Magic Never Dies :: Autour du role play :: Recherche de liens & RPG :: LivretsPartagez


profil +
Sorcier de sang-mêlé / Fourchelang - Occlumens

Disponibilité RP : K.O.
Parchemins : 105
DC : Héra Greengrass - Evan Jones
Niveau : Débutant
Son âge : 26 ans
Nationalité : Italienne
Origines : Britanniques et Américaines
Permis de transplanage : Non
Patronus : Inconnu
Epouvantard : Inconnu
Avatar : Angelina Jolie
Crédit(s) : Addie
Message
Epopées de Gemma Landre   Epopées de Gemma Landre EmptyJeu 29 Nov 2018 - 17:57


Gemma Landre



Caractère
Texte ici




Histoire
Gemma est l'unique descendante d'une importante famille de sang-pur Italienne, les Landre, et de la lignée britannique des Avery. C'est du moins ce que tous croient, à tort. Son ascendance est bien trouble, souillée par les adultères commis par Aegera Landre, anciennement Avery, qui engendreront Gemma. Elle-même aurait été incapable de définir qui est le père de sa fille. Dans les faits il s'agit d'un né-moldu américain - qui fut quelques mois de voyage en Italie - répondant au nom d'Archibald. Si ce dernier a toujours cru venir d'une famille de Non-Maj, il a en réalité des ancêtres sorciers puisqu'il est le descendant d'Isolt Sayre par sa fille Martha, une cracmol ayant préféré vivre hors du monde dans lequel elle a grandi et qui ne convenait pas à sa nature dépourvue de pouvoirs.

L'enfant issue de cette tromperie naquit le 18 septembre 1979 à Venise, ville qui l'accueille tout le début de son enfance. Celle-ci est assez froide et l’entièreté de l'affection qu'elle reçoit lui est donnée par sa mère. C'est une femme austère sans cesse déprimée, exilée loin de son pays natal et enfermée dans un mariage dont elle n'a jamais voulu. En effet, elle ne rencontre son époux que le jour de leurs noces, ses parents ayants tout organisé pour elle. C'était initialement sa sœur aînée qui devait se marier mais celle-ci a préféré s'engager auprès de Voldemort, et c'est donc Aegera en dépit de son jeune âge qui a dû prendre sa place. Cet événement la détruit et lui fait perdre toute confiance en autrui. Elle cesse néanmoins de s'évader en relations interdites dès son accouchement.

Son seul point d'ancrage est sa fille qu'elle aime sincèrement. Elle est toujours proche de l'enfant, bien trop indulgente avec elle et ce peu importe ce qu'elle fait. Sordidam, son mari, déplore son attitude et l'accable sans cesse. Ce n'est en réalité pas tant son comportement avec Gemma pour lequel il lui en veut mais le fait qu'elle se soit opposée à leur retour en Angleterre. Elle a tenu à rester loin de la guerre et de sa famille qui l'a liée à Sordidam, alors que ce dernier désirait au contraire se rendre sur le territoire pour prendre part aux affrontements. S'ils sont restés à Venise, le sorcier ne lui pardonne pas de l'avoir empêché d'y participer.

Quelques années plus tard, Aegera disparaît mystérieusement et on la déclare morte. Gemma a alors cinq ans. Elle est trop jeune pour se poser de véritables questions, se contentant d'essayer de comprendre en vain ce qu'il se passe. Ses interrogations restent sans réponses et elle apprend vite à se taire. On lui a répété depuis sa naissance de ne pas s'attacher et cacher sa peine si elle devait être touchée par quoi que ce soit. Elle doit dissimuler ses émotions et perpétuellement porter un masque si nécessaire, alors elle s'y applique et tue ses doutes. La seule figure qui l’autorisait à se comporter autrement s'est volatilisée et avec elle tous ses droits défendus. La fillette perd également la seule personne a laquelle elle pouvait donner de l'amour et par laquelle elle pouvait en recevoir. Cet abandon la touche sans qu'elle ne parvienne à réaliser à quel point, décidant inconsciemment qu'elle n'a besoin de personne et qu'elle ne doit pas être impactée par quoi que ce soit pour s'en protéger. Cette indépendance affective de façade, qui peu à peu prendra ses racines plus en profondeur, ne la quittera jamais.

Bien que la guerre soit désormais terminée, son père décide tout de même de déménager avec elle dans un domaine familial proche de Londres, son ancienne épouse ne pouvant plus l'en empêcher. Cet exil lui permet de se rapprocher de quelques personnes influentes avec lesquelles il souhaite se lier. Une fois installé il entame une carrière en politique, s'investissant dans l'ombre dans quelques activités illégales dans l'optique d’accroître sa fortune. Son argent ne peut qu’étendre son influence. Ayant une descendante, même si unique, il ne voit aucun intérêt à se remarier et restera célibataire.

Gemma n'a pas de souvenirs de sa vie avant l’Angleterre et ne se rappelle que très peu sa mère. L'oubli sera ce grâce à quoi elle cicatrisera. Ainsi elle peut s'imaginer qu'elle n'a jamais été attachée à personne, incapable de se remémorer le sentiment que cela procure ou de déceler avec quelle force elle s'accroche à son père. Celui-ci étant très occupé, et ayant peu envie de s’occuper d'elle, partage son éducation avec les multiples employés de la maison. Penser qu'elle ne souffre pas de la situation la plonge dans un déni réconfortant qui lui permettra de ne pas sombrer dans une douloureuse folie.

Peu indulgente avec le personnel, elle préférera rester seule qu'en leur présence. L'une de ses enseignantes qui pensera voir en elle une tolérance et une humanité particulières tentera de la rallier à la cause des né-moldus, bien contre le gré de Sordidam qui l'ignorera. L'élève voulant se conformer au modèle du père la dénoncera, causant son renvoi. Ses paroles néanmoins l'atteindront bien qu'elle les repousse. Doucement s’insinuera en elle un doute sur la légitimité de la haine qu'elle leur voue bien qu'elle ne l'accepte pas avant longtemps.

Lors d'une sortie en campagne, la fillette réalisera qu'il lui est possible de communiquer avec les serpents, qu'elle comprend et parle leur langue. Elle est, comme certains de ses ancêtres paternels, une Fourchelang. Dès lors qu'elle prend connaissance de ce don, elle ne le dévoile à personne, comme si elle était consciente de ne devoir sous aucun prétexte en parler. C'est son secret, celui qu'elle chérira et qui n'appartiendra qu'à elle. Pour le cultiver, un peu par ennui aussi, mais surtout par désir de l'expérimenter, elle adoptera un serpent qu'elle nommera Némésis. L'esprit pragmatique du reptile avec lequel elle conversera souvent lui offrira une nouvelle vision de son monde, la faisant évoluer. De toutes ces années pendant lesquelles elle vivra à Londres, elle n'aura jamais d'autres amis que lui et ne rencontra que rarement d'autres enfants, uniquement lors d'événements officiaux. Ce n'est pas pour autant qu'elle en est contrariée. Ce qu'elle possède lui suffit. Son caractère n'a pas besoin de quiconque pour s'exprimer.

Elle est une personne très spontanée, n'ayant jamais voulu penser aux conséquences de ses actes si on excepte les occasions où elle est en présence de son père. Ce sont quelques moments où elle fait alors très attention. S'il trouve la moindre chose à lui reprocher, elle le regretta amèrement. Son amour et son approbation lui sont nécessaires mais elle ne les obtiendra jamais. C'est pour essayer de rentrer dans ses bonnes grâces qu'elle se montrera si docile avec lui alors même qu'elle devient insupportable si n'importe qui d'autre tente de la contraindre.

Très indépendante, elle déteste se sentir oppressée et rêve de liberté dans sa prison dorée. Tout le luxe qui l'entour l’écœure et l’indiffère. La richesse matérielle ne l'intéresse pas et elle n'arrive pas à saisir pourquoi Sordidam s'en préoccupe tant alors qu'il pourrait consacrer son temps à des activités bien moins vaines.

Peu de personne veillent véritablement sur elle, à vrai dire aucune, mais ça ne la dérange pas. Elle aime pouvoir lire ou réfléchir en toute tranquillité sans être interrompue. La seule exception est bien évidemment son père, pourtant le moins présent de tous. C'est à peine s'ils dînent ensembles, et encore lorsqu'il est présent. Gemma se sent étrangement sereine lors de ces repas, proche de la seule famille à laquelle elle tienne. Elle n'en montre pourtant rien.

Comme on le lui a apprit, elle sait cacher sans problème ses émotions. Personne ne doit pouvoir déceler ce qui l'habite réellement ou la moindre de ses véritables pensées. Tout ce qui constitue son être doit être précautionneusement dissimulé derrière la façade qu'elle s'applique à construire. Elle renvoi une grande assurance, mais il n'est question que d'attitude factice. L'enfant est à la fois solide et fragile, un rien la briserait si elle se laissait atteindre. Sa détermination lui permet de ne pas flancher.

On pourrait même, au-delà de déterminée, la dire bornée. Lorsqu'elle décide de savoir ou faire quelque chose, rien ne pourra l'arrêter. Elle ne supporte pas qu'on lui cache un secret et fera tout pour le découvrir. Peu importe ce qu'il y aura à faire, elle s'y pliera ou s'arrangera pour trouver une autre solution si cela s'oppose à son sens éthique. Pour autant elle sera prête à l'oublier si elle se sait obligée pour arriver à ses fins. En vérité cela l'amuse d'essayer de manipuler les autres même si elle ne fera pas de mal à qui que ce soit inutilement.

Ce qui est primordial pour elle, c'est conserver sa liberté. Elle déteste respecter le règlement et le conteste toujours. Cependant, elle fait absolument tout pour ne pas se faire prendre. Lorsqu'elle échoue, elle est touchée dans son ego et ne voudra pas nécessairement assumer la conséquences de ses actes qu'elle associe à la défaite si elle peut l'éviter.Par contre, pour sauver ses proches elle n’hésitera pas à prendre leurs sanctions à leur place. Ils comptent plus que tout et que tout autre à ses yeux. Si pour préserver leur vie il fallait tuer tous les autres sorciers, elle accepterait immédiatement. Les grandes causes ont bien peu d'importance face à l'existence de ceux qu'elle aime, alors qu'elle se battrait pour celles-ci si elle le pouvait. Si, par contre, elle doit s'opposer à eux ou les perdre pour s'investir dans ce en quoi elle croit, elle le fera, tenant tout de même à ne pas les mettre en danger.

Elle est très franche et n'hésitera pas à dire ce qu'elle pense. Peu lui importe les conséquences ou de provoquer les foudres de ses semblables par ses mots. S'attirer l'amitié de tous lui est bien égal et elle ne trouve pas le moindre avantage à se taire. La vérité la subjugue et elle tient à la connaître et l'alimenter. Ce qu'elle cache cependant, c'est qu'elle finit par respecter tout autant les nés-moldu que les sang-purs. Cette idée introduite par son ancienne professeure est appuyée par Némésis, qui commencera à lui ouvrir les yeux sur l'éventualité que plusieurs espèces puissent être intelligentes. Par curiosité, elle se rend sur différentes parties moldues de Londres, accompagnée par celle qu'elle a fait renvoyer et recontactée, et les trouve intéressantes, assez semblable à ceux des sorciers en un sens. Ses préjuges se tassent jusqu'à disparaître, même si elle est consciente que son père ne doit pas l'apprendre.

Celui-ci voit trop peu sa fille pour convenablement l'endoctriner bien que son autorité soit incontestable. Cette absence pousse donc Gemma à se construire de manière très autonome et avoir ses propre idées. Même si elle se conforme à respecter les attentes de sa famille devant eux, sachant qu'elle n'a pas le choix, il est tout autre en son esprit. Ce qu'elle est véritablement ne s'efface que devant eux pour ne pas les décevoir. Son dernier parent la pense donc irréprochable. Cette certitude comble l'enfant, mais se parjurer de la sorte la hante. Elle espère pouvoir être elle-même à Poudlard alors qu'il sera absent et n'aura aucun contrôle sur elle.

Sa rentrée en première année se passe étonnement bien : comme le désirait tant son paternel, elle est répartie à Serpentard. Cette maison ne l'attire initialement pas plus qu'une autre mais a le mérite de rendre Sordidam fier, et cela lui suffira. Elle réussit rapidement à s'y intégrer. La sorcière solitaire ne s'ouvre pas beaucoup plus, elle ne ressent pas la nécessité de se lier à tous et a en horreur l'idée de partager le moindre de ses secrets. Dans son rapport avec les autres, c'est tout ou rien. Il y a ceux qu'elle tolère, ceux qu'elle aime et ceux qu'elle déteste. Pas de demi-mesure. Elle se rapprochera de deux autres élèves de sa maison: Drago Malefoy et Rosalind Fawley. S'attacher l'a toujours effrayée, mais elle ne peut s'en empêcher face à ces deux enfants. Elle rencontre Drago dès la rentrée, Rosalind peu après, et une amitié forte s'installe avec chacun d'entre eux. Il n'empêche que ses divergences d'opinion avec le blondinet les opposent parfois.

Gemma n'essai pas de se faire discrète ou se fondre dans la masse, décidant dès son arrivée qu'elle ne doit laisser personne la dénigrer. Malgré son jeune âge elle s'affirme, forcée par les circonstances à s'endurcir pour ne pas avoir à s'écraser. Elle ne tolère pas le moindre affront et sa fierté excessive la mène de bien nombreuses fois dans des situations trop délicates ou vengeances abusives. Hausser la voix ou s'attaquer à plus fort qu'elle ne lui fait pas peur. Les plus impressionnables, à l'instar de ceux voulant rester dans le calme, préfèrent ne pas la défier et une lutte acharnée la confronte au autres.

Elle découvre également l'enseignement scolaire, bien différent des cours particuliers auxquels elle est habituée. Son esprit de compétitivité s'éveille et elle ne cesse de se comparer aux autres. Il faut toujours qu'elle soit la meilleure, peu importe la discipline ou à qui elle est opposée. Lorsqu'elle s'investit, elle se révèle bonne élève, mais elle délaisse les matières qui la désintéressent et ses notes s'en ressentent.

S'éloigner de son père lui permet de se sentir vraiment libre et elle ne sera pas regardante sur le règlement. Les sorties nocturnes et promenades à Près-Au-Lard constitueront bien vite son quotidien. Tant bien que mal, elle tentera d'entraîner ses amis dans ses diverses escapades, n'y parvenant qu'à de rares occasions. Elle aurait pourtant adoré visiter la forêt interdite ou les pièces les plus secrètes de l'école à leurs côtés.

Ses deux premières années sont donc rythmées par les cours, ses rencontres et nombreuses entorses au règlement. Quelques événements, comme la tentative de vol de la pierre philosophale et les diverses interventions du basilic la perturberont un temps, mais elle se désintéressera de l'un comme de l'autre assez vite. Elle ne se sent pas vraiment concernée et aura bien trop à penser pour s'en préoccuper.

Peu avant la rentrée de sa troisième année, une triste nouvelle lui parvint. Ses vacances à Londres furent en effet source de découvertes. À travers diverses investigations, elle parvint à trouver un papier laissé par sa mère peu avant sa disparition. Cette missive bien particulière est une lettre d'adieu, livrée par Aegera à sa fille avant qu'elle ne se suicide. C'est la première fois que Gemma y accède et qu'elle comprend comment sa mère les a quittés. Pour elle, c'est un second abandon. Le départ de sa génitrice n'est alors plus un accident ou un mystère à résoudre mais tristement volontaire. Elle a décidé de partir et de la laisser, alors même qu'elle était la seule personne à l'aimer. Personne n'a donc jamais véritablement tenu à elle. Ce mensonge anime en elle une violente haine pour Aegera. Loin d'en vouloir à son père de la lui avoir caché, elle cherche à nouveau son approbation : lui est resté alors qu'elle est partie. Il est digne tandis qu'elle ne l'est pas. Il est, quoi qu'il en soit, là pour son enfant contrairement à elle. C'est du moins ainsi qu'elle voit les choses.

Elle se renferme dès son retour à Poudlard, et Sordidam ne la verra jamais aussi docile. C'est au reste du monde qu'elle fera payer sa douleur. Plus désagréable et froide que jamais, elle s'isolera. Si elle n'est pas incorrecte avec Rosalind et Drago, elle les mettra tout de même à distance, ne pouvant que craindre qu'on la laisse une nouvelle fois. Elle sera agressive avec tout autre et plus impartiale qu'avant si on ose la défier. Personne ne doit pouvoir l'approcher. Cette période marquera la fin de son amitié avec la Fawley qui se lasse d'essayer d'aborder Gemma qui la repousse sans cesse. Ses liens avec Drago se fragilisent également sans pour autant se rompre.

Pour Noël, elle se rend chez ses grand-parents en Italie. Rester seule avec eux est atroce. Ils la laissent à peine respirer et les nombreux jugements qu'ils émettent sur tous et chacun, dont leur petite-fille elle-même alors qu'elle est présente, sont insupportables. Le fait qu'Aegera ne soit pas parvenue à continuer à évoluer dans ce climat lui semble soudainement moins invraisemblable. Si elle ne comprend et n'accepte toujours pas le choix de sa mère, elle se fait néanmoins moins véhémente à son propos. Il n'en est pas de même pour Sordidam qu'elle accablera, considérant qu'il est celui qui l'a poussée à commettre cet acte. La distance qui la sépare de ses camarades lui fait aussi réaliser à quel point ils lui sont nécessaires, et dès la rentrée elle essaiera de se rattraper. Il est trop tard pour Rosalind avec laquelle elle serait contrainte de se faire pardonner directement, ce pour quoi elle est trop fière. Avec le Malefoy elle fera d'imperceptibles efforts qui ne parviendront pas à recoller les morceaux mais leur amitié, du moins en partie, sera conservée.

Sa quatrième année n'est pas trépignante, elle ignore le Tournois autant que faire se peut, jalouse des champions. Elle est trop jeune pour concourir, ce qui l'agace. À chaque nouvelle épreuve elle est d'une humeur exécrable. L'adolescente aurait aimé montrer au monde ce dont elle était capable et ce uniquement en comptant sur ses capacités.

Le climat reste assez calme en exceptant ces quelques épisodes. Leur parvient tout de même d'étranges bruits de couloirs qui commencent à emplir le bâtiment. Ce n'est pas grand-chose et reste discret, seulement quelques poussières de discussions. Des élèves perçoivent certaines bribes, déforment et oublient bien vite. Personne n'est suffisamment attentif (ni ne possède les connaissances requises) pour comprendre.

En cinquième année, Ombrage prend peu à peu possession de Poudlard. Gemma doit devenir plus prudente lors de ses sorties mais ne cesse pas ses activités pour autant. Elle n'est pas des plus turbulentes et personne ne se préoccupe vraiment d'elle. Lorsque l'armée de Dumbledore est créée, elle ne la rejoint pas pour la simple raison que personne ne lui en parle. S'entraîner à leurs côtés ne l'aurait de toutes manières pas intéressée, elle n'a pas besoin d'eux. Elle n'intègre pas non plus la brigade d'Ombrage qu'elle trouve ridicule. D'ailleurs, elle ne comprend pas pourquoi Drago décide d'y perdre son temps. Le fait est qu'ils restent moins souvent ensembles, l'adolescent œuvrant pour "La grande inquisitrice".

Au cours de l'année, son père rejoindra sans grande surprise Voldemort, l'aidant comme il le peut. Dès qu'il aura l'occasion de voir sa fille il tentera de la rallier à sa cause et elle n'aura l'occasion de répliquer. Heureusement pour elle il n'insistera pas, n'en ayant pas l'occasion. Trop peu présent il la renverra en Italie pour l'été. Elle sera donc coupée de tous pendant deux longs moins, dans l'incapacité d'avoir la moindre interaction avec l'Angleterre. Cours en tous genres et interminables mondanités peupleront ses vacances. La seule personne l'empêchant de décréter qu'elle a perdue son temps est une jeune vénitienne rencontrée dès la première réception et avec laquelle elle se liera rapidement. Par la suite elle ne la reverra néanmoins jamais.

En revenant pour sa sixième année, elle sent que quelque chose à changé. Elle ne saurait dire quoi mais tente de le découvrir. Son enquête est néanmoins interrompue par un tout autre problème : Sordidam lui apprend peu après la rentrée qu'il l'a fiancée à un autre garçon de son école. Lorsque la nouvelle lui parvient, elle entre dans une rage folle et essaiera de le faire changer d'avis, peu importe le moyen. Les nombreux courriers incendiaires qu'elle lui enverra resteront sans réponse. Il ne réagira que d'une vague lettre au mois de juin pour accéder à sa requête et la libérer du mariage à venir. Qu'il soit si arrangeant ne rassure pas l'adolescente qui ne peut que faire de multiples hypothèses sur les raisons qui le poussent à céder. Le Landre se montre habituellement intransigeant. Elle ne comprendra qu'une fois rentrée chez elle pourquoi il s'est montré si arrangeant.

Avant ça néanmoins, un terrible incident bouleverse Poudlard et l'ensemble du monde magique : la mort d'Albus Dumbledore. L'éminent sorcier tombe (au sens propre comme au figuré) après avoir été trahit par l'un de ses professeurs, ancien mangemort toujours sous les ordres de Voldemort. Severus Rogue a mené à bien la mission qui avait été donnée à Drago Malefoy. L'ancienne amie du jeune homme ne savait rien de ce qu'on lui avait ordonné et comprend mieux le comportement étrange qu'il a pu avoir. Il s'est éloigné de tous, d'autant plus d'elle puisqu'ils ne sont plus liés par quoi que ce soit, pour tenter de satisfaire son maître. Si une part d'elle qu'elle fait taire se reproche de ne pas l'avoir soutenu ou tenté de le faire changer de chemin, elle préfère le mépriser pour ses choix. Le fait qu'elle n'ait pas à le confronter ne l'aide pas à être lucide, lui permettant de repousser ses sentiments et s'obstiner à le détester.

Lorsqu'elle retrouve son père, son étrange comportement s'explique enfin. S'il a cédé, c'est uniquement en espérant la rendre plus malléable sur un autre point : la rallier à sa cause. Il lui apprend le soir même de son arrivée dans sa demeure qu'il a tout organisé pour elle et que qu'elle rejoindra les mangemorts d'ici quelques jours. La date est fixée. Gemma proteste, hurle, s'emportant pour la première fois contre son géniteur. Il est inconcevable qu'elle lui laisse avoir un tel pouvoir sur sa vie. La décision qu'il a voulu prendre pour elle est trop conséquente pour qu'elle l'accepte. Enfin, elle ose s'opposer à lui. Avant que Sordidam ne trouve un moyen de la contraindre, elle quitte son domicile pour errer dans Londres, n'oubliant pas une bourse bien garnie.

Voldemort l’effraie et elle aimerait être capable de se dresser contre lui, mais elle craint d'avoir à affronter ceux qu'elle persiste à aimer malgré tout. Alors elle fuit, loin de la guerre et ses dilemmes. Elle arpente l'Angleterre en attendant que tout cesse. C'est du moins sa volonté mais elle ne parvient pas à s'empêcher de s'impliquer. Un mois seulement après s'être échappée, elle tente de rejoindre l'Ordre en constatant que la situation dégénère plus qu'elle ne le pensait. Ayant peu de contacts dans ce camps-ci, elle n'y parvient pas. Le seul effet qu'aura sa quête sera de la mettre en avant. Son père retrouvera alors sa trace. Lorsqu'il comprend ses intentions, il ne peut le tolérer. Ne sachant que faire pour l'en empêcher il la renvoie en Italie de force. Gemma fait tout pour retourner en Grande-Bretagne mais ses moyens sont restreints : elle n'a pas appris à transplaner et n'est jamais seule. Ses grand-parents veillent à ce qu'elle ne trouve aucun échappatoire et ne reçoive pas la moindre nouvelle de cette guerre.

Elle vivra donc recluse, contrainte à lire ou étudier pour passer le temps. De nombreux professeurs se succéderont pour lui apporter divers savoirs. Elle voudra utiliser les uns puis les autres pour s'évader, sans succès. Ce ne sera qu'en septembre pour redoubler sa septième année qu'elle retournera sur le sol britannique. Tout est différent. Gemma n'a pas connu la guerre, les combats, les défaites, les victoires. Elle n'est que spectatrice des spectres qui dansent au fond des yeux de ses camarades. Le château n'est plus le même et grand nombre de visages connus ont disparus. D'autres se sont métamorphosés. Elle apprend tout de ce qu'il s'est passé à travers leurs récits mais ne le comprend que par leur attitude et les ombres qui les hantent.

Pour ne pas avoir à affronter leur douleur elle restera aussi peu que possible à l'école. Elle ne traversa la salle commune que pour se rendre au dortoir, les couloirs pour rejoindre les cours et le parc pour s'isoler le temps d'un repas. L’institution qui lui était agréable devient un lieu proscrit. Plus seule que jamais elle s'isolera volontairement.

Un autre des effets de la guerre fut la capture des mangemorts. Après maintes recherches, la sorcière apprend que son père a été incarcéré à Azkaban. C'est alors qu'elle décide de définitivement rompre tout contact avec lui. Elle continuera cependant à suivre avec attention le déroulé de son procès qui s'éternise. Un soir, emplie de rage et incapable de s'en tenir à ce qu'elle s'impose, elle lui écrira une ultime lettre accusatrice. Ce sera cette fois-ci sa véritable dernière interaction avec lui. Aucune réponse ne lui parviendra.

Lorsqu'elle obtient son diplôme, elle ne sait que faire. Il est absolument hors de question qu'elle retourne en Italie puisqu'elle ne veut plus jamais avoir le moindre rapport avec les Landre. Alors que, faute de mieux, elle commence à envisager de durablement s'installer dans la demeure qui était jusqu'à peu la sienne, ses grand-parents maternels la contactent. Curieuse et désœuvrée elle accepte de les rencontrer. Assez vite elle emménage chez eux, peu désireuse d'habiter dans un bien appartenant à son père. Elle n'a jamais vraiment connu les Avery seulement croisés à quelques occasions. S'ils sont tout aussi endoctrinés que la majorité des sang-pur, ils en font moins étalage, les temps n'y étant plus propices. Ils se sont toujours fait discrets. Que ce soit dans cette guerre ou la précédente, ils se sont peu impliqués, n'y sacrifiant que leurs filles. Ainsi, ils sont toujours libres, voulant désormais se lier avec leur descendante. En attendant de trouver une occupation elle passera du temps en leur compagnie, renouant avec l'idée qu'une famille ne soit pas nécessairement dévastatrice. Pourtant elle s'ennuie assez vite d'eux et achètera un appartement dans le cœur de Londres.

Pour combattre une inactivité qui la lasse, elle enchaîne divers postes, s'assurant à chaque fois qu'elle peut œuvrer librement sans patron pour la contraindre. Aucun ne la convaincra, raison pour laquelle elle en changera fréquemment. Elle abandonnera après quelques années, peu encline à perdre son temps de la sorte.

Désœuvrée, elle s’investit dans les recherches de magie-noire, un domaine pour lequel elle a toujours eu une certaine inclinaison et qui la passionne. Elle ne craint pas d'être impliquée dans des marchés noirs ou quelques affaires peu légale, se permettant de juger que du moment où cela ne fait de mal à personne, elle peut se le permettre. La jeune femme s'impose des limites strictes en ne la pratiquant jamais afin de ne pas sombrer. Au cours du temps elle réussit à amasser une importante collection de parchemin divers. En rangeant la maison de son père, elle trouvera également de nombreuses ressources et carnets d'adresses fournis. C'est alors qu'elle découvrira à quelle activité il s'adonnait.

Pour ne pas s'enfermer dans ses études, elle décide de retourner à la vie active début 2006. Voulant se sentir utile, elle cherche un travail qui lui permettrait d'agir et finit donc par commencer la formation de langue-de-plomb. Elle voudrait lutter contre les dangers menaçant la quiétude de l'Angleterre, comme elle n'a pas pu le faire lors de la dernière guerre, mais réalise bien vite qu'elle n'a pas l'autonomie qui lui est nécessaire au sein du Ministère. Avant même de prendre ses fonctions, elle abandonne, n'étant restée avec eux que quelques mois.

Un autre projet prend forme dans son esprit : ouvrir une auberge sur l'Allée des Embrumes. Elle y trouve un local absolument parfait et n'attend pas pour faire une offre d'achat à son propriétaire, qui n'est nul autre qu'un ancien serpentard de sa promotion. Gemma n'a jamais supporté Icare, sans jamais avoir de véritables raison, mais accepte tout de même de lui expliquer lorsqu'il lui demande pourquoi elle convoite son bien : ouvrir une auberge qui permettrait à tous de s'y arrêter. Et par tous, elle lui fait bien comprendre qu'il ne s'agit pas que de gentils sorciers, restant tout de même évasive. Tout le monde sait que le Rosier côtoie un monde sombre, sans jamais avoir été condamné, faute de preuve. Il est d'ailleurs charmé par l'idée de la fourchelang et accepte de lui vendre la moitié des parts si elle concède à ce qu'il co-gère l'affaire. Peu enthousiaste elle sera contrainte de le tolérer.

Ils rénovent donc le lieux, le divisant en deux principales parties : la première ouverte à tous et destinée à la clientèle officielle, la seconde dissimulée et accessible uniquement à ceux devant se dissimuler du Ministère. C'est également ici que s'échangent des marchandises dangereuses et interdites. L'italienne ne manque pas d'observer ce qu'il s'y passe, scruter les visages, retenir les noms. Sa curiosité n'a cessé de croître tandis qu'elle a grandie.

La voici donc à tenir cet établissement, entourée à longueur de journée par la populace qui y grouille, mais toujours aussi seule. Elle regrette chaque jour de n'avoir pas agit, d'avoir laissé son père décider pour elle. Ce qu'elle regrette plus encore, c'est d'avoir à travers le temps perdu ses quelques amis. Les seules personnes à n'avoir jamais compté.




Intitulé
Texte ici





CARTE D'IDENTITE


Affiliation Indépendante
Naissance 18 septembre 1979
Baguette Ébène  - Épine de monstre du Fleuve Blanc
Qualités Téméraire – Indépendante - Franche
Défauts Fière – Revancharde – Bornée
Ancienne maison Serpentard
Recensement Fiche


MND






Gemma Landre

Silence.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t1062-epopees-de-gemma-landre http://www.magicneverdies-rpg.com/t1081-chemin-de-traverse-voliere-de-gemma-landre#7738 http://www.magicneverdies-rpg.com/t804-gemma-landre?nid=17#5646


profil +
Sorcier de sang-mêlé / Fourchelang - Occlumens

Disponibilité RP : K.O.
Parchemins : 105
DC : Héra Greengrass - Evan Jones
Niveau : Débutant
Son âge : 26 ans
Nationalité : Italienne
Origines : Britanniques et Américaines
Permis de transplanage : Non
Patronus : Inconnu
Epouvantard : Inconnu
Avatar : Angelina Jolie
Crédit(s) : Addie
Message
Re: Epopées de Gemma Landre   Epopées de Gemma Landre EmptyDim 16 Déc 2018 - 20:18

Titre ou citationPrénom Nomintitulé du lienSi vous voulez mon avis, on fonce tout droit vers une génération d'handicapés sociaux. Quand j'parle d'handicapé sociaux, je le vois pas sous le même angle que les autres parce que dans ce cas, je m'inclurai dans le lot. Non, non, j'n'ai pas à être foutu dans le même panier que les autres. J'suis pas supérieur, mais j'ne veux pas être semblable. J'me dis que bientôt, plus rien ne sera vrai, aujourd'hui on y est presque. Faux sourire, fausse sympathie, faux compliments. Qui, vraiment, n'a jamais pensé à l'immondice des chaussures de la nana d'à côté avant de lui lancer qu'elles étaient vraiment jolies ? L'handicap, c'est l'hypocrisie.Prénom Nomintitulé du lienSi vous voulez mon avis, on fonce tout droit vers une génération d'handicapés sociaux. Quand j'parle d'handicapé sociaux, je le vois pas sous le même angle que les autres parce que dans ce cas, je m'inclurai dans le lot. Non, non, j'n'ai pas à être foutu dans le même panier que les autres. J'suis pas supérieur, mais j'ne veux pas être semblable. J'me dis que bientôt, plus rien ne sera vrai, aujourd'hui on y est presque. Faux sourire, fausse sympathie, faux compliments. Qui, vraiment, n'a jamais pensé à l'immondice des chaussures de la nana d'à côté avant de lui lancer qu'elles étaient vraiment jolies ? L'handicap, c'est l'hypocrisie.Prénom Nomintitulé du lienSi vous voulez mon avis, on fonce tout droit vers une génération d'handicapés sociaux. Quand j'parle d'handicapé sociaux, je le vois pas sous le même angle que les autres parce que dans ce cas, je m'inclurai dans le lot. Non, non, j'n'ai pas à être foutu dans le même panier que les autres. J'suis pas supérieur, mais j'ne veux pas être semblable. J'me dis que bientôt, plus rien ne sera vrai, aujourd'hui on y est presque. Faux sourire, fausse sympathie, faux compliments. Qui, vraiment, n'a jamais pensé à l'immondice des chaussures de la nana d'à côté avant de lui lancer qu'elles étaient vraiment jolies ? L'handicap, c'est l'hypocrisie.Prénom Nomintitulé du lienSi vous voulez mon avis, on fonce tout droit vers une génération d'handicapés sociaux. Quand j'parle d'handicapé sociaux, je le vois pas sous le même angle que les autres parce que dans ce cas, je m'inclurai dans le lot. Non, non, j'n'ai pas à être foutu dans le même panier que les autres. J'suis pas supérieur, mais j'ne veux pas être semblable. J'me dis que bientôt, plus rien ne sera vrai, aujourd'hui on y est presque. Faux sourire, fausse sympathie, faux compliments. Qui, vraiment, n'a jamais pensé à l'immondice des chaussures de la nana d'à côté avant de lui lancer qu'elles étaient vraiment jolies ? L'handicap, c'est l'hypocrisie.©️ 2981 12289 0






Gemma Landre

Silence.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t1062-epopees-de-gemma-landre http://www.magicneverdies-rpg.com/t1081-chemin-de-traverse-voliere-de-gemma-landre#7738 http://www.magicneverdies-rpg.com/t804-gemma-landre?nid=17#5646


 Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» De Jia Li à Gemma
» S o f i a ▬ L'Italie est comme un artichaut qu'il faut manger feuille à feuille.
» Charlotte → uc
» P'tit Lu - It's all about butter, flour & sugar
» Gemma ► So we put our hands up like the ceiling can’t hold us

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Magic Never Dies :: Autour du role play :: Recherche de liens & RPG :: Livrets-


Sauter vers:  
ContexteVoir la date du jourRythme de jeuMétéo britannique
Sept. 2006
2ème partie
Plan du forum


Event' actif
» L'univers alternatif
Jusqu'au 30 août