Magic Never Dies :: 
Coins populaires
 :: Allée des Embrumes :: La ruelle sombre :: Secteur à risques
Partagez


profil +
Message
L'ivresse de nos secrets   L'ivresse de nos secrets EmptySam 1 Déc - 14:27

L'ivresse de nos secrets
Addie & Evan
Cela faisait quoi, peut-être un mois, ou quelque chose du genre, qu'Evan travaillait, du moins, selon ses dires. Et donc, qu'il n'avait pas beaucoup d'occasions de venir faire la fête, de boire un coup ou juste de me voir. J'avais l'impression qu'un ange s'était emparé de l'âme de mon ami pour le séquestrer et le remplacer par... ça. Et c'était vraiment trop perturbant. Moi, j'avais pas signé pour avoir un pote ennuyeux.

Quand Evan a refait surface pour me proposer un rendez-vous, j'ai sauté sur l'occas', aussi promptement qu'un chaton sur un papillon. Il ne m'échappera pas et je lui ais bien fait comprendre qu'il était hors de question qu'il me pose un nouveau lapin. Parce que boire un coup toute seule, c'est plus la loose qu'autre chose. Ok, j'ai pas de problème pour me trouver de nouveaux camarades de beuveries, mais c'est pas une raison pour me laisser en plan sans cesse. Je parais pas, mais j'ai un petit cœur fragile qu'il faut entretenir. A grand renfort d'argent, c'est mieux.

Pour une fois, j'ai réussit à ne pas arriver en retard au lieu de rendez-vous donné par Evan. C'est assez miraculeux, j'espère qu'il s'en rend compte. Mais le connaissant, c'est lui qui va me faire attendre, parce que, sinon, c'est pas drôle.

Par contre, il faudrait m'expliquer le délire d'Evan. Je sais bien que je traîne pas forcément dans les quartiers les plus huppés de Londres, mais là, je crois que j'ai jamais vu pire. A chaque pas que je faisais, je sens les regards des gens sur moi et j'ai l'horrible impression que je manque de me faire bouffer tout cru par la seule opération du Saint Esprit. Si j'arrive en un seul morceau à l'établissement qu'il m'a indiqué, je me convertie à l'hindouisme.

Je finis par apercevoir l'auvent d'un établissement peu ragoutant et j'y entre avec un grognement envers mon ami. Sérieusement, il pourrait pas trouver un meilleur endroit pour se rattraper ? Parce que là, ça me donne aucune envie de lui pardonner toutes les fois où il m'a fait faux-bond. En plus, les gens ont l'air vachement bizarre. Je sais que je suis pas anglaise, mais quand même, c'est pas une raison pour me voir comme une étrangère qui n'a rien à faire ici.

Je comprends que mon destin est scellé quand je suis enfin assise à une table, à attendre qu'Evan se pointe. Me reste plus qu'à trouver en quoi ça constitue, l'hindouisme.



ADELIA
FLORES

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t667-journal-d-adelia-flores#3314 http://www.magicneverdies-rpg.com/t624-chemin-de-traverse-adelia-flores#3075 http://www.magicneverdies-rpg.com/f242-adelia-flores-celeste-grym-victor-amelia http://www.magicneverdies-rpg.com/t622-adelia-flores?highlight=adelia http://www.magicneverdies-rpg.com/t626-inventaire#3156


profil +
Message
Re: L'ivresse de nos secrets   L'ivresse de nos secrets EmptySam 1 Déc - 18:13


L'ivresse de nos secrets
Avec Adélia Flores

Ce dernier mois avait été mouvementé. J'avais bossé pour Giacomo, comme convenu, et les missions qu'il m'avait données avaient été bien moins dangereuses que je ne l'avais craint. Nombreuses et contraignantes mais rien pour me mettre à l'épreuve. C'était logique en un sens puisque je ne voulais pas qu'il m'engage mais incohérent vis-à-vis du fait qu'il me teste. N'importe lequel de ses hommes de mains aurait pu faire l'affaire. J'en ais conclu qu'il m'aimait bien et voulait pas m'abîmer, voir m'aider dans mon projet. Après fallait s'attendre à tout avec lui et je voulais pas me penser sorti d'affaire trop vite. Nous avions un dernier rendez-vous dans l'après-midi. Celui où je serais enfin libéré s'il l'acceptait. Je m'y étais rendu angoissé sans manqué de paraître détendu. Fallait sauver les apparences. J'avais proposé à Addie de m'attendre devant leur boîte dans laquelle ils se rassemblaient en journée pour la retrouver lorsque nous aurions finis. Ce serait l'occasion de lui annoncer la bonne nouvelle. Y avait seulement une partie de cette demande qu'elle avait pas prit en compte puisque l'un des fidèles du patron vint nous interrompre pour nous informer qu'une petite brésilienne venait de débarquer. Je me suis dévissé le coup pour réaliser qu'il s'agissait d'Adélia qui avait pas été foutue de réfléchir.

« - Je la connais, je m'en occupe, informais-je mes compagnons pour avancer avec désinvolture vers la brune alors que je voulais me précipiter. Elle n'avait pas conscience de ce à quoi elle jouait. Je descendais les escaliers en tentant de calmer ma respiration. J'étais pas de nature nerveuse mais certaines situations forgeaient la peur.

Lorsque je parvins sa hauteur je posais ma main sur son épaule pour la faire réagir, persiflant sans la saluer.

- Je t'avais dit de m'attendre dehors, c'était trop compliqué ? Sors d'ici et j'arriverais vite. 

J'allais pas m'éterniser, je devais retrouver les autres avant qu'il leur vienne l'idée de nous rejoindre. Trop tard. Giacomo approchait déjà, suivit par sa clique composé de trois ou quatre sorciers. Lui ne semblait pas désirer le départ de la jeune femme.

- Alors Jones, tu nous présentes pas ton amie ?

Si je considérais les femmes comme de simples distractions, le regard qu'il leur portait était bien pire encore. Tantôt des objets tantôt des investissement il ne les élevait même pas au statut d'être humain. J'étais la personne la plus attentionnée et altruiste qui soit si on me comparait à lui. Mon absence de sens moral n'égalait pas le sien.

- C'est Addie.

Il hocha lentement la tête, appréciateur, sans cesser de la dévisager.

- Et bien invite-là à boire un verre. Thomas, monte-nous des cocktails.

Sans se préoccuper de ma réponse il se retourna pour rejoindre le box dans lequel nous étions installés. Avant de le suivre, je me tournais vers celle qui ne pouvait désormais plus s’échapper.

- Quoi que tu vois ou entendes ici, n'en parles à personne, c'est clair ? Même de cet endroit tu n'en parles pas. »

Si elle n'avait pas l'habitude de me prendre au sérieux l'allure du roi des lieux et mon ton grave devaient la persuader.



Vive le soleil et les nanas.

Voir le profil de l'utilisateur


profil +
Message
Re: L'ivresse de nos secrets   L'ivresse de nos secrets EmptySam 1 Déc - 19:07

L'ivresse de nos secrets
Addie & Evan
L'atmosphère est vraiment pesante. J'ai cette horrible impression qu'il y a quelque chose qui cloche, que je ne suis vraiment pas à ma place et que ce n'est pas juste le sentiment des personnes présentes ici. Quand une main se pose sur mon épaule, je manque de sauter au plafond, surprise. Mais entendre la voix d'Evan me rassure immédiatement. Lui, par contre, prend un ton de papa responsable, et j'en viens presque à douter qu'il s'agisse de lui.

- Je t'avais dit de m'attendre dehors, c'était trop compliqué ? Sors d'ici et j'arriverais vite.

Bonjour, Addie, comment ça va ? J'espère que je ne t'ai pas trop fait attendre... Tu veux boire quoi ? J'ai le droit à rien de tout ça. A l'entendre, j'ai commis la faute du siècle, le truc qui va empêcher la Terre de tourner et les Chartiers de jurer. Alors que, clairement, je me suis contentée de me mettre à l'abri, parce que la ruelle, c'est vraiment pas rassurant.

Quoique, le type qui suit Evan a pas l'air plus sympa que ceux qui me zyeutaient au-dehors. Toute sa clique, derrière lui, est bien silencieuse. Ils ont pas l'air bien drôle, ils devraient tenter de sucer un clown, pour voir, peut-être que ça les dériderait.

- Alors Jones, tu nous présentes pas ton amie ?

Toi aussi, tu pourrais te présenter, mon coco, ce serait un peu plus poli, et un minimum galant. Bonjour, je m'appelle Trouduc et je serais ravi de libérer votre ami en vous donnant quelques Gallions pour aller boire un verre en paix. Y'a rien de compliqué à tout ça, mais ça semble lui échapper, tout ça.

- C'est Addie.

Merci, Evan, j'apprécie. Pour toi, je suis Addie. Et rien d'autre. Je sais pas comment je dois le prendre. Est-ce que qu'il dit ça comme si on se devait de me connaitre, ou parce que je ne suis pas assez importante pour qu'on s'attarde sur moi ? Il a intérêt à avoir des arguments béton, lui, là, s'il veut pas finir la soirée dans le lit d'un autre mec, sa grande phobie.

- Et bien invite-là à boire un verre. Thomas, monte-nous des cocktails.

Je suis assez partagée. D'un côté, il m'invite à boire un verre. De l'autre, il a vraiment - mais vraiment ! - un regard de trou du cul. Le genre qui te regarde, mais pas toi en fait. Juste ton corps. Et c'est un peu rageant. Parce qu'être réduit à un simple morceau de viande, y'a plus gratifiant dans la vie. Vraiment bien plus gratifiant. Je sais que j'ai pas un gros quotient intellectuel, mais quand même.

En d'autres circonstances, je lui aurais surement craché à la gueule. Mais j'ai l'intuition que, dans le cas présent, c'est pas la chose à faire. J'arrive pas à définir quoi, juste un sixième sens qui me dit que je fais bien de m'exprimer en pensées et de ne pas élever la voix. Alors je me contente de croiser les bras et de le toiser. Et c'est pas le même regard que je lui renvois, moi.

Ils finissent par s'en aller, nous laissant tous deux. Mais en voyant la tête que tire Evan, je ferais peut-être bien de rejoindre les autres gus. J'ai vraiment l'impression d'avoir mon père en face de moi, comme s'il allait me reprocher tout ce que j'avais pu faire depuis ma naissance.

- Quoi que tu vois ou entendes ici, n'en parles à personne, c'est clair ? Même de cet endroit tu n'en parles pas.

Bordel, mais Evan, dans quelle situation tu t'es fourrée, et moi par la même occasion ?

- Non, bah non, je vais m'empresser d'aller voir Greengrass, la pote journaliste de Céleste, pour tout lui raconter, je tente de dérider la situation.

Je lui lance un sourire presque provocateur, même si son attitude commence à me faire sentir nerveuse. S'il est pas rassuré, j'aurais l'air sereine pour deux. C'est pas le premier connard venu qui va me mettre à genoux. Peut-être, qu'en fait, j'aurais vraiment du lui cracher dessus, à ce type. C'est donc déterminée que j'emboîte le pas à la clique aux regards douteux.

Parce que bon, trou du cul ou pas, un cocktail, ça se refuse pas.




ADELIA
FLORES

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t667-journal-d-adelia-flores#3314 http://www.magicneverdies-rpg.com/t624-chemin-de-traverse-adelia-flores#3075 http://www.magicneverdies-rpg.com/f242-adelia-flores-celeste-grym-victor-amelia http://www.magicneverdies-rpg.com/t622-adelia-flores?highlight=adelia http://www.magicneverdies-rpg.com/t626-inventaire#3156


profil +
Message
Re: L'ivresse de nos secrets   L'ivresse de nos secrets EmptyDim 2 Déc - 1:10


L'ivresse de nos secrets
Avec Adélia Flores

Addie comprenait rien. Elle plaisantait sans se rendre compte du danger. Même moi j'agissais pas comme elle. Aussi elle en savait pas autant que moi. Les circonstances pouvaient être tellement destructrices … Je pouvais pas la briefer mais lui donnerais quelques indications. Ses maladresses ne nous tueraient pas (ce soir).

" - Non, bah non, je vais m'empresser d'aller voir Greengrass, la pote journaliste de Céleste, pour tout lui raconter.

Elle se mit à avancer, probablement vexée par mon manque de réactivité face à sa blague. Fallait que je la rattrape avant qu'il ne soit trop tard et qu'elle soit entré dans l'antre de la bête. La saisissant par le bras je l'arrêtais et la tournais vers moi.

- Giacomo, ça te dit quelque chose ?

Il y en avait peu, des italiens immigrés avec une telle réputation. Lui était incontestablement LE leader des bas-fonds londoniens. S'il avait quelques égaux, ils n'étaient qu'une petite poignée à s'être véritablement fait une place dans le business. Leur notoriété leur avait permis de s'élever jusque dans les hautes sphères, traitant avec les plus malhonnêtes des grands-hommes qui parfois étaient les mieux placés au Ministère. C'était eux les vrais détenteurs de pouvoir. Bientôt ce serait moi. Et personne n'était capable de le prédire.

- Fais pas la maline Addie, ce serait bon pour aucun de nous deux.

Le ton de ma voix était grave, encore. Je l'avais jamais entendu comme ça auparavant. Fallait avouer que c'était aussi la première fois que je flippais autant. Heureusement que je savais que ça en valait le coup.

- J'ai hâte de me sortir de ce foutoir et qu'on aille se mettre la tête à l'envers, grognais-je en grimpant les marches.

C'était pas pour tout de suite parce que, pour le moment, chacun de nos pas nous rapprochaient de celui qui fut mon patron. Je fis asseoir la brésilienne sur la même banquette que moi, me plaçant entre elle et les sorciers. Cette attitude provoquerait aucune retombée – autant dire que je craignais rien à la protéger – mais pourrait les dissuader de trop l'embêter.

Giacomo ne cessait de la fixer, sans faire un geste. Lorsqu'un gringalet nous apporta les boissons il ne se servit même pas lui-même puisque ce fut un de ses sous-fifres qui mena le verre jusqu'à lui.

- Alors, entama-t-il d'une voix traînante à mon intention, c'est qui ton Addie ? Une connaissance, ta nana, ton coup de ce soir ?

S'il se contenta d'un rictus amusé, ses compagnons se fendirent d'un rire gras. Je ricanais aussi, plus par convenance que parce que je trouvais ça drôle. Ces gars me mettaient par encore assez à l'aise pour que j'arrête d'être si nerveux.

- Une pote.

Hochant la tête, il la regarda droit dans les yeux en s’adressant à elle pour la première fois depuis qu'il l'avait rencontrée.

- J'ai encore besoin d'Evan pour une mission. Et tu sais quoi, tu pourrais carrément l'aider. T'as le profil. C'est pas grand-chose, presque rien. Alors, ça te dirait d'aider ton ami, Addie ? "

J'osais pas intervenir. C'était pas à moi qu'on parlait, alors je me taisais. Je réservais mes interventions pour plus tard si nécessaire. Moins j'en faisais, mieux elles passeraient.



Vive le soleil et les nanas.

Voir le profil de l'utilisateur


profil +
Message
Re: L'ivresse de nos secrets   L'ivresse de nos secrets EmptyDim 2 Déc - 10:00

L'ivresse de nos secrets
Addie & Evan
Je crois que j'ai jamais vu Evan comme ça. Il m'a l'air vraiment, mais vraiment pas serein. Cette inquiétude qui se ressent dans sa voix, dans ses gestes, il va finir par ma la refiler, ce salaud. Je proteste même pas quand il se saisit de mon bras pour me parler en aparté, comme si mon subconscient comprenait, lui, qu'il y avait un truc qui clochait. Et pas des moindres.

- Giacomo, ça te dit quelque chose ? Fais pas la maline, Addie, ce serait bon pour aucun de nous deux.

Je traîne pas vraiment dans le monde criminel, même si Evan peut avoir des activités pas forcément très nettes et que Sam bosse chez un trafiquant d'objets de magie noire. N'empêche que, même sans ça, je connais ce nom, ou du moins sa réputation. Et à l'instant, mon cerveau fait des bonds et je me retiens de secouer mon pote, de lui crier dessus et de lui demander pourquoi, mais pourquoi, il m'a donné rendez-vous ici. Mais merde alors.

- J'ai hâte de me sortir de ce foutoir et qu'on aille se mettre la tête à l'envers.

Oui, bah, oui, moi aussi. Mon but, c'est pas de finir la soirée violée, tuée, démembrée - ou je ne sais quelle autre connerie du même genre - dans un caniveau. Moi, j'aspire à une belle vie tranquille, j'aimerais avoir la chance de profiter des vieilles années, quand même. Ce soir, j'étais juste contente d'aller boire un coup avec toi. Et pas de rencontrer Monsieur Trouduc.

Je suis Evan sans piper mot, complètement dépassée par la situation. Mais dans quelles emmerdes il m'a entraîné, ce con ? Je jure que, si je meure, mon esprit viendra le hanter jusqu'à la fin de ses jours. Je m'assois près de lui en ruminant, me forçant à sourire, à avoir l'air assuré alors qu'il m'a foutu l'esprit en vrac en quelques mots seulement.

- Alors, c'est qui ton Addie ? Une connaissance, ta nana, ton coup de ce soir ?

Eh, oh, je suis là, je suis pas un objet, vous pouvez me causer ! Et puis, Trouduc, vous êtes vraiment pas à jour, moi, j'étais le coup d'un soir d'il y'a quelques mois, hein. Faudrait vous mettre à la page, ce serait bien quand même.

- Une pote.

Je comprends un peu mieux l'envie d'Evan d'être aussi laconique à mon égard. Moins ce gigolo en sait, mieux je me porterais. Alors j'vais rester Addie la pote et puis rien d'autre. Et je vais me barrer le plus vite possible avec Evan sous le bras, parce que là, c'est plus possible. Sérieusement, qu'est-ce qu'il fout là ? Pourquoi il traîne avec ce mec ? Il ne va lui apporter que des ennuis, c'est vraiment pas une bonne chose.

- J'ai encore besoin d'Evan pour une mission.

Comment ça, encore besoin ? Parce qu'il a déjà bossé pour lui ? Par les couilles de Merlin, mais dans quoi Evan s'est-il lancé ?

- Et tu sais quoi, tu pourrais carrément l'aider. T'as le profil. C'est pas grand-chose, presque rien. Alors, ça te dirait d'aider ton ami, Addie ?

Le profil de quoi ? De la meuf qu'on peut jeter en pâture aux chiens ? Son plan sent vraiment pas bon, d'autant plus si je dois être impliquée. Moi, j'ai pleine de projets pour ma vie future, ils vont se sentir seuls si je les accomplis pas, ils ont besoin de moi ! Et les animaux que je recueille ? Qui va s'occuper d'eux ? Céleste est adorable, mais elle serait complètement dépassée par l'ampleur de la tâche.

Pour éviter de répondre trop tôt, je me saisis de mon cocktail pour en boire quelques gorgées. A l'instant, je regrette amèrement de ne pas être pourvu d'un peu plus de neurones. Peut-être que comme ça, je saurais comment me sortir d'un tel pétrin. Mais à l'instant, mon cerveau se contente de s'amuser à faire des bulles, comme s'il ne se sentait pas concerné. Il n'a aucune intention de me tirer d'affaire. Enfin, j'avais compris ça depuis un moment, j'ai arrêté de compter sur mon cerveau depuis longtemps.

- Je veux bien l'aider, commençai-je d'une voix prudente. Mais je ne peux pas m'avancer sans savoir de quoi il retourne.

Est-ce que je serais payée ? Parce que, mine de rien, ça compte, les Gallions. Je suis une femme facile, moi, on m'achète à prix d'or. Enfin, ça dépend des circonstances quand même. Si ce qu'il me propose je le sens mal, argent ou pas argent, Evan ou pas Evan, je me tire de là. Enfin, je suis même pas sûre qu'on me laisse sortir d'ici en paix, donc c'est pas forcément vrai. Mais j'aurais au moins cette intention de fuir, ce réflexe. Ce qui est déjà pas mal.

Ce "c'est pas grand-chose, presque rien" qu'il me sort, moi ça me rassure pas vraiment, pas venant d'un type comme lui.



ADELIA
FLORES

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t667-journal-d-adelia-flores#3314 http://www.magicneverdies-rpg.com/t624-chemin-de-traverse-adelia-flores#3075 http://www.magicneverdies-rpg.com/f242-adelia-flores-celeste-grym-victor-amelia http://www.magicneverdies-rpg.com/t622-adelia-flores?highlight=adelia http://www.magicneverdies-rpg.com/t626-inventaire#3156


profil +
Message
Re: L'ivresse de nos secrets   L'ivresse de nos secrets EmptyDim 2 Déc - 23:40


L'ivresse de nos secrets
Avec Adélia Flores

J'observe Addie se désaltérer avant de se prononcer. Il fallait pas qu'elle se rate. Sa décision importait mais la manière dont elle la présentait plus encore. Je lui reprocherais pas de refuser mais espérais tout de même qu'elle accepte. Tout ce taff je l'avais pas fait pour rien, elle pouvait pas tout faire foirer. En plus c'était de sa faute tout ça. Si elle m'avait écouté elle aurait attendu devant et aurait jamais été mêlée à ça.

" - Je veux bien l'aider,. Mais je ne peux pas m'avancer sans savoir de quoi il retourne.

Giacomo plissa le nez, lui répondant sans attendre d'un ton méprisant. C'était jamais très bon signes lorsqu'il perdait ses intonations moqueuses. Je me tendais, me rapprochant imperceptiblement de mon amie alors que nous étions déjà serrés sur la banquette.

- On est prudente, hein ?

Vidant son verre d'un trait, il le reposa avec brutalité sur la table avant de poursuivre.

- Un mec a des documents qui nous intéressent, mais impossible de les récupérer. Y a tout un tas de sorts de protection autour de sa baraque. Quand il sort c'est dans des lieux publiques et il fait toujours bien attention à être entouré. Il est intouchable, quoi.

Il se pencha vers Addie, un sourire carnassier aux lèvres. Je savais pas quelle était la finalité de son histoire mais je doutais que ça me plaise.

- Sauf qu'on a une brèche. Il a un faible pour les nanas dans ton genre. Ça devrait pas être trop difficile de l'accompagner chez lui … Tu l'occupes et Evan cherche ce qu'on veut pendant ce temps. Simple, non ?

- Et pourquoi on aurait besoin d'elle ? C'est pas comme si on avait pas accès au polynectar.

Faible tentative, mais tentative tout de même. Peu importe ses erreurs elle avait rien à faire dans ces histoires. Ça regardait que moi.

- Ah ouais, parce que tu veux t'amuser à séduire un mec, Jones ? Tu serais bien le premier de mes hommes à faire ça. "

Ses sbires rirent – encore. Ils savaient faire que ça, qu'ils s'avisent pas de parler au risque de perdre toute dignité. Enfin, pour le moment, j'étais le seul à la voir s'éloigner. Je me taisais, sachant que j'avais pas à répondre.



Vive le soleil et les nanas.

Voir le profil de l'utilisateur


profil +
Message
Re: L'ivresse de nos secrets   L'ivresse de nos secrets EmptyLun 3 Déc - 22:16

L'ivresse de nos secrets
Addie & Evan
Non, mais, Evan, t'es bien gentil, mais te coller à moi comme un chiot effrayé, ça va pas nous avancer. Maintenant qu'on est dans la merde jusqu'au cou, c'est pas comme ça qu'on va s'en sortir. Et puis, j'ai l'impression que, quoi qu'on fasse, on y restera embourbé. C'est un peu comme des sables mouvants, une fois que t'y as mit le pied, bah c'est finit pour toi.

- On est prudente, hein ?

Bah oui, plutôt. Pourtant, c'est pas dans ma nature, la prudence, en général. Mais là, j'ai les sirènes qui hurlent dans mon esprit en alerte et des néons dangers qui clignotent de partout. J'ai quand même un minimum d'instinct de survie !

- Un mec a des documents qui nous intéressent, mais impossible de les récupérer. Y a tout un tas de sorts de protection autour de sa baraque. Quand il sort c'est dans des lieux publiques et il fait toujours bien attention à être entouré. Il est intouchable, quoi.

Ravale ton haleine puante, face de chacal. Je te jure que je t'entendais très bien de là où t'étais, t'as pas besoin de te pencher vers moi pour me montrer ton décolleté. Parce que sur un gars, ça fait pas sexy, ce geste, pour information. Revois tes techniques de drague et remballe ton sourire à deux balles, merci, connard.

- Sauf qu'on a une brèche. Il a un faible pour les nanas dans ton genre. Ça devrait pas être trop difficile de l'accompagner chez lui … Tu l'occupes et Evan cherche ce qu'on veut pendant ce temps. Simple, non ?

Une fille dans ton genre. C'est bête, mais ces quelques mots me vont droit au cœur et y laisse un petit trou, une fissure. Je sais pertinemment qu'il ne pense pas à une latino en disant ça. Il pense à un tout autre genre de fille.

Peut-être que c'est pour ça qu'il a embrassé Céleste. Parce que Samy mérite quelqu'un de bien, et sûrement pas une fille dans mon genre. Au fond, je vaux pas grand chose, juste là pour occuper les hommes deux voire trois minutes. Juste qu'on avait pas osé me le dire aussi franchement avant.

- Et pourquoi on aurait besoin d'elle ? C'est pas comme si on avait pas accès au polynectar.

- Ah ouais, parce que tu veux t'amuser à séduire un mec, Jones ? Tu serais bien le premier de mes hommes à faire ça.

Ils rient. C'est un rire gras et un peu con qui sort de leur bouche. Ce qui m'étonne pas beaucoup, j'attends pas grand chose de leur part. N'empêche que voir Evan draguer un homme, même sous couvert d'une autre identité, ça me plairait bien. Parce que je sais parfaitement quelle est son orientation sexuelle et que ça risque pas de changer, surtout quand on le connait, borné comme il est.

- Je le ferais.

Les mots sont sortis de ma bouche sans vraiment que j'y réfléchisse. C'est mon instinct qui parle, qui me pousse à couvrir Evan. Je le sens, qu'il est impliqué plus que de mesure dans cette affaire. J'en comprends ni les tenants ni les aboutissants, mais je connais mon pote. Enfin, je crois. Je le laisserais pas tomber parce que j'ai peur.

L'envie me démange de demander une compensation en échange. Mais je suis pas bien sûre que ce soit une bonne idée. En plus, ça ressemblerait vraiment à de la prostitution, dans ce cas-là. Et même si ce mec a sûrement cette image de moi, j'ai encore un peu d'honneur et de dignité à sauver. Alors je la ferme, je finis mon verre, je laisse couler, malgré la rage qui bouillonne en moi.



ADELIA
FLORES

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t667-journal-d-adelia-flores#3314 http://www.magicneverdies-rpg.com/t624-chemin-de-traverse-adelia-flores#3075 http://www.magicneverdies-rpg.com/f242-adelia-flores-celeste-grym-victor-amelia http://www.magicneverdies-rpg.com/t622-adelia-flores?highlight=adelia http://www.magicneverdies-rpg.com/t626-inventaire#3156


 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ragots, secrets et retrouvailles [M., M-A., P-J.]
» Give All My Secrets Away ' Lily & Antigone
» Secrets du crépuscule (Zanzi')
» [Underland] Ce qui est rare est à moi et tes secrets seront miens ! [PV: James Wolf & Lena Carter]
» Qu'importe le flacon pourvu qu'il y ait l'ivresse (PV)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Magic Never Dies :: 
Coins populaires
 :: Allée des Embrumes :: La ruelle sombre :: Secteur à risques
-


Sauter vers:  
2ème partie de Juin 2006

Plan des quartiers