Magic Never Dies :: 
Coins populaires
 :: Allée des Embrumes :: La ruelle sombre :: Secteur à risques
Partagez


profil +
Message
Son sang sur les pavés   Son sang sur les pavés EmptyLun 3 Déc - 0:33


Son sang sur les pavés
Avec Elza Rowle

C'est en sortant d'une bicoque dans laquelle je venais de faire une transaction pour mon boss que je la vis. Défigurée, la sorcière baignait dans son sang. Ses cheveux blonds s'imbibaient de ce liquide poisseux qui ne cessait de s'écouler de ses nombreuses entailles.

" - Merde, crachais-je en m'approchant."

Si j'avais pris le moindre risque en m'occupant d'elle, je me serais détourné aussi sec mais c'était pas le cas. J'avais beau pas être très net j'étais pas un mauvais bougre et j'allais pas la laisser agoniser sans agir. Et puis bon, il paraissait que la jolie princesse savait toujours remercier son sauveur comme il se devait. Pour le moment j'avais encore jamais pu l'expérimenter mais il tenait qu'à moi d'y remédier.

Face à son corps inerte, je ne savais que faire. Y avait personne dans les alentours pour m'aider. La ruelle avait été saccagée : de nombreux éboulis découlant d'un mur détruit nous empêchait de rejoindre l'Allée des Embrumes. Peu importe ce qu'il s'était passé, ça avait pas dû être joli joli.

Reportant mon attention sur la jeune femme, je réalisais que j'avais la vague impression de la connaître. J'étais presque sûr de l'avoir déjà croisée (même si elle avait alors été en meilleur état). Incapable de me remémorer où, je laissais tomber. Je devais me concentrer pour trouver une solution. C'était pas si facile que ça en avait l'air, et j'eus plus qu'envie d'abandonner. J'hésitais d'ailleurs. Je lui devais rien à cette nana. Pourtant je parvins pas à m'y résoudre. J'avais peut-être besoin de commettre quelques bonnes actions pour compenser celles trop sombres que j'effectuais pour Giacomo.

Elle était pas transplanable et j'allais pas la traîner alors que je savais même plus si elle était encore envie. J'osais même pas vérifie si elle respirait encore. Donc j'ai rien trouvé de mieux que me rendre seul à Sainte-Mangouste pour les prévenir. Fallait voir le gueulard agiter l'accueil et la bonne femme me lancer des regards réprobateurs. Quoi qu'il en soit ils ont vite rassemblés une équipe pour que je les mène jusqu'au lieu où se trouvait la blessée.



Vive le soleil et les nanas.

Voir le profil de l'utilisateur


profil +
Message
Re: Son sang sur les pavés   Son sang sur les pavés EmptyLun 3 Déc - 20:35

Un Train dans la nuit

ft. Evan Jones
ou le crapaud qui ne se transformait pas en prince charmant

Autrefois, il y avait le silence. Ce silence pesant qui appelait à la mort, cette vieille amie qui avait déjà tant touché le cœur d'Elza de ses longs doigts pâles, sans jamais parvenir à l'emporter de l'autre côté. Pourtant, ce n'était pas l'envie qui manquait, de retrouver ces êtes chéris qui lui manquaient tant. Mais il semblait que le bon moment ne viendrait jamais.

A l'instant, les bruits de voix l'éloignaient, cette douce compagnie, lui rappelait qu'il y avait autre chose que cette obscurité sous ses yeux clos, cette absence de bruit pesante. L'éclat de la vie se logeait quelque part, au creux de sa poitrine, refusait d'en être déloger. Parfois, Elza sentait comme une autre entité que son esprit dans son corps, quelque chose qui lui refusait tout accès au repos éternel et l'empêchait de sombrer, l'esprit embrumé et l'abîme lui tendant les bras.

Elle les sentait, tous ces gens, autour d'elle, qui parlaient, s'activaient. Certains juraient, criaient, mal à l'aise de découvrir la scène. S'ils savaient. Pourtant, ils devaient bien, savoir, eux qui avaient vécu la guerre des sorciers comme tout autre. L'horreur n'était jamais loin, attendait toujours au détour du chemin. Doucement, sans parvenir à saisir ce qu'il se passait autour d'elle, son esprit bascula dans l'inconscience.

*  *  *  *  *

L'odeur de Ste Mangouste n'était pas une odeur très familière à Elza. Pourtant, elle s'y était déjà rendu, plus souvent en tant que visiteuse de criminels ou témoins, qu'en patiente elle-même. Mais impossible de s'y tromper, elle sut dès qu'elle émergea où elle se trouvait.

Condition bien basse que celle d'être incapable de se lever de son lit. Mais la douleur engourdissait ses sens, l'empêchait de percevoir autre chose qu'elle-même, ses plaies vivace et cette ombre qui s'en était prise à elle aussi facilement. Elle aurait aimé la chasser, loin de ses sombres pensées, l'oublier, comme ses trop nombreux souvenirs de guerre.

Horripilée par cet état, elle tenta de se redresser, faisant fit de ses membres qui lui criaient de ne faire aucun effort. Elle tenta de trouver position plus confortable au creux des coussins, mais cela ne fit qu'appeler à elle un Médicomage qui ouvrit la porte, l'air à mi chemin entre l'inquiétude et le soulagement de la savoir éveillée.

- Bonjour, Mrs, je suis ravi de vous voir...

- Elza Rowle, Auror du Ministère. Veuillez prévenir le bureau des Aurors, je vous prie.

Malgré l’inflexion autoritaire et sûre de soi qu'elle avait voulu donner, sa langue était pâteuse et sa voix ressemblait plus à un couinement de chaton qu'autre chose. Mais elle était bien loin de ces considérations, espérait juste qu'elle serait rapidement sur pied. Elle refusait de demeurer alitée pour une durée trop longue.

- Je... Je m'en occupe immédiatement. Il... Il y a quelqu'un pour vous, euh... dans la salle d'attente. Je le préviens.

Mais Elza avait fermé les yeux, tentant de repousser une migraine qui la taraudait. Elle ne fut capable que de lâcher un vague "ah bon" au Médicomage avant qu'il ne s'enfuit, l'air un peu désemparé de voir une Auror dans cette état. Avec les rumeurs qui couraient déjà sur leurs manières peu orthodoxes d'agir, cela ne pouvait que désemparer la population. Ce n'était pas bon, vraiment pas bon.





Elza Rowle

C'est dans le feu que le fer se trempe et devient acier. C'est dans la douleur que l'homme trouve la révélation de sa force.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t768-sous-la-plume-d-elza-rowle http://www.magicneverdies-rpg.com/t767-voliere-d-elza-rowle http://www.magicneverdies-rpg.com/t766-elza-rowle


profil +
Message
Re: Son sang sur les pavés   Son sang sur les pavés EmptyMar 4 Déc - 17:26


Son sang sur les pavés
Avec Elza Rowle

Les médicomages avaient rapatrié l'inconnue à Sainte-Mangouste et j'étais tout du long resté à leurs côtés, ne me demandez pas pourquoi. J'avais juste eu l'impression de devoir suivre le mouvement. Un vieux refléxe dont j'essayais difficilement de me défaire. Les soignants s'étaient imaginé que je souhaitais veiller sur la femme inerte, m'assurer qu'elle se rétablirait. Il n'en était rien, je considérais avoir déjà fait preuve de bien plus de serviabilité qu'à l'accoutume, mais je n'allais pas les détromper, ne voulant pas subir leurs questionnements indiscrets quant à ma présence. J'avais été tenté de m'enfuir alors qu'ils s'occupaient d'elle, mais la rencontre d'une charmante sorcière alors que je traversais la salle d'attente m'avait persuadé de changer d'avis. Sa discussion m'avait retenu, seul l'interruption d'un guérisseur me ramena au lieu dans lequel je me trouvais.

"- Mister ? Miss Elza Rowle s'est réveillée.

C'était donc le nom de la demoiselle qui, décidément, ne m'était pas inconnue. J'espérais qu'elle n'ait pas été l'une de mes conquêtes d'un soir que j'aurais négligée ou la revoir risquait de nous mettre tous deux mal à l'aise. Enfin surtout elle, mon naturel sans-gêne me permettant de me sortir sans mal de ces situations désagréables.

Récupérant l'adresse de ma compagne afin de lui écrire - elle saurait assurément tuer mon ennui un soir prochain - je rejoignais la chambre de la patiente, désireux de paraître au moins un minimum concerné. Et puis, avec un peu de chance, je l'aurais ma récompense. Peut-être pas dans un lit d'hôpital mais je n'excluais pas que nous y donnions suite plus tard. Si elle était aussi jolie que j'avais pu le percevoir, bien sûr.

Le médicomage ouvrit lui-même la chambre, me laissant entrer pour refermer derrière moi, comme s'il voulait m'y emprisonner. Il n'avait pas prononcé un mot ni prit la peine de m'annoncer. La tâche de me présentait m'incombait donc, ce qui m'était naturel d'habitude mais plus étrange dans de telles conditions.

" - Salut. C'est moi qui t'ai trouvée dans la ruelle, je venais voir comment tu t'en sortais. "

Elle était pas belle à voire, la petite blonde. Malgré les soins qui lui ont été prodigués, impossible de se méprendre sur son état, ses cernes noirâtres de douleurs et entailles boursouflées persistantes ne mentant pas.



Vive le soleil et les nanas.

Voir le profil de l'utilisateur


profil +
Message
Re: Son sang sur les pavés   Son sang sur les pavés EmptySam 8 Déc - 23:31

Un Train dans la nuit

ft. Evan Jones
ou le crapaud qui ne se transformait pas en prince charmant

Même les yeux fermés, incapable de voir sa chambre, ce décor immaculé et aseptisé, Elza le savait, le sentait au plus profond de son être. Elle était à Ste Mangouste, patiente alitée, réduite à l'impuissance. Une nouvelle fois. Et le sommeil, cette possibilité de fuir loin de son état se refusait à elle. Son esprit se tordait, protestait contre le repos et l'absence de pensées à laquelle elle aspirait.

Une porte s'ouvrit, puis se referma. mais elle n'y prêta guère attention, toujours concentrée sur cette tâche complexe qu'était celle de trouver le sommeil. Quelques mots atteignirent ses oreilles, sans que le sens ne parvint pour autant à son cerveau.

Elza ouvrit à demi les yeux pour contempler la silhouette devant elle. Ils n'auraient jamais dû lui accepter de visiteurs, du moins, pas des si peu importants comme cette personne. Elle n'était pas en état de faire la conversation, elle avait besoin de repos. Même sans avoir fait de longues études de Médicomagie, elle le savait. Les mots du nouveau venu se perdirent dans les méandres embrumés de son esprit.

Un silence pesant plana durant un temps, temps où ses pensées se focalisaient une nouvelle fois sur ce sommeil qui la fuyait, décidé à la laisser à sa douleur. Un soupir, presque rageur, lui échappa et elle rouvrit les yeux. Elle reporta son attention sur l'autre individu présent dans la pièce, dévisageant franchement les traits agréables de son visage.

- On s'est déjà vu quelque part.

Les mots qu'elle prononça n'avaient rien d'une question. Elle énonçait seulement une constatation, fruit de ses pensées embrouillées. Dans d'autres circonstances, elle aurait sûrement replacé facilement un nom sur ce visage, serait parvenu à dire quelque chose de plus intelligent. Mais son cerveau ressemblait à une machine mal huilée, qui fonctionnait au ralenti, dont les engrenages peinaient à tourner.

- Oh... La soirée des deux p'tits, leur anniversaire, réalisa-t-elle finalement. C'était pas ma faute. Enfin, si un peu, mais... Mary... Enfin, pas bien grave.

Pas bien grave... Ce n'était pas vraiment à elle d'en décider. Après tout, c'était lui qu'elle avait laissé en plan, et non l'inverse. Si l'un des deux se trouvait en faute, c'était bien elle. Mais les mots sortaient de sa bouche sans qu'elle y réfléchisse beaucoup au préalable. De toute façon, elle n'avait pas à trop s'en inquiéter, il ne devait pas être homme à s'arrêter à un lapin posé. Elle avait l'intuition qu'il était du genre à en semer beaucoup sur son chemin lui-même.





Elza Rowle

C'est dans le feu que le fer se trempe et devient acier. C'est dans la douleur que l'homme trouve la révélation de sa force.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t768-sous-la-plume-d-elza-rowle http://www.magicneverdies-rpg.com/t767-voliere-d-elza-rowle http://www.magicneverdies-rpg.com/t766-elza-rowle


profil +
Message
Re: Son sang sur les pavés   Son sang sur les pavés EmptyMer 12 Déc - 0:47


Son sang sur les pavés
Avec Elza Rowle

La blonde me remercia pas, non, elle serait juste morte sans moi mais inutile de me montrer le moindre signe de gratitude. Elle était bien maintenant, en vie, pourquoi se serait-elle préoccupée de son sauveur ? C'était injuste. Pour une fois que j'aidais quelqu'un, tout le monde s'en fichait. Ça donnait pas envie d'être héroïque, ça payait mieux d'être un voyou. Elle méritait que je la ramène dans sa ruelle. Ah, elle aurait moins fait la maligne, à se vider de son sang sans que personne prévienne l'hôpital.

" - On s'est déjà vu quelque part.

Je fronçais les sourcils. Qu'est-ce qu'elle racontait ? Elle prenait vraiment la peine d'ouvrir la bouche pour ça ? Aucun intérêt, j'aurais préféré quelques compliments. Ceux-ci étaient mérités, je tenais à appuyer sur ce point. Ce jour plus encore que les précédents.

De toutes façons, je connaissais tout le monde, je connaissais personnes, je me rappelais pas de toutes les nanas qui traversaient mon chemin. Ça serait impossible, elles étaient trop nombreuses. Elle avait pas la tête de celles qui partageaient mes fêtes – dans le sens amical, j'entendais – et je me rappelais pas non plus l'avoir eu dans mon lit.

- Oh... La soirée des deux p'tits, leur anniversaire. C'était pas ma faute. Enfin, si un peu, mais... Mary... Enfin, pas bien grave.

Je comprenais rien. Déjà, c'était qui sa Mary, là ? Y en avait pleins des Mary, on était en Angleterre. Niveau originalité on faisait mieux. Autant dire que ça m'évoquait rien. Ses histoires de soirées, de petits et d'anniversaire non plus. C'était mon quotidien tout ça.

- Quoi ? Je vois vraiment pas. Tu confonds pas avec quelqu'un d'autre ?

J'interpellais le médicomage qui venait faire quelques vérifications. Il avait beau rester muet et prendre quelques notes sur un papier, ça m'empêchait pas de lui demander de l'aide.

- Vous êtes sûr qu'elle est lucide ? Parce qu'elle raconte n'importe quoi, c'est flippant là. "

J'allais pas prendre de pincettes pour elle. Ça me restait en travers, qu'elle m'ait pas remercié. J'espérais qu'ils l'assomment de potion tranquillisante histoire de lui remettre les idées en place.



Vive le soleil et les nanas.

Voir le profil de l'utilisateur


profil +
Message
Re: Son sang sur les pavés   Son sang sur les pavés EmptyDim 23 Déc - 9:56

Un Train dans la nuit

ft. Evan Jones
ou le crapaud qui ne se transformait pas en prince charmant

Le pire dans cette situation venai sûrement du fait que, elle, elle se rappelait, alors qu'elle était au plus mal, que son esprit n'était vraiment pas des plus clairs. Enfin, elle ne s'était pas attendue à grand chose en rencontrant le bonhomme, s'était doutée que ce ne serait que l'idée d'un soir, ce qui lui convenait bien. Il ne fallait pas s'en étonner, donc.

- Quoi ? Je vois vraiment pas. Tu confonds pas avec quelqu'un d'autre ?

Mais c'était qu'il savait se montrer incroyablement désagréable celui-là... Il semblait la prendre pour une folle, impression confirmée par ses prochaines paroles.

- Vous êtes sûr qu'elle est lucide ? Parce qu'elle raconte n'importe quoi, c'est flippant là.

Elle soupira et ferma les yeux. Ses jérémiades lui donnaient mal au crâne. S'il n'était là que pour se plaindre et lui parler mal, qu'il parte donc. Elle n'avait pas besoin de ça, pas là, à cet instant. Qu'il revienne plus tard pour ses réclamations, qu'elle puisse lui payer un pauvre verre pour le remercier, puisqu'il semblait que seule cette idée parvienne à l'animer un tant soit peu.

Le remercier. Elle ne lui avait même pas glissé un simple merci. Si elle l'avait pu, elle se serait bien tapé la tête contre le mur. Mais pour le moment, elle avait le corps bien trop douloureux pour penser à la simple idée de se lever.

- Je vais bien, assura-t-elle avec un geste apaisant vers le Médicomage.

Ou du moins, elle aimerait aller bien, pouvoir dire qu'elle ne se sentait pas mal, qu'elle pouvait se lever et quitter sa chambre d'hôpital en toute quiétude. Mais la réalité était toute autre, malheureusement.

- Merci de m'avoir ramené, d'avoir prévenu quelqu'un, finit-elle par lâcher. Sans vous...

Sans lui, elle se serait sûrement vidée de son sang dans la ruelle et aurait rejoint son mari comme sa fille, là où reposent les morts. Même si, sur le moment, elle en était venue à penser que ce serait une fin plus douce que de continuer à lutter pour la vie, elle savait qu'elle pouvait encore agir ici, en tant que femme et Auror, qu'il restait des choses à faire. Ce serait lâche de sa part que d'abandonner aussi facilement. Et elle se refusait à l'être, lâche.





Elza Rowle

C'est dans le feu que le fer se trempe et devient acier. C'est dans la douleur que l'homme trouve la révélation de sa force.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t768-sous-la-plume-d-elza-rowle http://www.magicneverdies-rpg.com/t767-voliere-d-elza-rowle http://www.magicneverdies-rpg.com/t766-elza-rowle


profil +
Message
Re: Son sang sur les pavés   Son sang sur les pavés EmptyMar 22 Jan - 1:52


Son sang sur les pavés
Avec Elza Rowle

La blonde semblait au moins assez consciente pour rassurer le soignant, elle devait craindre qu'il la garde prisonnière à Sainte-Mangouste plus longtemps s'il réalisait qu'elle hallucinait. Pourtant fallait pas qu'elle se fasse d'idées, sil elle était pas plus convaincante que ça elle rentrerait jamais chez elle.

- Je vais bien.

Le méicomage lui sourit, j'étais presque sûr que c'était comme s'il lui disait qu'il était pas dupe. Il se tourna en suite vers moi.

- C'est normal qu'elle soit un peu dans le flou encore pour quelques heures. Ça devrait lui passer dans la journée. Je vous laisse le constater par vous-mêmes, d'autres patients m'attendent.

Sans plus de cérémonie ou explications pour la blonde, il quitta la pièce en fermant bruyamment la porte. J’eus une pensée compatissante, une fois n'est pas coutume, pour la convalescente. Son esprit embrumé n'apprécierait certainement pas un son aussi désagréable. Déjà que le mien qui était tout à fait opérationnel résonnait sous ce coup porté à mes tympans ...

- Merci de m'avoir ramené, eut-elle la présence d'esprit de me dire, d'avoir prévenu quelqu'un, . Sans vous…

- Vous seriez morte, achevais-je sans aucune gêne.

J'étais pas de ceux qui allaient faire beaucoup de manières. C'était la simple vérité – et quel héros étais-je de lui avoir épargné ce triste sort. Je méritais plus que quelques mots de considération pour cet acte sans lequel elle n'aurait survécu. Ça viendrait peut-être plus tard. La grande question, maintenant, c'était comment j'allais me la jouer. Martyr qui avait peiné à la garder en état ? Grand chevalier pour lequel c'était tout naturel ? J'optais pour l'honnêteté, moins reluisante mais tout aussi séduisante.

- J'allais pas vous laisser crever dans une rue aussi glauque. Quoi-que, je m'arrête pas souvent pour des personnes que je connais pas. Faut croire que malgré tout c'était votre jour de chance.

Si on exceptait bien sûr que quelqu'un ait voulu la voir souffrir au point de lui infliger de pareils sévices.



Vive le soleil et les nanas.

Voir le profil de l'utilisateur


 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Don de sang
» création de sang
» PAS DE FAUX RHUM , SANG , KAKA , KOK .......
» Il ne faut pas boire de sang.
» De la neige et du sang..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Magic Never Dies :: 
Coins populaires
 :: Allée des Embrumes :: La ruelle sombre :: Secteur à risques
-


Sauter vers:  
2ème partie de Juin 2006

Plan des quartiers