Magic Never Dies :: 
Coins populaires
 :: Coeur du Londres sorcier :: En plein air :: Jardin public
Partagez | 


profil +
Message
Tentons encore de coudre avec des liens usés   Jeu 25 Jan - 16:24

Tentons encore de coudre avec des liens usés
Feat Eden Taylor.
Juste un mois avant Noël, le temps ne s'était pas encore décidé. Un coup il faisait chaud, un coup il faisait froid. Cette déstabilisation climatique avait pour don d'influencer l'humeur de la jeune Parkinson qui variait elle aussi en fonction des jours. Heureusement aujourd'hui, un beau soleil illuminait le ciel et la brune ne s'était pas levée du mauvais pied. Cette journée aurait pu être parfaite, seulement, elle avait rendez-vous et pas avec la première personne qu'elle aurait voulu voir. Non, cette après-midi, elle devait retrouver la jeune Taylor pour soit disant tenter de rattraper leur relation qui n'était pas partie sur le bon pied la dernière fois que les deux sorcières s'étaient vues. Mais en réalité, ce n'était pas la première fois que cela ne fonctionnait pas entre elles. A Poudlard déjà, les deux filles ne s'entendaient pas. Pourquoi continuer à s'accrocher en permanence alors qu'elles pourraient simplement s'ignorer ? Pansy n'en avait aucune idée. Le fait étant qu'elle était là, assise sur un banc du parc du Londres Sorcier, encerclée de verdure ou du moins ce qu'il en restait, puisque la quasi totalité des arbres avaient été mis à nus par le froid venant.

La reporter se demandait bien ce qu'allait lui dire sa collègue. Dans la missive qu'elle lui avait envoyée, elle disait s'excuser de son comportement et la remerciait de ce qu'elle avait fait pour elle. En effet, la brune avait tenté de compatir avec la journaliste lorsqu'elle lui avait parlé des événements passés de sa vie, mais cette dernière s'était braquée et lui avait répondu assez sèchement pour que la Parkinson s'en aille en la laissant en plan. Et maintenant quoi ? Elle allait lui répéter qu'elle était désolée, et après ? Taylor espérait repartir de cette rencontre avec une nouvelle amie, Pansy elle, souhaitait juste repartir en aillant mis les choses au clair et peut-être avoir une meilleure entente avec son ancienne camarade. Si elle n'avait aucun mal à aller vers les gens, c'en était tout autre lorsqu'il s'agissait de donner sa confiance. Et même si leur après-midi se terminait bien, la brune savait qu'il lui faudrait du temps avant d'accepter cette nouvelle relation.

Étant largement en avance, la fille Parkinson ne releva pas lorsqu'elle vit arriver un peu plus loin la grande brune à la démarche élégante, plusieurs longues minutes après elle. Étrangement, elle prit la peine de se lever, désirant se montrer courtoise, et lui tendit la main.

- Taylor, salua-t-elle lorsque la journaliste fut à sa hauteur.

N'ayant rien d'autre à dire et estimant que c'était à son interlocutrice d'engager la conversation pour laquelle elle était venue, elle se rassit sur le banc, laissant une place à sa droite pour permettre à la jeune femme de s'asseoir.
acidbrain

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t321-pansy-parkinson-de-retour-en-grande-bretagne http://www.magicneverdies-rpg.com/t310-flagley-le-haut-o-pansy-parkinson http://www.magicneverdies-rpg.com/f85-maison-de-campagne-de-pansy-parkinson


profil +
Message
Re: Tentons encore de coudre avec des liens usés   Jeu 25 Jan - 17:20




Tentons encore de coudre avec les liens usés.

Ft. Pansy Parkinson


Le soleil de début décembre essayait de réchauffer le monde des sorciers tandis que Eden marchait avec détermination en direction du jardin public. Elle ne savait pas bien ce qui lui avait pris d'envoyer ce hiboux à Pansy, visiblement ses remords étaient plus fort qu'elle ne le croyait. Elle entra dans le jardin et s'arrêta une seconde pour respirer l'air ambiant. Elle avait toujours aimé ce parc, et cela depuis toute petite quand sa mère l'amenait. Ses souvenirs d'enfance lui revinrent pendant quelques instants puis elle secoua la tête et se dirigea vers le lieu de rendez vous avec la Parkinson. Elle était pratiquement sure qu'elle était déjà là, elle était toujours en avance. En effet, ses estimations étaient justes et Pansy l'attendait déjà, assise sur un banc avec un air royal dans sa posture. La Taylor fut très étonnée de la voir se lever à son arrivée et lui tendit sa main que Eden serra.

- Taylor, lança la brune.

La concerné répondit d'un mouvement de tête en s'asseyant sur le banc où la Parkinson lui avait laissée une place. Cette dernière semblait dans l'attente de quelque chose alors Eden décida de se lancer.

- Ecoute Parkinson je suis vraiment désolée de t'avoir mal parlé lors de notre dernière rencontre, commença la journaliste. C'est seulement que mes parents sont un argument très sensible pour moi et que je me braque très vite quand on me parle d'eux. Je ne m'attends pas à ce que tu me pardonne ou même me réponde mais j'avais besoin de te présenter mes excuses, pour soulager ma conscience en quelque sorte. Sache que j'ai beaucoup apprécié ta façon que tu a eu de te soucier de mon histoire personnelle, je n'aurais jamais cru ça de toi. Enfin bref voilà tout ce que j'avais à te dire, je ne prétend pas devenir ton amie, je ne sais même pas si ce serait possible, simplement j'espère être en meilleurs termes avec toi. Pardonne moi d'avoir pris de ton temps.

Sur ce elle se leva. Elle ne savait pas si son interlocutrice avait une réponse à lui donner alors elle se planta devant elle en attente.
love.disaster

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t408-eden-taylor-la-voix-de-la-verite http://www.magicneverdies-rpg.com/t379-chemin-de-traverse-voliere-de-eden-taylor http://www.magicneverdies-rpg.com/f91-cave-d-e-taylor http://www.magicneverdies-rpg.com/t328-eden-taylor


profil +
Message
Re: Tentons encore de coudre avec des liens usés   Mer 7 Fév - 15:30

Tentons encore de coudre avec des liens usés
Feat Eden Taylor.
Désormais assises côte à côte, les deux brunes se toisaient. Pansy qui était venue à la demande de l'autre, ne comptait pas rester là indéfiniment et attendait avec impatience que sa collègue se lance. Ce qu'elle, heureusement, ne tarda pas à faire.

- Écoute Parkinson je suis vraiment désolée de t'avoir mal parlé lors de notre dernière rencontre.

Il lui semblait avoir compris cette partie là, effectivement.

- C'est seulement que mes parents sont un argument très sensible pour moi, continua la sorcière, et que je me braque très vite quand on me parle d'eux.

La brune pouvait comprendre, elle avait elle même des sujets qu'elle n'aimait pas aborder. Mais sa fierté en avait pris un coup et elle n'allait pas se contenter de ça.

- Je ne m'attends pas à ce que tu me pardonne ou même me réponde mais j'avais besoin de te présenter mes excuses, pour soulager ma conscience en quelque sorte. Sache que j'ai beaucoup apprécié ta façon que tu as eu de te soucier de mon histoire personnelle, je n'aurais jamais cru ça de toi.

Encore heureux, pensa la Parkinson.

- Enfin bref voilà tout ce que j'avais à te dire, je ne prétend pas devenir ton amie, je ne sais même pas si ce serait possible, simplement j'espère être en meilleurs termes avec toi.

Encore heureux, repensa la Parkinson.

- Pardonne moi d'avoir pris de ton temps, finit-elle en se levant brusquement.

Et c'était tout ? La brune ne savait pas vraiment quoi en penser. La fille Taylor ne lui avait lancé aucune pique ou remarque désobligeante, elle n'avait fait que s'excuser, et paraissait vraiment sincère. Installée comme une duchesse, Pansy ne prit pas la peine de se lever lorsqu'elle laissa les mots couler de sa bouche :

- Si j'ai pris le temps de t'écouter et d'essayer de comprendre ce que tu as vécu, je ne l'ai pas fait pour toi, répondit-elle sans prendre de pincettes. Je trouvais ton histoire intéressante, car même si nous avons vécu des choses totalement opposées, nous ne sommes pas si différentes que ça. C'est pour ça que je t'ai répondu ainsi. A aucun moment je ne me serais permise de dicter la conduite que tu devais avoir, comme tu l'as pensé, je tenais juste à te partager un peu de mon expérience personnelle. Car pour moi, la famille est ce qui compte le plus et je ferai toujours passer mes proches avant toutes les merveilles qui m'attendent dans ce monde.

Son ton n'était pas amical, mais n'avait rien d'antipathique. Elle n'avait pas oublié la manière dont la Serpentard l'avait traitée mais elle n'avait pas envie de se prendre la tête et chercher les ennuis comme au temps de Poudlard. Elle avait su gagner en maturité, c'est peut-être le seul point positif qu'elle pourrait accorder à cette maudite guerre.

- J'ai encore foi en la vie Taylor, reprit la reporter. Je ne crois peut-être pas au monde utopiste auquel les politiciens veulent nous faire rêver, mais je pense avoir encore la chance de connaître le bonheur. C'est pour ça que je ne compte pas m'attarder sur notre altercation futile, je t'ai dit ce que je pensais et même si ta réaction m'a déplut je peux la comprendre d'une certaine manière. J'aurais sûrement réagit pareil. Je ne peux pas te promettre une amitié, comme tu l'as dit toi même je doute fort que cela puisse se produire étant donné les nombreux échecs que nous avons connus dans le passé. Cependant, je pense être en capacité de ne pas te lancer des regards de haine lorsque l'on se croisera au travail. J'espère qu'il en sera de même pour toi.

Pour la première fois, Pansy s'autorisa à lui sourire. Un infime sourire, pas par amitié, ni par hypocrisie. Un sourire imperceptiblement bienveillant ? Ou moqueur face à cette situation cocasse ? Peut-être bien les deux. Ces deux anciennes ennemies de Poudlard qui avaient maintes et maintes fois manqué de se sauter au visage, essayaient à nouveau de trouver un terrain d'entente. Pansy ne cherchait à être l'amie de personne, elle avait déjà ses proches sur qui elle comptait et savait que si entente il devait y avoir entre elle et la journaliste, il lui faudrait bien du temps avant d'abaisser ses façades. Pour le moment, elle préférait donc se contenter de ça : Que les choses soient claires et leur relation moins amère.
acidbrain

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t321-pansy-parkinson-de-retour-en-grande-bretagne http://www.magicneverdies-rpg.com/t310-flagley-le-haut-o-pansy-parkinson http://www.magicneverdies-rpg.com/f85-maison-de-campagne-de-pansy-parkinson


profil +
Message
Re: Tentons encore de coudre avec des liens usés   Mer 14 Fév - 19:47




Tentons encore de coudre avec les liens usés.

Ft. Pansy Parkinson



- Si j'ai pris le temps de t'écouter et d'essayer de comprendre ce que tu as vécu, je ne l'ai pas fait pour toi. Je trouvais ton histoire intéressante, car même si nous avons vécu des choses totalement opposées, nous ne sommes pas si différentes que ça. C'est pour ça que je t'ai répondu ainsi. A aucun moment je ne me serais permise de dicter la conduite que tu devais avoir, comme tu l'as pensé, je tenais juste à te partager un peu de mon expérience personnelle. Car pour moi, la famille est ce qui compte le plus et je ferai toujours passer mes proches avant toutes les merveilles qui m'attendent dans ce monde.

Eden écouta Pansy alors qu'elle était encore debout. Elle repensa à l'histoire de la Parkinson, qu'elle avait minutieusement étudiée avant leur interview, elle voulait une longueur d'avance. Ce n'est qu'alors qu'elle réalisa que effectivement, malgré les événements qui semblent bien éloignés, le fond était très semblable à son histoire à elle. Puis elle savait très bien qu'elle était en tort, même si sa fierté monumentale ne lui donnait pas la permission de l'admettre. Puis elle pensa au point sur les proches, et elle fut complètement d'accord. La famille est sacré, surtout pour quelqu'un comme Eden qui n'avait pas vraiment d'autres contacts humains qu'avec ses collègues et les membres de sa famille. Elle était sur le point de répliquer mais Pansy fut plus rapide.

- J'ai encore foi en la vie Taylor. Je ne crois peut-être pas au monde utopiste auquel les politiciens veulent nous faire rêver, mais je pense avoir encore la chance de connaître le bonheur. C'est pour ça que je ne compte pas m'attarder sur notre altercation futile, je t'ai dit ce que je pensais et même si ta réaction m'a déplut je peux la comprendre d'une certaine manière. J'aurais sûrement réagit pareil. Je ne peux pas te promettre une amitié, comme tu l'as dit toi même je doute fort que cela puisse se produire étant donné les nombreux échecs que nous avons connus dans le passé. Cependant, je pense être en capacité de ne pas te lancer des regards de haine lorsque l'on se croisera au travail. J'espère qu'il en sera de même pour toi.


A vrai dire la journaliste ne comprit pas très bien le rapport avec le monde utopique et les politicien, elle soupçonnait Pansy d'essayer de se rendre un peu plus intéressante, mais elle était globalement plutôt d'accord avec les mots de son interlocutrice. Mais dans le fond de son esprit elle aurait adoré que les deux soient amies, parce que cette vie solitaire commençait à peser de plus en plus.

- C'est un supplice pour moi de devoir le dire à voix haute mais tu as absolument raison Parkinson. Même si je pense que le bonheur est plutôt une croyance pour les enfants que quelque chose de réel, il faut toujours garder espoir en la vie et ne pas s'attarder sur les choses futiles. J'avais surtout besoin de soulager, je doit t'avouer et maintenant je me sens mieux. J'apprécierais que au moins une personne à la Gazette ne me regarde pas de travers. Mais après tout nos échecs n'ont pas été si nombreux, peut-être pourrions nous laisser une chance à notre amitié ? Simplement un cocktail autour d'une table du Chaudron Baveur ou une sortie à voir un match de Quidditch, qu'en dis-tu ?tenta la jeune femme dans un ultime espoir.
love.disaster

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t408-eden-taylor-la-voix-de-la-verite http://www.magicneverdies-rpg.com/t379-chemin-de-traverse-voliere-de-eden-taylor http://www.magicneverdies-rpg.com/f91-cave-d-e-taylor http://www.magicneverdies-rpg.com/t328-eden-taylor


profil +
Message
Re: Tentons encore de coudre avec des liens usés   Jeu 15 Fév - 7:29

Tentons encore de coudre avec des liens usés
Feat Eden Taylor.
Voyant que durant l'intégralité de son discours, son ancienne camarade de classe était restée debout, Pansy estima qu'il était maintenant temps pour elle de se lever à son tour. Après tout, leur conversation semblait sur le point de se clore, maintenant qu'elles avaient mis les points sur les i. Elle remarqua tout de même que le fille Taylor avait encore quelque chose à ajouter, la brune lui accorda donc quelques instants supplémentaires :

- C'est un supplice pour moi de devoir le dire à voix haute mais tu as absolument raison Parkinson.

Wow, avait-elle bien entendu ?

- Qui êtes-vous et qu'avez-vous fait d'Eden Taylor, murmura-t-elle si bas que sa collègue ne pouvait pas l'entendre.

- Même si je pense que le bonheur est plutôt une croyance pour les enfants que quelque chose de réel, continua la journaliste,  il faut toujours garder espoir en la vie et ne pas s'attarder sur les choses futiles.

Il est vrai que Pansy avait toujours eu un côté enfantin, et avait gardé certaines habitudes à rêver comme une princesse. Mais alors qu'au lendemain de la guerre, elle avait pensé que plus un seul jour elle ne connaîtrait la sensation de douleur que provoque un fou rire dans le ventre, la brune s'était vite rendue compte qu'elle avait eu tord. Alors elle s'était accrochée à cette sensation qui a tant de fois su la tirer de ses cauchemars, et a commencé à croire qu'un jour, elle vivrait épanouie, comme elle l'avait tant rêvé du temps de Poudlard. Ce n'était pas une croyance naïve, ce n'était en réalité qu'un maigre espoir, mais tout de même suffisant pour l'aider à avancer.

- J'avais surtout besoin de soulager,
poursuivit Taylor, je dois t'avouer et maintenant je me sens mieux. J'apprécierais qu'au moins une personne à la Gazette ne me regarde pas de travers. Mais après tout nos échecs n'ont pas été si nombreux, peut-être pourrions nous laisser une chance à notre amitié ? Simplement un cocktail autour d'une table du Chaudron Baveur ou une sortie à voir un match de Quidditch, qu'en dis-tu ?

Pansy en resta perplexe devant cette suggestion. Durant plusieurs secondes, elle la fixa dans les yeux, cherchant un piège quelque part et surtout ne sachant que répondre. Finalement, elle lâcha :

- J'ai eu ma dose de rendez-vous au Chaudron Baveur avec toi Taylor.

La réplique avait été froide et sèche, et la Parkinson en riait intérieurement. Elle l'avait fait exprès, c'est vrai. On l'avait si souvent traitée de méchante qu'elle avait finalement apprit à jouer le jeu ! Mais elle ne pouvait cependant pas ignorer les efforts de sa camarade et cracher sur cette nouvelle trêve qu'elles venaient de s'accorder. C'est donc avec plus de douceur qu'elle annonça :

- Mais c'est vrai qu'il y a longtemps que je n'ai pas eu l'occasion de m'installer dans ces bons vieux gradins anglais...

Et c'est ainsi que pour la énième fois depuis tant d'années, elles tentaient encore de coudre quelque chose avec leurs liens usés. Peut-être qu'un jour, ces liens finiraient par se briser, voire même se déchirer. Mais pour l'instant, elles étaient là, dans ce parc de Londres sorcier, leurs fiertés mises de côté. Il n'y avait pas de réelles promesses, elles étaient seulement prêtes à réessayer.
acidbrain

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t321-pansy-parkinson-de-retour-en-grande-bretagne http://www.magicneverdies-rpg.com/t310-flagley-le-haut-o-pansy-parkinson http://www.magicneverdies-rpg.com/f85-maison-de-campagne-de-pansy-parkinson


 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ♣ Liens avec un coeur briser ?
» Fiches de RP / Liens [Aide & Libre Service]
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Magic Never Dies :: 
Coins populaires
 :: Coeur du Londres sorcier :: En plein air :: Jardin public
-


Sauter vers:  
1ère partie de Juin 2006

Plan des quartiers