Magic Never Dies :: Comptoir d'accueil :: RecensementPartagez


profil +
Message
Mary Serero   Mary Serero EmptyDim 9 Juin - 23:11


Mary Serero


Alisha Boe



:: Nom complet :: Mariama Naledi Serero
:: Âge :: 20 ans, née le 20 mai 1986
:: Ascendance :: Née-Moldu
:: Nationalité / Origines :: Sud-Africaine
:: Père :: Tumelo Serero, moldu
:: Mère :: Christina Nahia, moldue
:: Statut marital :: Célibataire
:: Baguette :: Bois - Coeur

:: Profil Ministère :: Citoyen propre (en Angleterre)
:: Métier ::
:: Faculté(s) magique(s) :: Voyante (fait méconnu du Ministère)



Ressortissant étranger

:: Pays d'origine :: Afrique du Sud
:: En Angleterre depuis :: ce jour / date
:: Double-nationalité souhaitée :: oui
:: Ecole où vous avez étudié :: Uagadou
:: C.R.O.C.O :: Diplômée (résultats suivants)

• Botanique médicinale → E
• Auto-métamorphose → P
• Alchimie → E
• Incantation physique → O
• Astronomie → E
• Divination → E
• Cursus chamanique → O

• Créatures magiques → D
• Numérologie → A

:: L.I.O.N :: Non diplômé(e) / Diplômée (résultats suivants)
(Il faut au moins avoir eu E au diplôme 1 de la matière correspondante pour la passer au diplôme 2.)

• Botanique médicinale → A
• Alchimie → O
• Incantation physique → E
• Astronomie → A
• Divination → O
• Cursus chamanique → O


Histoire & personnalité

:: Lien de parenté avec un/des sorcier(s) du forum ? :: Non

:: Qualités :: Persévérante - Affable - Ingénieuse
:: Défauts :: Égoïste - Caractérielle - Sceptique

:: Si vous étiez un sortilège :: Oubliette pour tenir loin de moi ce passé qui me hante.
:: Si vous étiez une créature magique :: Réponse ici
:: Si vous étiez un rêve :: Celui d'avoir eu une autre vie.
:: Si vous étiez un pêché inavouable :: Tout ce qui est des meurtres ou tortures que j'ai pu commettre, j'imagine.
:: Si vous étiez une odeur :: L'odeur exécrable qui planait sur le bidonville, comparable à aucune autre.
:: Si vous étiez une colère :: Réponse ici
:: Si vous étiez une faiblesse :: Réponse ici
:: Si vous étiez une passion :: Réponse ici
:: Si vous étiez un dégoût :: Celui de mon ancienne vie. L'existence que je menais et dans laquelle ma famille est toujours enfermée m’écœure, leur incapacité à s'en défaire tout autant.
:: Si vous étiez une discipline magique :: Réponse ici
:: Si vous étiez un secret :: Réponse ici
:: Si vous étiez une cause pour laquelle vous battre :: Mon indépendance et ma vie. Peu importe ce que je dois y sacrifier ou même qui.
:: Si vous étiez quelqu'un qui vous fait du bien :: Réponse ici




Je naquis dans un misérable quartier de Soweto, township de la banlieue de Johannesburg. Ma mère avait hurlé de longues heures son agonie, ses cris se répercutant sur la taule qui constituait un semblant de mur. Elle était restée allongé sur le sol de terre battue, perdue entre souffrance et inconscience. Seul un tissu miteux avait rapidement été disposé pour lui permettre un confort minime. Mon père était resté à ses côtés, impuissant et tout aussi inutile, alors que mon frère, Thami, sillonnait le bidonville, cherchant désespérément quelqu'un pour l'aider. Il n'était toujours pas de retour lorsque le minuscule être sanguinolente et braillard que j'étais prit vie. Alors que la femme se releva péniblement, fiévreuse, son amant posa sur une couverture épaisse le nourrisson que j'étais aux côtés de ma jumelle, Themba.

Notre destin fut scellé dès ce jour. Nous vivions dans la pauvreté excessive, n'ayant aucunes ressource. Mon père et ma mère volaient, mendiaient, et je dû m'y résoudre lorsqu'ils me le demandèrent. Nous étions trop pour de maigres moyens. J'eus encore une jeune sœur, Zanele, à l'âge de quatre ans qui vint compléter notre famille misérable. Les adultes nous élevaient distraitement et nous sommes tous devenus très indépendants dès notre plus jeune âge. Nous n'étions pas particulièrement proches les uns des autres dans notre fratrie, aucun lien mystique ne m'unissait à Themba. Je passais plus de temps avec Thami et mes nombreux amis que quiconque d'autre.

Mon père nous quitta alors que je n'avais que dix ans sans se préoccuper de ce que nous deviendrions. Une femme blanche, comme l'était ma mère, et ses quatre enfants métisses dans un milieu comme celui-ci se trouvaient dans une situation plus précaire encore qu'alors mais nous n'avions aucune alternative. Notre condition changea en 1998 lorsqu'un incendie ravagea une partie de nos quartiers et avec eux notre taudis. Nous emménageâmes dans une installation à peine plus grande que la notre aux côtés des Zuma qui se composaient de Kabeli, nouveau copain de ma mère et dealer notable, et de ses deux enfants, Rahma et Zukisa. Ce fut cette même année que l'existence de Ouagadou me parvint, s'insinuant en moi comme une évidence peu avant la rentrée. Cette révélation me parut si improbable que je ne l'acceptais pas immédiatement, luttant contre le fait qu'elle s'encre en mon esprit. Je n'avais pas de temps à accorder à de telles absurdités et n'avais jamais montré signe de la moindre étincelle de magie. À croire que mon corps couvait et taisait mon don.

Au matin du premier septembre je m'éveillais en sursaut, bien plus tôt qu'à l'accoutume. Sans en être consciente je saisissais la petite pierre qui m'était apparue à la suite de mon rêve étrange. D'une seconde à l'autre le décor qui m'entourait changea en une mélasse de couleurs et sensations. Je vomis tripes et boyaux dès mon arrivée à l'école. Là-bas, on me prit en charge, et mon quotidien changea radicalement. Je connus un confort qui m'avait toujours été inaccessible, mangeait à ma faim, étudiait dans un milieu sain. Ce dernier point d'ailleurs me posa quelques soucis : j'arrivais sans aucune éducation, ne sachant ni lire ni écrire et à peine compter. J'eus du mal à rattraper mon retard mais y parvint grâce à la patience de mes professeurs. Mes progrès en magie ne se firent pas peu importants non plus.

À mon premier retour à Soweto, le contraste me frappa dans toute sa violence. Les rires enfantins avaient été remplacés par les lamentations que les murs de taule ne savaient taire. Les regards sereins par la misère qui peuplait le bidonville. Les livres d'études et parchemins divers par les seringues usagés qui jonchaient le sol de chez moi. Ma mère n'était plus qu'une loque humaine que la drogue menait, inhibant son esprit pour le remplacer.

On ne s'était pas inquiété de ma disparition. Zanele m'avait cru morte, Themba en fuite, et j'avais brièvement prévenu Thami sans trop lui expliquer la raison de mon départ. Il avait d'ailleurs changé en deux mois, plus grave et agressif, ombre de notre beau-père qu'il suivait désormais dans ses activités. Je ne tenta pas de le dissuader. Il était trop tard, et ça n'était pas alarmant chez nous de sombrer dans un tel trafique.

J'alternais selon mes humeurs et les années les périodes où je m'oubliais dans les cours, en suivant bien plus que de raison, et celles où je m'y rendais au contraire à peine, trop préoccupée par le sort de mes proches. Ces deux mondes me tiraillaient et j'avais l'impression de ne plus être qu'une. Deux personnes s'affrontaient en mon corps et leurs intérêts divergeaient.



Partie du joueur

:: Votre pseudo / votre âge :: N'importe lequel des noms de mes personnages, 19 ans.  

:: A première vue, comment trouvez-vous le forum ? :: Mary Serero 4293763235
:: Comment l'avez-vous déniché ? :: J'ai trois comptes ici Mary Serero 2636966847
:: Qu'attendez-vous de lui ? :: Mary Serero 4293763235

:: Liens recherchés :: J'y réfléchirai plus tard !

:: Avez-vous un double-compte ici ? Si oui lequel ? :: Héra, Evan et Gemma
:: Utilisez-vous la même connexion qu'un autre membre ? Qui ? :: Non

:: Souhaitez-vous être guidé(e) dans vos premiers pas ? :: Non merci hihi

:: Quelque chose à rajouter ? :: Mary Serero 3698865503



Voir le profil de l'utilisateur


 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hail Mary Pass !
» Marie Morgane (Mary Morgan) :
» Demande pour la jeune Mary
» Mary Jane ♣ END
» [Drama Coréen] Marry Me , Mary!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Magic Never Dies :: Comptoir d'accueil :: Recensement-


Sauter vers:  
Août 2006
2ème partie

Plan des quartiers