peu importait ses soupçons, elle n'accuserait pas sans preuve, raison pour laquelle il fallait guetter l'apparition de celles-ci.

Dissimulant ses pensées, Héra fronça les sourcils en se tournant vers sa complice.

"- Ça aurait été plus simple s'il y avait eu plus de monde. On risque de nous remarquer.

Si Perkins n'avait pas donné une excuse au blond justifiant sa présence lors de leur excursion, ils se seraient sans aucun doute fait virer. Heureusement elle avait aussi son joker : Félix. Elle n'aurait qu'à dire qu'elle avait rendez-vous avec lui, comme fréquemment ces derniers temps, si on l'interpellait. L'auror lui devait bien de la couvrir après ce qu'elle avait fait pour lui … Sans les informations qu'elle lui avait données l'enquête aurait piétiné encore longtemps.

- Peu importe. Prenons l’ascenseur. "

Normalement, elles devraient parvenir à entrer sans trop de difficulté. Personne ne les surveillait et elles faisaient tout pour ne pas paraître suspectes.



Sage comme un orage.
Elle mentait à tous. À sa famille, à ses amis, aux inconnus. Elle mentait au temps, aux lieux, au monde. Elle mentait à son passé, à son présent, à son futur. Mais surtout, elle se mentait à elle-même.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t195-pages-colorees-d-hera-greengras?highlight=h%C3%A9ra http://www.magicneverdies-rpg.com/t174-allee-des-embrumes-hera-greengrass?highlight=h%C3%A9ra http://www.magicneverdies-rpg.com/f286-studio-d-hera-greengrass http://www.magicneverdies-rpg.com/t142-hera-greengrass-un-monde-sombre-dans-lequel-sourire?highlight=h%C3%A9ra


profil +
Message
Re: L'innocence des coupables d'hier   L'innocence des coupables d'hier EmptyLun 26 Nov - 15:46





L' INNOCENCE DES COUPABLES D'HIER
Héra Greengrass

Rosalind avait longuement hésité avant d'envoyer un hibou à Héra Greengrass. Elle ne connaissait pas cette femme, l'ayant vaguement croisée à l'école. En vérité, elle la trouvait terne et fade à l'époque, assez insignifiante pour qu'elle ne cherche pas à faire connaissance avec elle. Pourtant, la sachant amie avec Pansy, au fil des années, elle avait appris à réviser de loin son jugement. Héra parlait peu mais quand elle le faisait, sa capacité fine d'analyse et de raisonnement devenait évidente. Ses observations en cours d'astronomie avait souvent laissé Rosalind pantoise et secrètement admirative, elle qui excellait aussi en la matière. Une intelligence et un regard particulier qui semblaient s'être développés avec le temps si on en croyait ses articles de la Gazette. Lors de leur rencontre impromptue au cimetière, Rosalind, quoique sonnée, n'avait pas menti : elle appréciait et suivait le travail de la journaliste.

L'écrivaine ne s'était jamais vraiment préoccupée de politique, du moins, pas de la politique actuelle, se passionnant plus aisément pour des faits et des intrigues d'un lointain passé. Pourtant, la rencontre avec Elza Rowle lui avait laissé un goût amer et, pour la première fois, elle s'était posé la question de sa place dans cette communauté magique en reconstruction. Oui, bien sûr, depuis son retour, elle avait vu des Sorciers se renfermer quand elle déclinait son identité. Elle avait vu les gens scruter, plus ou moins discrètement, son avant-bras, tentant de deviner ce qui se dessinait sous le velours de ses manches. Tout d'abord offusquée, elle s'était accommodée de ce type de réaction, les traitant avec le snobisme approprié. Peut-être que, malgré la guerre, elle avait gardé l'illusion que son ascendance lui conserverait toujours un certain statut, pensant naïvement que les torts des siens avaient déjà été payés. En tous cas, que elle, n'ayant pas pris part à cette guerre, ne serait pas inquiétée. De la candeur ou de l'arrogance. Probablement un peu des deux.

Mais en vérité, l'interrogatoire de l'Auror l'avait laissée inquiète et, fait nouveau, ce n'était pas que pour elle qu'elle se faisait du souci. Sa grand-mère Hélianthe, pleine de vie malgré son grand âge, restait tout de même fragile : isolée, ses deux fils partis loin, l'un en France, l'autre en fuite... Son cousin, Casper, instable, se remettait à grand peine de ces années de guerre et de l'internement forcé qui avait suivi... Quant à ses grand-parents Rosier... Leur aînée était morte, et leur cadette depuis longtemps disparue. De nouvelles enquêtes ne créeraient que des souffrances supplémentaires, rouvriraient des plaies qui peinaient déjà à se refermer et cela, Rosalind ne pouvait l'admettre. Si le Ministère prévoyait de traquer leurs moindres faits et gestes, de s'autoriser à passer au peigne fin leurs douloureux souvenirs, le tout sous la base de soupçons infondés, la jeune Fawley voulait le savoir.

Avec pudeur, c'est ce qu'elle avait exposé à Héra Greengrass au Chaudron Baveur. Taiseuse mais attentive, le visage indéchiffrable, la journaliste l'avait écoutée et, pour finir, lui avait proposé de l'accompagner aux archives du Ministère. Rosalind se doutait que l'historienne aurait accès à des informations dont elle-même ne disposait pas, mais elle ne s'attendait pas à une telle proposition. D'abord muette de surprise, elle avait fini par acquiescer. Elle prendrait ce risque.

* * *

Peu causante au Chaurdron Baveur, Greengrass ne l'était pas plus alors que les deux Sorcières avançaient sur le sol dallé de l'Atrium. Rosalind pouvait sentir la légère tension qui émanait de sa compagne et elle-même faisait de son mieux pour masquer sa nervosité.

- Ça aurait été plus simple s'il y avait eu plus de monde. On risque de nous remarquer.

Peut-être. Mais après tout, tant qu'elles ne se trouvaient pas encore dans les sections interdites au public, elles ne risquaient rien. Fawley pourrait toujours prétexter une démarche administrative incomplète, ou bien, en dernier recours, prétendre se rendre au Bureau des Aurors pour révéler de nouvelles informations sur son oncle, ancien Mangemort en fuite. Elle inspira. Tout irait bien. Elle savait mentir, et était une comédienne sociale accomplie. Tout irait bien.

- Peu importe. Prenons l’ascenseur.

Ce qu'elles firent. Rosalind déchiffra brièvement les indications inscrites dans l’ascenseur et appuya sur l'interrupteur indiquant "-2". Elle sourit à Héra avec un brin de nervosité avant de se redresser, parée à faire face à toute interruption de leur quête. En d'autres circonstances, elle aurait été encline à faire la conversation à la journaliste, mais elle n'avait que l'objet de leur venue en tête, et ce dernier n'était, évidemment, pas à évoquer à haute voix. Aussi resta-t-elle silencieuse.


Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t599-journal-de-rosalind-fawley http://www.magicneverdies-rpg.com/t596-chemin-de-traverse-voliere-de-rosalind-fawley http://www.magicneverdies-rpg.com/f237-rosalind-fawley http://www.magicneverdies-rpg.com/t586-rosalind-fawley http://www.magicneverdies-rpg.com/t594-inventaire


profil +
Message
Re: L'innocence des coupables d'hier   L'innocence des coupables d'hier EmptyLun 26 Nov - 19:17

Rosalind lui emboîta donc le pas, silencieuse, et elles parvinrent à entrer dans l’ascenseur sans encombre. Nul ne faisait attention à elles. Peut-être parce qu'elles ne paraissaient pas suspectes, peut-être parce que le personnel était trop occupé. Une telle négligence lui semblait inconcevable dans de pareilles conditions, mais elle ne savait s'en plaindre. L’incompétence partielle du Ministère lui était bien utile après tout. Ça restait inquiétant : qui d'autre pouvait accéder aux différents départements du bâtiment et documents qu'ils contenaient ? Si elles y parvenaient sans avoir à ruser, tout le monde. Ce n'était pas rassurant, ces infos valaient, beaucoup, et pas qu'en terme de gallions.

Héra avait l'impression de devenir paranoïaque ces derniers temps. La disparition de Sélène remontée à la surface par son enquête avec Félix, le voyage mystérieux de Drago et l'évasion probable de la sœur de Céleste lui donnaient tant de raisons d'angoisser. Sans compter celles que les autorités leurs livraient directement. Quels secrets encore dissimulaient-ils ? La situation pouvait être absolument catastrophique. Critique. Et personne n'en savait rien.

Alors que la cabine avait été animée d'un léger soubresaut, elle s'immobilisa. Les portes se rouvrirent lentement. La journaliste ferma les yeux en expirant, peu désireuse de découvrir le visage de celui qui pourrait les expulser.

" - Miss ... Miss Greengrass, c'est cela ?

Surprise, elle rouvrit les yeux pour observer son interlocuteur. Cette voix ne lui était pas inconnue mais elle ne parvenait à retrouver l'identité de son propriétaire. Elle était persuadée de l'avoir déjà rencontré, et il connaissait son nom. Qui était-il alors ?

- Mister Perkins, vous vous souvenez ? Nous sommes rencontrés alors que vous accompagniez votre fiancé à l'un de nos rendez-vous. Vous nous aviez d'ailleurs quittés bien abruptement.

Ça lui revenait. Elle faillit exploser de rire tant elle était gênée. La situation l'avait déjà mise mal à l'aise en présence de son supposé fiancé, mais c'était encore pire lorsqu'il était absent. Elle devait tout de même jouer le jeu si elle ne voulait pas qu'il saisisse la supercherie à laquelle il avait assisté quelque mois auparavant.

- Oh, bien sûr ! Je n'avais même pas eu le temps de m'excuser, mais j'avais une urgence. "

Celle de devoir rapidement cacher le dossier qu'elle avait volé sur les Malefoy, et surtout s'éloigner du blond qui l'avait vu le subtiliser. Elle s'était enfuie en vitesse avant qu'il ne puisse le lui reprocher. D'ailleurs, elle l'avait suffisamment regretté pour ne plus jamais se moquer de lui de la sorte.

Faisant bien attention à ne pas croiser le regard de Rosalind, elle espérait se libérer au plus vite des entraves de l'habitacle qui s'était remis en marche.

Lancer de dès:
 



Sage comme un orage.
Elle mentait à tous. À sa famille, à ses amis, aux inconnus. Elle mentait au temps, aux lieux, au monde. Elle mentait à son passé, à son présent, à son futur. Mais surtout, elle se mentait à elle-même.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t195-pages-colorees-d-hera-greengras?highlight=h%C3%A9ra http://www.magicneverdies-rpg.com/t174-allee-des-embrumes-hera-greengrass?highlight=h%C3%A9ra http://www.magicneverdies-rpg.com/f286-studio-d-hera-greengrass http://www.magicneverdies-rpg.com/t142-hera-greengrass-un-monde-sombre-dans-lequel-sourire?highlight=h%C3%A9ra


profil +
Message
Re: L'innocence des coupables d'hier   L'innocence des coupables d'hier EmptyLun 26 Nov - 19:17

Le membre 'Héra Greengrass' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé à 4 faces' :
L'innocence des coupables d'hier 115

Voir le profil de l'utilisateur


profil +
Message
Re: L'innocence des coupables d'hier   L'innocence des coupables d'hier EmptyLun 26 Nov - 20:01





L' INNOCENCE DES COUPABLES D'HIER
Héra Greengrass

À peine avait-elle entamé leur descente que l’ascenseur s'arrêta, juste un étage plus bas. Pour deux malheureuses stations les séparant des archives, c'était bien leur veine... Les portes s'ouvrirent et Rosalind s'attacha à se persuader qu'elle avait tout à fait le droit d'être là, que rien ni personne ne pourrait remettre cette conviction en cause et sourit avec charme au Sorcier qui leur faisait désormais face. Le visage de l'innocence joyeuse et le rythme cardiaque de la culpabilité. Un peu surpris, le nouveau venu sourit instinctivement à Fawley, et son regard dériva bien vite vers Héra alors qu'il montait dans l'habitacle.

- Miss ... Miss Greengrass, c'est cela ?

Rosalind haussa imperceptiblement les sourcils, les yeux fixés sur les portes qui se refermaient, masquant son inquiétude. Si l'employé reconnaissait Héra... il ne lui faudrait pas deux minutes pour en déduire qu'elle n'avait rien à faire non accompagnée dans cet ascenseur et bientôt, on s'empresserait de questionner l'écrivaine quant aux raisons de sa présence en ses lieux.

- Mister Perkins, vous vous souvenez ? Nous sommes rencontrés alors que vous accompagniez votre fiancé à l'un de nos rendez-vous. Vous nous aviez d'ailleurs quittés bien abruptement.

Ainsi, Greengrass était fiancée ? Des circonstances insolites pour une telle nouvelle. Enfin, nouvelle... Pour ce qu'elle en savait, la journaliste était peut-être fiancée depuis longtemps. Elle retînt l'impulsion de se tourner vers elle pour lui offrir ses félicitations, réflexe poli d'une éducation stricte et mondaine, et comme ledit Perkins ne lui prêtait aucune attention, elle sortir un poudrier de son sac à main, et fit mine d'inspecter le maquillage de ses lèvres.

- Oh, bien sûr ! Je n'avais même pas eu le temps de m'excuser, mais j'avais une urgence.

Au moins, Perkins ne semblait pas troublé de découvrir Héra entre deux étages du Ministère et Rosalind sentit sa respiration reprendre un rythme à peu près régulier. Au prochain arrêt, elles descendraient toutes deux et se dirigeraient vers les archives et là... Là... Elles improviseraient. L'adrénaline qui pulsait dans ses veines lui rappela un vieux souvenir mais elle ne parvenait pas à le saisir. Une sensation étrange de déjà-vu.

Et le sémillant Perkins de reprendre la parole, son attention toute tournée vers Héra à qui il parlait soudain comme à une vieille camarade.

- Alors ? Vous devez être en pleine préparation du mariage, c'est bien ça ? La date approche si je ne m'abuse ! Oh, ça ne me rajeunit pas tout ça mais, je me souviens que Pimprenelle et moi ne savions plus où donner de la tête à l'époque ! Entre le traiteur, la musique, les cartons d'invitations... Et je ne vous parle même pas du plan de table...

Dans le reflet de son poudrier, Rosalind voyait l'embarras se dessiner en filigrane sur le visage de la journaliste historique. Mais heureusement, les portes de l'ascenseur s'ouvrirent de nouveau. Étage -2. Elles étaient arrivées. Sans attendre sa compagne, préférant feindre de ne pas la connaître, Rosalind sortit de l'habitacle, le pas allègre. Elle entendit Héra prendre congé de l'employé Perkins avant de la rattraper.

- Oh, mais ne vous en faites pas ! Je descends ici aussi !, eut tout de même eu le temps de lancer le petit homme, sortant précipitamment avant que les portes ne se referment et que l'ascenseur ne reprenne sa descente vers les abysses du Ministère.

Fawley, qui avait espéré se retrouver seule avec Héra, ne serait-ce que pour lui demander la direction des archives, serra ses deux mains sur la lanière de son sac à mains. Elle continua à avancer dans le couloir, souriante et veillant à ne pas distancer Greengrass.

- D'ailleurs, vous passerez le bonjour à votre fiancé, n'est-ce pas ?


Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t599-journal-de-rosalind-fawley http://www.magicneverdies-rpg.com/t596-chemin-de-traverse-voliere-de-rosalind-fawley http://www.magicneverdies-rpg.com/f237-rosalind-fawley http://www.magicneverdies-rpg.com/t586-rosalind-fawley http://www.magicneverdies-rpg.com/t594-inventaire


profil +
Message
Re: L'innocence des coupables d'hier   L'innocence des coupables d'hier EmptyLun 26 Nov - 20:54

Les trajets dans ces ascenseurs étaient habituellement d'une rapidité surprenante, mais ce jour, il s'éternisait. Et ce au plus grand déplaisir d'Héra. Perkins refusait de se taire, parlant et parlant encore, la laissant à peine répondre. Ça ne dérangeait pas la demoiselle – bien au contraire – qui n'aurait su que lui dire.

" - Alors ? Vous devez être en pleine préparation du mariage, c'est bien ça ? La date approche si je ne m'abuse ! Oh, ça ne me rajeunit pas tout ça mais, je me souviens que Pimprenelle et moi ne savions plus où donner de la tête à l'époque ! Entre le traiteur, la musique, les cartons d'invitations... Et je ne vous parle même pas du plan de table...

Elle lui offrit un sourire compatissant. Même s'il ne semblait pas des plus intelligents il avait un petit quelque chose d'attendrissant. Sa nostalgie, sa naïveté, elle ne savait pas trop.

- Je serais ravie de poursuivre cette conversation, mais un autre jour peut-être. Je descend ici et je suis attendue.

Elle avait réussit à éluder et espérait échapper à l’interrogatoire mais le sorcier la suivit hors de la cabine, pressant le pas pour la rattraper.

- Oh, mais ne vous en faites pas ! Je descends ici aussi !

Retenant un soupire, l'historienne observa Rosalind s'éloigner. Celle-ci avançait lentement, mais à ce rythme-là elle ne la rejoindrait jamais. Elle devrait utiliser son joker plus tôt que prévu.

- Je dois rejoindre Félix Harrington, et vous devez savoir comme il a horreur qu'on le fasse attendre. Mais ce fut un plaisir de vous parler.

- Oh, il n'est effectivement pas des plus commodes. J'ai pu le constater les quelques fois où j'ai dû travailler avec lui. Je vous libère ! En vous félicitant encore, Miss Greengrass. D'ailleurs, vous passerez le bonjour à votre fiancé, n'est-ce pas ?

- Bien évidemment ! Assura Héra en s'éloignant. Faîtes-en de même avec votre femme. Bonne journée à vous !

Alors qu'elle s'imaginait en être définitivement débarrassé, le vieillard l'interpella à nouveau. Agacée, elle se retourna pour l'écouter. Elle était presque à la hauteur de sa complice désormais et  ne voulait plus que la rejoindre et commencer avec elle ses investigations.

- En plus de mes salutations, pourriez-vous transmettre une demande de ma part à Mister Malefoy ? Il faudrait qu'il revienne me voir, j'ai de nouvelles informations à lui apporter. "

Il l'avait fait. Il l'avait dit. La Greengrass ne savait décidément pas où se mettre et ne voulait plus croiser la Fawley et surtout, surtout pas son regard. Pourtant elle devait poursuivre son expédition à ses côtés. Ce serait terriblement gênant – ça l'était déjà. Elle savait que la serpentard était une grande amie de Drago, l'ayant remarqué à Poudlard et entendu par Pansy en plus de ça. Peu importe ce qu'elle en déduisait, la brune était embarrassée au plus haut point.

Heureusement pour elle – ou pas, suivant ce qu'il voulait – un jeune homme les aborda, ne leur laissant nullement le temps d'échanger sur ce qu'il venait de se produire. Elle eut à peine le temps de hocher la tête en direction de Perkins qui - enfin -déguerpissait.

Lancer de dès:
 



Sage comme un orage.
Elle mentait à tous. À sa famille, à ses amis, aux inconnus. Elle mentait au temps, aux lieux, au monde. Elle mentait à son passé, à son présent, à son futur. Mais surtout, elle se mentait à elle-même.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t195-pages-colorees-d-hera-greengras?highlight=h%C3%A9ra http://www.magicneverdies-rpg.com/t174-allee-des-embrumes-hera-greengrass?highlight=h%C3%A9ra http://www.magicneverdies-rpg.com/f286-studio-d-hera-greengrass http://www.magicneverdies-rpg.com/t142-hera-greengrass-un-monde-sombre-dans-lequel-sourire?highlight=h%C3%A9ra


profil +
Message
Re: L'innocence des coupables d'hier   L'innocence des coupables d'hier EmptyLun 26 Nov - 20:54

Le membre 'Héra Greengrass' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé à 4 faces' :
L'innocence des coupables d'hier 218

Voir le profil de l'utilisateur


profil +
Message
Re: L'innocence des coupables d'hier   L'innocence des coupables d'hier EmptyLun 26 Nov - 21:57





L' INNOCENCE DES COUPABLES D'HIER
Héra Greengrass

Peut-être n'était-il pas méchant ce cher Mister Perkins, probablement pas d'ailleurs. Par contre, il semblait bien décidé à tenir la jambe de Greengrass le plus longtemps possible et Rosalind sentait l'angoisse revenir au triple galop pour lui tordre l'estomac. Le plus longtemps elles passeraient dans ses murs, leurs chances de passer inaperçues s'amenuiseraient en proportion. Si elle avait su où se trouvait les archives, Fawley aurait, à contre-cœur, jouer les éclaireuses en espérant qu'Héra la rejoigne rapidement, mais malheureusement, elle l'ignorait. Et si elle voulait se faire passer pour une employée de l'institution il n'était pas question de demander l'emplacement d'une section probablement connue de tous... S'efforçant de ne pas marcher trop vite pour laisser Héra la possibilité de la rattraper, Rosalind écoutait sans avoir l'air la fin de la litanie de Perkins.

- En plus de mes salutations, pourriez-vous transmettre une demande de ma part à Mister Malefoy ? Il faudrait qu'il revienne me voir, j'ai de nouvelles informations à lui apporter.

Un frémissement se glissa dans les pas de Rosalind, remontant le long de la colonne vertébrale et, toujours cramponnée à son sac, elle se sentit soudainement glacée. "En plus de mes salutations", "Mister Malefoy". Mais... Le fiancé dont Perkins et Greengrass parlaient plus tôt, c'était... Drago ?! Drago était fiancé ?! À Héra Greengras ?! Une pelote d'épingles se forma dans la gorge de la rouquine alors qu'elle s'efforçait de demeurer naturelle. Pansy était-elle au courant ? Mais, elles n'en avaient jamais parlé. Et... Drago... Eh bien, Drago était très occupé et lors de leurs rares, trop rares entrevues, il n'en avait jamais fait mention. Au contraire, il avait prétendu ne pas vouloir s'engager.

Un maelstrom d'émotions avait pris possession de la jeune femme qui se battait de toutes ses forces pour ne rien laisser paraître. Sourire poli accroché aux lèvres, posture droite, un pas après l'autre. Se concentrer sur la tâche à accomplir. Mettre cette nouvelle de côté jusqu'à ce qu'elle ait le loisir de la... méditer.

Elle ne se retourna pas vers Greengrass, la sentant proche malgré tout. Une présence qui lui était inconfortable au plus haut point.

- Fawley ?

Une voix, surgie de l'embrasure d'une porte, la stoppa net, et prenant le temps d'inspirer profondément, elle se retourna légèrement vers la personne qui l'avait interpellée.

- Rosalind ? C'est bien toi ?

Le Sorcier qui avait parlé avec un fort accent français lui était familier, mais elle ne savait plus qui... Oh ! Comment c'était déjà ? Dupré ? Delpré ? Ce garçon... et ce banc dans les jardins de Beauxbâtons. Le voir en ces lieux et le souvenir qu'il amenait avec lui était si incongru qu'elle aurait pu éclater de rire. Drago fiancé et Julien (était-ce Julien ?) Delpré dans les couloirs du Ministère de la Magie alors qu'elle s'apprêtait à consulter illégalement le dossier de sa propre famille. Décidément, ça commençait à faire beaucoup.

- Julien ! C'est incroyable de te voir ici ? Comment vas-tu ?, s'enquit-elle, tout sourire.

Le Sorcier ne lui avait pas laissé un souvenir impérissable, cela dit, elle ne voulait pas paraître suspecte et préféra jouer le jeu avant de trouver une occasion de poursuivre sa route.

- Je vais bien, très bien même ! Je suis ici en formation! Je suis employé des archives au Ministère de la Magie Française, se rengorgea-t-il en s'approchant de la rouquine, et pour accélérer mon avancement, on m'a conseillé de passer quelques temps ici. Pour la langue, tu comprends...

Son regard glissa vers la bouche de Rosalind.

- Et toi, Rosa, tu vas bien ? Tu es splendide, si je puis me permettre...

- Oui, je vais bien, répondit-elle en feignant un petit rire coquet. Je te présente ma cousine, ajouta-t-elle avec un mouvement de la main vers Greengrass et elle en profita pour poser délicatement la main sur l'avant-bras de Delpré. Mais tu... tu travailles aux archives ? C'est formidable..., dit-elle, les yeux éperdus d'admiration. Je suis historienne tu sais et rien que l'idée de pouvoir évoluer au milieu d'une telle collection d'ouvrages en tous genres...

Elle n'était pas sûre de son coup. Peut-être était-ce le choc de découvrir que Drago était engagé à une autre. Ou bien l'angoisse de se faire prendre. Ou. Bref, elle tentait son va-tout.

- Tu sais, dit-il à voix basse en se penchant vers Rosalind, seules quelques rares personnes peuvent se rendre librement dans les archives et... il se trouve que j'en fais partie. Si tu veux, je peux te montrer à quoi ça ressemble...


Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t599-journal-de-rosalind-fawley http://www.magicneverdies-rpg.com/t596-chemin-de-traverse-voliere-de-rosalind-fawley http://www.magicneverdies-rpg.com/f237-rosalind-fawley http://www.magicneverdies-rpg.com/t586-rosalind-fawley http://www.magicneverdies-rpg.com/t594-inventaire


profil +
Message
Re: L'innocence des coupables d'hier   L'innocence des coupables d'hier EmptyLun 26 Nov - 22:56

Le sorcier – un français, d'après son accent – se révéla être une connaissance de Rosalind qui confia être pour un temps en stage au Ministère anglais. C'était aux archives, justement, qu'il avait été affecté … Il pouvait les faire y entrer sans craindre d'être réprimandé, ce qu'il leur proposa, conséquence d'un numéro de charme à peine dissimulé de la Fawley. Héra les accompagnerait logiquement puisqu'elle avait été présentée comme la cousine de la rouquine. Leur mission se révélait bien plus aisée que prévue. Enfin, elles n'étaient pas encore à l'intérieur. Il leur fallait attendre quelques minutes avant de pouvoir crier victoire.

Leur équipe traversa le couloir, le trajet semblant interminable. Chacun de leurs pas résonnaient avec dureté contre les murs sombres, sonnant comme d'énièmes menaces aux oreilles de la plus jeune. C'était presque si elle frissonnait en les entendant. La conversation que menait toujours les deux amis – l'avaient-il été, l'étaient-ils ? - ne lui parvenait pas, ou elle n'arrivait pas à se concentrer sur celle-ci. Restant silencieuse elle ne pouvait s'empêcher de penser, encore à sa précédente visite. Le ton avait été bien moins grave. Elle avait plaisanté avec Drago, en grande partie sur cette histoire de fiançailles. Ça ne lui déplaisait pas qu'on la pense liée ainsi à quelqu'un. Seul le nom de son pseudo-partenaire la dérangeait. Déjà, parce qu'elle n'entretenait pas pour lui les sentiments que nécessitaient un mariage. Il n'était que son ami, un ami proche auquel elle tenait excessivement, mais un ami tout de même. Jamais il n'avait été question qu'il en soit autrement et ni l'un ni l'autre ne s'était imaginé le contraire. Ce baiser qu'ils avaient échangé n'avait été qu'une erreur de parcours dont elle n'expliquait toujours pas la provenance. Peu importait, en nier l'existence c'était l'effacer à moitié. Pourtant elle  ressentait encore son empreinte qui lui avait été moins désagréable qu'elle ne voulait bien se l'avouer.

Tout ça la ramenait forcément à ce qu'elle avait commis de plus répréhensible lorsqu'ils étaient venus ensembles. Cette histoire de dossier. Elle n'oubliait pas la froideur, la violence du blond. Ni la facilité déconcertante avec laquelle elle lui avait pardonné. Lui aussi avait été compréhensif, peut-être parce qu'il avait su saisir sa sincérité. Peu de personne l'aidaient vraiment, si ce n'était aucune, et elle avait dû parvenir à compenser avec ce soutien qu'elle tentait de lui apporter. La preuve avec cette lettre qu'il lui avait montré le jour où il était venu s'excuser. Elle avait mal agit mais s'étaitexpliquée lors de leur dispute. Et il avait comprit.

La brune était toute à sa réflexion lorsqu'ils passèrent devant la femme à l'accueil, la même qu'elle avait déjà croisée, ne parvenant à s'inquiéter qu'elle les arrête ou non. Elle était submergée par tout autre chose que la peur désormais même si son angoisse ne s'estompait pas.

Lancer de dès:
 



Sage comme un orage.
Elle mentait à tous. À sa famille, à ses amis, aux inconnus. Elle mentait au temps, aux lieux, au monde. Elle mentait à son passé, à son présent, à son futur. Mais surtout, elle se mentait à elle-même.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t195-pages-colorees-d-hera-greengras?highlight=h%C3%A9ra http://www.magicneverdies-rpg.com/t174-allee-des-embrumes-hera-greengrass?highlight=h%C3%A9ra http://www.magicneverdies-rpg.com/f286-studio-d-hera-greengrass http://www.magicneverdies-rpg.com/t142-hera-greengrass-un-monde-sombre-dans-lequel-sourire?highlight=h%C3%A9ra


profil +
Message
Re: L'innocence des coupables d'hier   L'innocence des coupables d'hier EmptyLun 26 Nov - 22:56

Le membre 'Héra Greengrass' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé à 4 faces' :
L'innocence des coupables d'hier 115

Voir le profil de l'utilisateur


profil +
Message
Re: L'innocence des coupables d'hier   L'innocence des coupables d'hier EmptyLun 26 Nov - 23:32





L' INNOCENCE DES COUPABLES D'HIER
Héra Greengrass

Emboîtant le pas de Julien, les deux Sorcières traversèrent sans encombre les quelques couloirs qui les menèrent jusqu'à l'entrée des archives. Cet étage était construit de façon claire et logique et elles auraient probablement su trouver leur chemin sans mal. Pourtant, la présence de Delpré rassurait Rosalind au sens où il leur offrait un semblant de crédibilité.

Malgré cela, la jeune femme ne parvenait pas à se détendre. Elle répondait au bavardage courtois de son ancien camarade de Beauxbâtons, mais son esprit était ailleurs. Elle avait échangé un bref regard avec Héra, s'assurant que celle-ci la suivrait dans sa supercherie. Mais au doux visage de l'ancienne Serdaigle se superposait celui d'un séduisant blond qu'elle ne connaissait que trop bien et cette association lui retournait les entrailles.

-... Et donc je serais heureux de te revoir si tu habites au Chemin de Travers, Fawley. Tu pourras me faire visiter la ville peut-être ?

- Ah, euh... Oui, bien sûr ! Avec plaisir, Julien !

Le sourire qui se dessina sur le visage du jeune homme la fit se sentir presque coupable. Non, elle n'avait pas vraiment l'intention de le revoir. Enfin... C'est-à-dire qu'elle avait d'autres chats à fouetter pour le moment et d'ailleurs, voilà qu'ils arrivaient devant le bureau de la secrétaire aux archives.

Julien, tout sourire, se pencha vers l'employée, apparemment sûr de son charme et de son bagout, pourtant cette dernière semblait dubitative et fit signe aux deux jeunes femmes d'approcher.

- Je ne sais ce qu'a pu vous promettre Mister Delpré, mais les archives ne sont pas le lieu pour une promenade touristique.

Retenant son souffle, Rosalind considéra le regard désolé que lui tendait Julien et sentit la panique la gagner. Mais Greengrass prit les devants et, d'une voix parfaitement assurée, s'adressa à la sévère secrétaire.

- Oh, non, je crois qu'il y a méprise. Nous ne sommes pas là pour une simple visite ! Je collabore avec Mister Harrington dans le cadre d'une enquête, j'ai des connaissances qui lui servent étant donné que je suis historienne. Nous avons besoin néanmoins de plus amples informations sur des sujets précis, et il m'a demandé d'aller les rechercher dans les archives pendant qu'il continuait à travailler. Nous avons exposé notre demande à votre stagiaire qui a accepté de nous indiquer le chemin.

Une histoire toute différente que celle qu'elle avait laissé entendre à Julien, prétextant une candide curiosité pour les archives. À l'écoute de Greengrass, Delpré sembla perplexe et commença à ouvrir la bouche. Masquée par le corps d'Héra, Rosalind sortit discrètement sa baguette et la pointa vers le Français. "Confundo", murmura-t-elle le plus doucement possible, priant pour que la Sorcière assise derrière son bureau ne l'entende pas.

L'expression étonnée de Julien disparut de son visage pour laisser place à un vague sourire. Voyant la brèche dans le visage du stagiaire, Rosalind s'y engouffra et saisit Delpré par la manche de sa veste.

- Merci de ton aide, Julien ! Je t'envoie un hibou très vite, d'accord ?

- Oh... Mais... Mais tout le plaisir était pour moi ! Je... je crois que j'ai oublié quelque chose d'important sur mon bureau ! À plus tard Rosa !

Un sourire béat sur le visage, le Français s'éloigna à pas vif. Confus, et pourtant ravi. Si les choses pouvaient toujours être aussi simples...

La secrétaire les scruta quelques instants, puis, avec un soupir, leur fit un geste de la main et, de sa baguette, ouvrit la porte des archives.


Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t599-journal-de-rosalind-fawley http://www.magicneverdies-rpg.com/t596-chemin-de-traverse-voliere-de-rosalind-fawley http://www.magicneverdies-rpg.com/f237-rosalind-fawley http://www.magicneverdies-rpg.com/t586-rosalind-fawley http://www.magicneverdies-rpg.com/t594-inventaire


profil +
Message
Re: L'innocence des coupables d'hier   L'innocence des coupables d'hier EmptyMar 27 Nov - 19:55

La sorcière, austère, les fixa tandis qu'ils avançaient. Chignon serré et tailleur stricte, elle était on ne peut plus caricaturale. Elle se tenait droite et fière en les jaugeant. Les ridules de son visage s'étirèrent lorsqu'elle ouvrit la bouche pour les arrêter d'un ton sec :

" - Je ne sais ce qu'a pu vous promettre Mister Delpré, mais les archives ne sont pas le lieu pour une promenade touristique.

Héra s'était douté que ça ne serait pas si simple. Inspirant, elle arbora elle aussi une expression sérieuse pour se donner contenance. Elle devança ses compagnons en lui livrant la même histoire qu'à Perkins, ajoutant quelques précisions afin de crédibiliser son mensonge.

- Je collabore avec Mister Harrington dans le cadre d'une enquête, j'ai des connaissances qui lui servent étant donné que je suis historienne. Nous avons besoin néanmoins de plus amples informations sur des sujets précis, et il m'a demandé d'aller les rechercher dans les archives pendant qu'il continuait à travailler. Nous avons exposé notre demande à votre stagiaire qui a accepté de nous indiquer le chemin. "

La femme ne sourcilla pas face à ses explications, restant impénétrable. Elle finit par les laisser passer dans un soupir. La journaliste dissimula son soulagement. Elle avait craint qu'elle ne la croit pas, ou demande confirmation à Félix qui n'aurait jamais appuyé ses propos. C'était tout juste si elle ne se précipita pas dans les archives avant qu'elle ne se ravise.

Les étagères emplies de feuillets s’étendaient devant, rayons emplis de documents confidentiels et papiers noircis par le secret. Toutes les dissimulations du Ministère pouvaient être trahies par ces pages.

" - Merci d'avoir pensé à éloigner ton ami, chuchota-t-elle à Rosalind en poursuivant sur un tout autre sujet, j'ai un document à consulter et je viens t'aider à chercher. "

Elle entreprit de s'éloigner à la recherche du dossier de Diane. Son évasion y était-elle mentionnée ? Si c'était le cas, elle aurait enfin la preuve irréfutable que le mythe selon lequel plus personne ne pouvait s'échapper d'Azkaban était infondé.

Lancer de dès:
 



Sage comme un orage.
Elle mentait à tous. À sa famille, à ses amis, aux inconnus. Elle mentait au temps, aux lieux, au monde. Elle mentait à son passé, à son présent, à son futur. Mais surtout, elle se mentait à elle-même.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t195-pages-colorees-d-hera-greengras?highlight=h%C3%A9ra http://www.magicneverdies-rpg.com/t174-allee-des-embrumes-hera-greengrass?highlight=h%C3%A9ra http://www.magicneverdies-rpg.com/f286-studio-d-hera-greengrass http://www.magicneverdies-rpg.com/t142-hera-greengrass-un-monde-sombre-dans-lequel-sourire?highlight=h%C3%A9ra


profil +
Message
Re: L'innocence des coupables d'hier   L'innocence des coupables d'hier EmptyMar 27 Nov - 19:55

Le membre 'Héra Greengrass' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé à 4 faces' :
L'innocence des coupables d'hier 316

Voir le profil de l'utilisateur


profil +
Message
Re: L'innocence des coupables d'hier   L'innocence des coupables d'hier EmptyLun 24 Déc - 21:19





L' INNOCENCE DES COUPABLES D'HIER
Héra Greengrass

Des lampes répandant une lumière jaune étaient suspendues à intervalles réguliers au plafond de la salle des archives et pourtant ces sources de luminosité ne parvenaient pas à réchauffer l'atmosphère lugubre qui régnait dans la vaste pièce. Une pièce qui, d'ailleurs, paraissait sans fin. Probablement ensorcelée. Mais comment les deux jeunes femmes allaient-elles trouver ce qu'elles étaient venues chercher ?

- Merci d'avoir pensé à éloigner ton ami, lui fit Greengrass à voix basse, j'ai un document à consulter et je viens t'aider à chercher.

Rosalind n'eut pas le temps de protester, déjà la journaliste s'enfonçait dans les rayonnages couverts de boîtes diverses et de livrets en tous genres. La rouquine déglutit et, d'un pas mal assuré, s'approcha d'une des étagères. Il ne lui avait pas semblé voir une quelconque indication sur la manières dont ces archives étaient triées. Il y avait bien des lettres inscrites sur les étagères... Il était certain qu'elles faisaient référence à un système de classement mais sans la notice adéquate, à moins de disposer d'une potion de Felix Felicis, il semblait impossible de mettre la main sur un dossier en particulier. Car évidemment, rien n'était rangé en fonction d'un ordre alphabétique.

Cherchant comment elle pourrait trouver des informations sur sa famille, Rosalind déambula parmi les rayons poussiéreux, ouvrant au hasard quelques dossiers, sans rien trouver d'intéressant. Elle regrettait la présence d'Héra. La fiancée de Drago. Une nouvelle fois, Rosalind chassa bien vite cette pensée et se mit à marcher avec plus de vivacité dans les rayons. Les questions maritales attendraient. Elle n'avait pas fait tout ce chemin, courut tous ces risques pour rien. Elle inspira profondément. Y avait-il un sort qui lui permettrait de trouver son chemin parmi cette astronomique quantité d'archives ?

Une des étagères, non loin, affichait la lettre F. Mais aucun dossier intitulé "Fawley". Rosalind fronça les sourcils. Bien sûr, ça ne pouvait pas être simple, elle s'y attendait. Mais elle n'avait pas imaginé se sentir aussi dépourvue et impuissante.


Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t599-journal-de-rosalind-fawley http://www.magicneverdies-rpg.com/t596-chemin-de-traverse-voliere-de-rosalind-fawley http://www.magicneverdies-rpg.com/f237-rosalind-fawley http://www.magicneverdies-rpg.com/t586-rosalind-fawley http://www.magicneverdies-rpg.com/t594-inventaire


profil +
Message
Re: L'innocence des coupables d'hier   L'innocence des coupables d'hier EmptyMar 22 Jan - 1:44

Héra serpentait à travers la salle, cherchant en vain une indication qui saurait lui permettre de localiser le dossier de Diane. Il suffisait de trouver l'étagère (les ?) qui contenait les informations sur les criminels incarcérés à Azkaban. Si ceux-ci étaient conservés sur l'îlot, elle n'avait aucune chance de les retrouver. Avançant rapidement, survolant d'un regard rapide les titres qui peuplaient les allées, volant fugacement quelques mots des feuillets épais, elle se dépêchait de venir au terme de son méfait. Aucune avancée pourtant malgré ses efforts incessants. Ça avait été plus simple à sa dernière visite où elle avait vu le dossier par chance, sans le chercher vraiment. Peut-être ne fallait-il rien vouloir et simplement se contenter de ce qui se présenterait. Ses objectifs précis ne lui permettraient pas de laisser la place au hasard pourtant.

Elle pensa avec amertume qu'elle aurait du questionner l'ami de Rosalind avant de le congédier, mais il était trop tard. Si elles allaient le retrouver elles risquaient de se faire repérer et seraient alors expulsées, et encore si on ne les interrogeait pas. Le temps les pressait et elles devaient obtenir au plus vite des résultats ou s'en aller avant que quelqu'un ne les voit. La journaliste ne pouvait se permettre d'être attrapée, tout s'effondrerait.

" - Par Merlin, chuchota-t-elle en s'approchant d'un placard intitulé « Grym ». "

Elle n'aurait pas imaginé qu'il y avait tant de document à conserver. À travers ces placards, elle trouva des objets, des noms qu'elle ne connaissait même pas, et enfin une liasse de rapports sur Diane. Craignant de trop s'attarder, elle prit le tout, le rangeant sans ménagement dans son sac. Il y avait une quantité de papier impressionnante et elle s'interrogea sur tous les secrets qui noircissaient ces pages. Elle ne doutait pas du fait que même une autobiographie exhaustive de la jeune femme n'aurait pas pu être plus complète.

Reprenant sa marche, elle marqua un temps d'arrêt devant un rangement du même acabit sobrement gravé « Malefoy  ». Il était plus imposant encore et elle aurait voulu l'analyser, l'explorer, le retourner afin de découvrir tout ce qu'il dissimulait sans excepter aucun des mots ou élément qu'il contenait. Le bois d'ébène renfermait tant de noirceur qu'elle ne pouvait que s'imaginer. Ses idées sombres ne cessaient de l'inciter à trahir la confiance de Drago sans qu'elle ne cède à leurs pulsions malsaines. Tout ce qu'elle trouva à travers les portes du meuble ne furent que des songes obscures qui ne la quitteraient pas.

Poursuivant, elle aperçut de nombreuses autres familles représentatives de l'aristocratie britannique et non-moins perverties par la souillure de leurs convictions. Enfin elle parvint devant celui qui recueillait tout ce que le Minsitère avait put percevoir des Fawley.



Sage comme un orage.
Elle mentait à tous. À sa famille, à ses amis, aux inconnus. Elle mentait au temps, aux lieux, au monde. Elle mentait à son passé, à son présent, à son futur. Mais surtout, elle se mentait à elle-même.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t195-pages-colorees-d-hera-greengras?highlight=h%C3%A9ra http://www.magicneverdies-rpg.com/t174-allee-des-embrumes-hera-greengrass?highlight=h%C3%A9ra http://www.magicneverdies-rpg.com/f286-studio-d-hera-greengrass http://www.magicneverdies-rpg.com/t142-hera-greengrass-un-monde-sombre-dans-lequel-sourire?highlight=h%C3%A9ra


 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hier soir sur ARTE... un téléfilm anglais super intelligent
» Femme d'hier et d'aujourd'hui...
» Bijoux d'hier, bijoux d'aujourd'hui...
» J'ai rêvé de toi hier
» Ce que j'étais hier, je le serai demain. 05/10 - 9h17

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Magic Never Dies :: 
L'élite & les rouages
 :: Ministère de la Magie :: Atrium
-


Sauter vers:  
2ème partie de Juin 2006

Plan des quartiers