Magic Never Dies :: Paperasse administrative :: Au fil de l’intrigue :: Event écriture :: #5 Nos songes les plus sombresPartagez


profil +
Message
Divagations d'Eden Taylor   Divagations d'Eden Taylor EmptyDim 5 Mai - 13:01

We are our own demons
Eden Taylor








Eden ouvrit les yeux. Autour d'elle, l'obscurité était telle qu'elle ne pouvait pas même discerner les ombres autour d'elle. Elle se leva difficilement et le froid l'envahit. Elle ne savait pas où elle était pourtant ce lieu lui était étrangement familier. Un nuage de buée claire s'échappait de sa bouche à chacune de ses respirations. Elle tenta d'avancer.

- Eden.

Elle tourna sur elle même, ne sachant pas d'où venait cette voix mais l'obscurité était si dense qu'elle voyait à peine ses pieds. Mais elle connaissait cette voix.

- Mère ?

Ce mot résonna dans le silence de la pièce. Le froid la faisait frissonner et elle aurait tout donné pour voir une veste. Sa question resta sans réponse et elle décida alors de continuer d'avancer. Elle se cogna contre quelque chose après quelques pas, elle toucha l'objet et se rendit compte qu'il s'agissait d'un canapé. Elle reconnut alors immédiatement la pièce dans laquelle elle se trouvait. C'était le salon du manoir de Varesi à Milan.

- Eden.

La voix de sa mère se répéta. Eden s'immobilisa.

- On y va Eden.

Ces mots étaient pleins de tristesse, la voix s'était faite tremblante. La Taylor en chercha une fois de plus l'origine mais en vain.

- Où ça ? Mère où êtes-vous ?

- Viens Eden, tu as de la visite. Avance.

La brune, de plus en plus inquiétée par ces mots, s'exécuta et continua d'avancer. Elle ne demanda pas qui venait la visiter, visiblement sa mère n'était pas disposée à répondre. Elle avança jusqu'à se trouver face à une porte.

- Mère vous êtes derrière cette porte ?

- Non ! cria alors sa mère, terrifiée. N'ouvre pas ! Elle est là, elle veut te faire du mal !

Eden n'avait jamais entendu sa mère dans cette état. Elle était toujours stoïque et froide et elle ne l'avait jamais vue avoir peur. Et la voilà qu'elle criait, morte de peur.

- Mère, dites-moi ce qu'il se passe, s'exaspéra Eden qui avait essayé de garder son calme jusque là. Qui est derrière cette porte ? Pourquoi "elle" veut me faire du mal ?

Mais une fois de plus, sa mère ne répondit pas. Quand elle était sur le point d'ouvrir la porte, trop curieuse de savoir ce qu'il y avait derrière pour faire demi tour, un bruit sourd emplit le salon. Elle se tourna, surprise, à la chercher de l'origine du bruit quand le sol se déroba sous ses pieds. Elle tomba pendant quelques secondes, le temps nécessaire pour se faire prendre par la panique, avant d'atterrir sur un sol de pierre froide. Elle ne mit que quelques instants pour se rendre compte qu'elle était tombée dans le cachot de Serpetard. Tandis qu'elle essayait de comprendre comment elle était arrivée là, des bruits de pas de course arrivèrent jusqu'à ces oreilles. Victoria Sampedro, son ancienne meilleure amie, déboula dans la pièce paniquée.

- Eden vite, lève toi et cours ! intima la jeune fille tout en attrapant le bras de son amie au sol.

- Vicky, qu'est-ce qu'il se passe ?

Victoria ne lui répondit pas, elle continua à lui tirer le bras jusqu'à ce qu'Eden capitule et se lève. Elle suivit son amie dans les couloirs de Poudlard, couloirs dont elle se souvenait du moindre détail, tandis qu'elle essayait toujours de comprendre ce qu'il lui arrivait. C'est alors qu'elle réalisa que Victoria n'avait pas vieilli, qu'elle était exactement comme elle l'avait laissée en huitième année.

- Eden !

Elle s'arrêta nette. La voix de Félix Harrington ne quittait pas sa tête, tournait en boucle dans son crâne. Il n'avait jamais dit son nom. Pourquoi Félix ? Que voulait-il ?

- Harrington ? répondit la brunette, surprise.

Victoria ne semblait pas accepter sa soudaine pause et la tira une fois de plus pour la convaincre à repartir.

- Cours Eden, cours. Elle n'a aucune pitié.

Tout en courant, elle cherchait Félix en regardant tout autour d'elle mais les couloirs étaient vides, à l'exception des deux jeunes filles. Elles arrivèrent dans la grande salle, vide elle aussi mais aussi débarrassée de toutes les tables. Eden leva les yeux et aperçu un ciel orageux dans le plafond. Au centre de la pièce se tenait Luke Taylor, son père. Il se tenait debout, droit, froid, rien d'exceptionnel. Victoria lâcha enfin Eden qui osa s'aventurer en direction de son père.

- Eden, commença l'homme aux cheveux poivre et sel, tu dois faire attention. Celle qui te cherche est bien plus dangereuse que tu ne le croit. Toutes les personnes que tu as croisées t'ont fait du mal, d'une façon où d'une autre, tout comme celles que tu croisera prochainement. Mais n'oublie pas que ce mal n'est pas comparable à ce qu'elle te fera.

La brune s'approcha d'encore un pas, assez proche pour toucher la main de l'homme. Son père n'avait jamais montré aucun signe d'affection à sa fille unique pourtant à ce moment là il posa sa main sur son épaule. Dans ses yeux bruns se lisait la peur, l'inquiétude tordante. Eden avait de plus en plus peur, elle craignait de plus en plus cette femme, "elle" qui la poursuivait, qui cherchait à la blesser encore plus qu'elle ne l'était déjà.

- Combien de temps je devrais fuir encore ? osa-t-elle demander, la voix tremblante de peur et de rage, peur de l'inconnu, rage de ne pas savoir.

Mais avant que son père ne puisse dire un mot, un vent glacial fit claquer les immenses portes de la grande salle et éteignit toutes les bougies. La Taylor se tourna instinctivement vers le bruit mais une fois qu'elle posa à nouveau ses yeux sur son père, il avait disparut, et Victoria avec lui. Elle inspecta les alentours des yeux, à la recherche de quelque chose, quoi que ce soit, qui l'aide à comprendre ce qu'il lui arrivait. Elle se sentait observée, elle ressentait une présence autour d'elle.

- Tu es en sécurité avec moi princesse.

La souffle de James caressa son oreille et la fit frissonner. Elle sentait son corps massif debout derrière elle mais elle n'osa pas se tourner. Il posa ses mains sur sa taille et elle s'avança immédiatement, refusant ce contact inapproprié.

- Es-tu celui qui me poursuit ?

La voix brisée de la brune se perdit dans l'immensité vide de la pièce. Les bougies ne s'étaient pas rallumées et la grande salle n'était désormais éclairée que par la pâle e lugubre lumière de la pleine Lune.

- Non, celle qui te cherche est un monstre sanguinaire, répondit-il après quelques instants.

- Tu es un monstre sanguinaire James.

Elle devina son sourire même si elle était encore dos à lui. Il était fier de tous ces actes, il ne s'était jamais rendu compte de la gravité de sa situation. Il brisait des vies et en utilisait les débris comme pendentifs. Un pour chaque vie ôtée, un pour chaque promesse brisée, un pour chaque vertu volée.

- Je sais que tu as peur Eddie mais ce n'est pas de moi que tu devrais avoir peur, affirma-t-il tout en reculant de plus en plus, jusqu'à quitter la salle.

Elle était sur le point de sortir à son tour quand des dizaines de voix emplirent son crâne. Toutes l'appelaient et la mettait en garde. Elle reconnut notamment la voix de toutes les personnes qu'elle avait croisée, accompagnées de celles de sa cousine Clarissa et celles de ses amies italiennes. Celles de tous ceux qui lui avaient fait du mal, ceux qui l'avaient rendue la femme de glace qu'elle était. Elle était sonnée, ne pouvant plus avancer, ni même bouger. Sa tête la faisait tellement souffrir, à force d'entendre ces cris et ces voix, qu'elle finit par s'évanouir.

Lorsqu'elle se réveilla, elle était face à une porte en bois simple. Il n'y avait rien d'autre que cette porte, simplement un couloir sombre derrière elle. Elle se releva difficilement et s'avança vers la porte. Elle remarqua une plaque dorée sur laquelle on pouvait lire Celle qui chasse Eden Taylor est derrière cette porte. Elle posa sa main sur la poignée et les voix dans sa tête revinrent. Elles crièrent Non ! à l'unisson. Eden tenta de lutter contre ces voix mais quelque chose semblait dominer son corps, quelque chose qui l'empêchait d'ouvrir cette porte et qui la poussait à s'enfuir de l'autre côté. Pourtant elle ne céda pas et réussit difficilement à baisser la poignée. Les voix dans son esprit de firent de plus en plus paniquées et oppressantes mais elle ferma les yeux et prit une grande inspiration. Elle ne pouvait pas lutter contre sa curiosité naturelle et elle ne désirait qu'une chose : voir qui était derrière cette porte. Lorsqu'elle poussa la porte, qui s'ouvrit dans un grincement, elle se trouva face à un miroir.

Eden ouvrit les yeux et le releva d'un coup de son lit. Elle était couverte de sueur froide et son corps entier tremblait. Elle était celle qui lui ferait le plus grand mal, elle était ce monstre sanguinaire. C'est de elle-même qu'elle devait avoir peur, non des autres.

MND

Voir le profil de l'utilisateur


 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présentation de Taylor Black. [Validée]
» Une journée éprouvante [PV Eden]
» Mickaël Eden
» Dimitri Payet (by Eden-Hazard)
» Chambre d'Eden, Vesna et Chih-Nii

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Magic Never Dies :: Paperasse administrative :: Au fil de l’intrigue :: Event écriture :: #5 Nos songes les plus sombres-


Sauter vers:  
Sept. 2006
1ère partie

Plan des quartiers