Magic Never Dies :: 
Coins populaires
 :: Chemin de Traverse :: Chaudron Baveur
Partagez | 


profil +
Message
Je peux me faire pardonner ?   Jeu 1 Mar - 16:36





Je peux me faire pardonner..?  

 « L'enfance a des manières de voir, de penser, de sentir qui lui sont propres ; rien n'est moins sensé que d'y vouloir substituer les nôtres. » ft Eden Taylor


S'il y avait bien une chose que Charlie adorait, c'était sortir et mettre son nez à l'air. En ces temps-ci, il faisait frais. Encore en pleine saison des fêtes, le temps ne montrait pas grand signe de changement : la neige était toujours présente. Si bien que le vendeur de chez Honeydukes sortit avec un manteau magique (une création d'une amie de son père qui lui avait fait un bon prix sur ses manteaux auto-chauffant) ainsi qu'avec une malette contenant les uniformes du boulot. Bien que le jeune homme lançait des coups d’œils en coin vers la neige, ce n'était pas le moment de s'amuser dans la neige et de faire un bohnomme de neige près de chez lui. Les fêtes de Noel et du Nouvel An avait dévalisé le magasin de honeydukes, les sucreries moldus étaient tout autant appréciés que chez les chocolats maison de Charlie. Si bien qu'il se devait d'aller chercher nombreux colis, ainsi que des ingrédients particuliers pour la créations des bonbons et friandises diverses.

Avant de transplaner vers le Chemin de Traverse, le Vendeur profite d'une petite boutique de sa région qui vend des cafés à emporter puis sans attendre, il transplane vers là-bas. Au lieu de se rendre chez l'apothicaire, un vendeur de mets étranges destinés généralement aux potions, Charlie se rend à la célèbre Banque de Sorciers pour échanger quelques gallions donnés par son patron, contre de l'argent moldus afin de se rendre dans Londres plus tard : tous les ingrédients n'étaient pas forcément magiques, loin de là. Si bien qu'il commence ses achats chez Tissard et Brodette pour faire rénover les uniformes de Honeydukes. Une fois ceci déposé, il se rend aussitôt chez l'apothicaire avec un sourire au visage.

- Des dards de Billywig, s'il vous plaît.

Le propriétaire n'était plus étonné par les demandes du vendeur : il commençait par bien le connaître et savait parfaitement ce qu'il y avait dans les friandises "aux goûts étranges" de chez Honeydukes. Il met ses nombreux achats dans sa mallette une fois ces derniers rapetissés, puis sort enfin de la boutique en recevant une gifle de la part du vent froid. Par reflex, il porte son café à son bouche, s'abreuvant du liquide encore chaud, s'extasiant de sentir cette chaleur glisser dans sa gorge alors qu'il faisait froid. Il fit ceci tout en avançant vers le Chadron Baveur et toujours en train de boire, le garçon trébuche contre un caillou et se retrouve sur le sol avec.. Le bouclé déglutit. Avec une tasse de café vide. Le garçon chasse les minuscules cailloux sur ses mains en les frottant, puis se relève d'un bond, bien que déçu d’avoir perdu son café. Il allait s'apprêter à continuer, sauf qu'une femme était devant lui. Enduise de café. Il mit du temps avant de comprendre, les sourcils froncés d'étonnement, en se disant que c'était bien curieux comme pratique. et qu'il allait sûrement essayer un jour. Mais c'est en voyant sa tasse par terre qu'il comprend que c'est lui le fautif de cette histoire. Paniqué, il regarde partout afin de rechercher des serviettes et cherche précipitamment sa baguette. Mais dans la précipitation, il la fait tomber au sol. Une fois avec sa baguette il lance :

- Récurvite ! les traces de cafés s'estompent sur la jeune après avoir fait le mouvement de baguette en S. Par Merlin, je suis vraiment navré !

Vraiment ? Bien sûr qu'il l'était. Il était maladroit, c'était un fait connu. Pourtant, ça ne l'avait jamais mis dans une situation aussi délicate que celle-ci. Il bouge alors ses doigts, ne sachant que faire, se mordant les lèvres. D'un air coupable, il baisse la tête en croisant au passage la vision du Chaudron Baveur. Avec un maigre sourire, portant en lui une culpabilité assez grande, il propose alors :

- Je vous offre une boisson au Chaudron Baveur, si vous le souhaitez, pour me faire pardonner.

- Adrenalean 2016 pour Epicode



Charlie blague en #FFCC66
 



« Curiosity killed the cat. »

   


Dernière édition par Charlie H. Walsh le Jeu 1 Mar - 19:13, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t471-charlie-ou-l-allegorie-du-bonheur-niaiseux http://www.magicneverdies-rpg.com/t470-pre-au-lard-voliere-de-charlie-h-walsh http://www.magicneverdies-rpg.com/f96-charlie-h-walsh http://www.magicneverdies-rpg.com/t469-inventaire


profil +
Message
Re: Je peux me faire pardonner ?   Jeu 1 Mar - 18:04




Je peux me faire pardonner ?


Eden Taylor & Charlie Walsh


Eden souffla en voyant la neige au sol. C'était la cerise sur le gâteau d'une journée terrible. Une journée qui avait directement commencée dans le bureau de son supérieur qui se plaignait de son comportement. Puis ce ne fut qu'un enchainement d'événements désagréables, comme une lettre de son insupportable cousine américaine ou encore une stérile dispute avec un de ses stupides collègues. Et voilà la neige, quelque chose que Eden détestait. Elle ne rêvait que de de rentrer chez elle pour boire un bon thé chaud au coin du feu. Voilà quelque chose de satisfaisant dans cette journée. Elle avançait donc d'un pas déterminé sur le Chemin de Traverse. Elle n'était pas loin du Chaudron Baveur quand elle entendit le bruit sourd d'une chute suivit d'une douche de café bouillant. La jeune femme regarda son ensemble tailleur-pantalon qui coûtait un bras recouvert du liquide brun. C'était exactement ce qu'il lui manquait pour finir cette journée. Elle se tourna vers le criminel qui venait de commettre cet acte atroce. C'était un jeune homme aux cheveux bruns et frisés qui devait avoir son âge, peut être à peine plus vieux, avec un manteau au style discutable et qui la fixait avec un air éberlué. Lorsqu'il sembla enfin se réveiller de sa torpeur il chercha avec un air paniqué sa baguette.

- Récurvite ! lança-t-il lorsqu'il l'attrapa enfin. Par Merlin, je suis vraiment navré !

- Vous pourriez faire plus attention ! le sermonna Eden.

Mais après tout ses vêtements étaient déjà propres et elle ne pouvait pas en vouloir beaucoup plus longtemps à ce pauvre jeune qui semblait quelque peu dans son monde. Si il ne lui avait pas renversé son café dessus il aurait presque pu être sympathique.

- Je vous offre une boisson au Chaudron Baveur, si vous le souhaitez, pour me faire pardonner, continua le jeune homme en indiquant le local derrière elle.

La Taylor hésita quelques instants. Après tout la journée ne pouvait pas être pire qu'elle ne l'était déjà et qu'avait-elle à perdre.

- C'est d'accord. Je suis Eden Taylor, se présenta-t-elle en souriant et en tendant la main au brun.

love.disaster


La franchise est reine
Dans sa prison de verre, elle observe ce monde de mensonges à travers les yeux de la vérité. Malgré la solitude qui l'abat, les vitres ne se brisent jamais.


Dernière édition par Eden Taylor le Dim 27 Mai - 14:27, édité 4 fois

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t408-eden-taylor-la-voix-de-la-verite http://www.magicneverdies-rpg.com/t379-chemin-de-traverse-voliere-de-eden-taylor http://www.magicneverdies-rpg.com/f91-cave-d-e-taylor http://www.magicneverdies-rpg.com/t328-eden-taylor


profil +
Message
Re: Je peux me faire pardonner ?   Jeu 1 Mar - 23:36





Je peux me faire pardonner..?  

 « L'enfance a des manières de voir, de penser, de sentir qui lui sont propres ; rien n'est moins sensé que d'y vouloir substituer les nôtres. » ft Eden Taylor


En voyant la réaction de la femme, Charlie éprouve une culpabilité grandissante et ses joues réagissent aussitôt à sa honte. Avec les pommettes rougissantes, le garçon marmonne dans sa barbe, poussant des jurons contre lui-même. Il n'aurait pas pu tomber au plus mal : elle ne semblait pas avenante comme l'avait été la jeune femme de l'autre jour dans sa boutique. Elle semblait froide et hautaine, le genre de personnes qu'il détestait, parce qu'il se sentait minuscule face à ces gens ingrats qui ne daignait même pas lui jeter un coup d’œil. Lui, un des vendeurs les plus connus parmi les vendeurs, aux vêtement très colorés il est vrai, n'arrivait pas à faire confiance à ce genre de personne.

Mais en voyant que ses vêtements sont de nouveau propres et sublimes, elle semble s'adoucir, et daigne presque jeter un regard amical au vendeur. Ce dernier grimace et regrette presque de lui avoir proposé ceci. Elle semblait presque vicieuse et mauvaise, mais ce n'était qu'un aperçu et Charlie se secoua la tête afin de chasser ses préjugés. Pourtant, habituellement il ne s'arrêtait pas au physique, mais là, il avait l'impression d'être face à un serpent prêt à le dévorer. Respirant calmement afin de récupérer son calme, il lança tout de même un sourire à la femme.

- C'est d'accord. Je suis Eden Taylor

Le pire aurait sûrement qu'elle refuse. Et puis, elle ne semblait plus aussi méchante que ça avec son sourire et sa main tendue. Charlie l'attrape alors et la salue d'une poignée de main.

- Enchantée, Miss Taylor. Je me nomme Charlie Walsh. fait-t'il, avec une légère révérence, un sourire au visage. Nous pouvons y aller, maintenant que les présentations sont faites !

Ils rentrent alors tous les deux dans le Chaudron Baveur, et Charlie apprécie cette ambiance qui gît ici. Le pub est plutôt petit, pourtant il y a quelque chose de familial : la plupart des gens semblent se connaitre et des rires de fonds sont particulièrement présent. Sur son visage, un véritable sourire se forme enfin. Ce côté familial lui rappelait bien sa petite boutique en Ecosse qu'il appréciait tant. Ils s'installent alors sur une table, même si Charlie ne sait pas trop quoi dire, le silence devient pesant. Le vendeur se racle alors légèrement la gorge et tente timidement de faire une conversation :

- V-Vous travaillez dans quoi sinon ?

Il lui sourit légèrement, passant une main dans ses cheveux pour redonner un peu d'ordre à ses mèches rebelles.

- Adrenalean 2016 pour Epicode



Charlie blague en #FFCC66
 



« Curiosity killed the cat. »

   

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t471-charlie-ou-l-allegorie-du-bonheur-niaiseux http://www.magicneverdies-rpg.com/t470-pre-au-lard-voliere-de-charlie-h-walsh http://www.magicneverdies-rpg.com/f96-charlie-h-walsh http://www.magicneverdies-rpg.com/t469-inventaire


profil +
Message
Re: Je peux me faire pardonner ?   Ven 2 Mar - 12:59




Je peux me faire pardonner ?


Eden Taylor & Charlie Walsh


Le jeune homme qui semblait légèrement intimidé dans un premier temps se détendit et serra la main de Eden.

- Enchantée, Miss Taylor. Je me nomme Charlie Walsh, se présenta-t-il avec une légère révérence. Nous pouvons y aller, maintenant que les présentations sont faites !

Elle le suivit bien vite à l'intérieur du pub. Il y avait toujours la même ambiance agréable et accueillante. La brune adorait cet endroit, elle s'y refugiait souvent après le travail. Ils trouvèrent une table plutôt facilement et s'y installèrent. L'attente du serveur devint un peu longue et le silence oppressant. A vrai dire la Taylor n'y prêta pas grande attention puisqu'elle se mit à analyser le jeune homme. Il semblait tête en l'air et dans son monde, le genre de personne qu'elle ne fréquentait pas, préférant les personnes terre à terre. Mais elle devait avouer que son côté marginal lui donnait un certain charme. Elle l'aimait déjà ce Charlie. Soudain il se racla la gorge et demanda :

- V-Vous travaillez dans quoi sinon ?

Eden sourit face à autant de timidité, elle qui avait toujours été si sure d'elle ne comprenait pas les personnes timides. Charlie lui sourit et passa une main dans ses cheveux, peut être pour se donner plus d'assurance.

- Je suis journaliste à la Gazette, commença la jeune femme. Je m'occupe de la rubrique des faits divers, je sais pas si vous lisez la Gazette. Et vous Charlie, que faites vous dans la vie ?

Eden l'avait appelé par son prénom quand lui l'avait appelée "Miss Taylor", pour lui montrer que ce genre de courtoisies n'étaient pas nécessaires entre eux. Elle se montrai étonnamment amicale. Après tout, cela faisait partie de ses résolutions pour l'année 2006, se faire de nouveaux amis et arrêter de se la jouer solo. Elle s'imaginait qu'il faisait un métier original comme artiste, chanteur ou quelque chose d'indépendant en somme. Cela cadrait plutôt avec l'image qu'elle s'était faite de lui.


love.disaster


La franchise est reine
Dans sa prison de verre, elle observe ce monde de mensonges à travers les yeux de la vérité. Malgré la solitude qui l'abat, les vitres ne se brisent jamais.


Dernière édition par Eden Taylor le Mer 21 Mar - 19:40, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t408-eden-taylor-la-voix-de-la-verite http://www.magicneverdies-rpg.com/t379-chemin-de-traverse-voliere-de-eden-taylor http://www.magicneverdies-rpg.com/f91-cave-d-e-taylor http://www.magicneverdies-rpg.com/t328-eden-taylor


profil +
Message
Re: Je peux me faire pardonner ?   Ven 2 Mar - 13:59





Je peux me faire pardonner..?  

 « L'enfance a des manières de voir, de penser, de sentir qui lui sont propres ; rien n'est moins sensé que d'y vouloir substituer les nôtres. » ft Eden Taylor


Suite à sa question, le garçon bien curieux aime s'imaginer. Il voyait en cette fameuse Eden une femme de caractère : une femme qui ne mâchait pas ses mots, allant droit au but et qui savait où aller. Il voyait ça avec son air déterminé. C'était un don qu'il avait acquis grâce à son travail, à force d'avoir regardé ses clients afin d'éviter ceux qui paraissaient agaçants et mal-propre. Plus léger, il respire plus calmement et n'arrête pas de sourire.

Il l'aimaginait bien avocate, dans un métier de droit à défendre la vérité. Ou bien au ministère, comme juge ou bien une personne haut placée. Ah, qu'il se sentait tout petit lui, le pauvre vendeur de pacotille avec son maigre salaire. Le sourire de la sorcière brune ravissait et soulageait le maigrelet, lui donnant un peu plus de courage et de confiance en soi.

- Je suis journaliste à la Gazette, commença la jeune femme. Je m'occupe de la rubrique des faits divers, je sais pas si vous lisez la Gazette. Et vous Charlie, que faites vous dans la vie ?

Le pire, c'est que ça n'étonne pas plus que ça le bouclé. Maintenant qu'elle le disait, ça lui paraissait presque évident, ça lui sautait aux yeux. Peut-être qu'il ne connaissait pas assez de journalistes pour avoir songé à cette possibilité : il en connaissait que Héra après tout, mais elle n'avait pas forcément le profil typique en sachant qu'elle aimait les faits réels. Et puis, chez Honeydukes, il était rare de voir passer quelques journalistes.

Et puis.. elle l'avait appelé par son prénom. Le garçon sentit un frisson parcourir sa colonne vertébrale, remontait jusqu'à vers son cou. Sa familiarité avec lui ne pouvait que le mettre en confiance et c'était assez rassurant de voir que de se faire des amis était aussi facile. Charlie était quelqu'un qui avait du mal parfois, à acquérir les codes sociaux.

- Oh je lis de temps en temps la Gazette, quand j'en ai le temps en tout cas. Mon boulot me prend beaucoup de temps..

Pourtant, ça ne le dérangeait pas plus que ça. C'était lui qui se proposait pour faire des heures en plus (le propriétaire commençait à se faire vieux) et il se proposait exclusivement parce que c'était une passion de vivre tous les jours auprès de diverses gourmandises et mets particuliers. Non, vraiment, c'était lui qui voulait bien n'avoir que peu de temps pour lui.

- Oh, et je suis vendeur chez Honeydukes. Vous savez, la petite boutique à Pré-au-Lard. Vous devriez passer un jour, nous avons des nouveautés !

Il lui sourit bêtement. Ah, qu'est-ce qu'il était fou de sa boutique.

- Adrenalean 2016 pour Epicode



Charlie blague en #FFCC66
 



« Curiosity killed the cat. »

   

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t471-charlie-ou-l-allegorie-du-bonheur-niaiseux http://www.magicneverdies-rpg.com/t470-pre-au-lard-voliere-de-charlie-h-walsh http://www.magicneverdies-rpg.com/f96-charlie-h-walsh http://www.magicneverdies-rpg.com/t469-inventaire


profil +
Message
Re: Je peux me faire pardonner ?   Ven 2 Mar - 14:48




Je peux me faire pardonner ?


Eden Taylor & Charlie Walsh


- Oh je lis de temps en temps la Gazette, quand j'en ai le temps en tout cas. Mon boulot me prend beaucoup de temps.. , avoua le brun.

Eden en fut légèrement étonnée. Elle ne voyait pas Charlie comme un gros bosseur. Mais après tout elle s'était sûrement faite une mauvaise impression, après tout elle savait bien que les préjugés n'apportaient jamais rien de bon.

Oh, et je suis vendeur chez Honeydukes. Vous savez, la petite boutique à Pré-au-Lard. Vous devriez passer un jour, nous avons des nouveautés !

Il semblait avoir oublié la question que la brune lui avait posé et sa réaction fut celle de quelqu'un qui venait de se réveiller. Mais le nom de la boutique intrigua Eden. Honeydukes ... Elle avait déjà entendu ce nom mais elle ne se rappelait plus où. Elle se senti légèrement gênée de ne pas savoir de quel type de boutique il s'agissait, puisque Charlie l'avait dit comme si c'était une évidence. Mais après tout elle n'allait que rarement à Pré-au-Lard.

- Et qu'est-ce que Honeydukes vend de beau ? Je connais ce nom mais la marchandise que vous vendez m'échappe, ajouta-t-elle comme pour s'excuser.  

Elle trouvait que vendeur allait assez bien à ce Charlie Walsh mais la boutique devait vendre des choses peu conventionnelles, surement pas des baguettes ou des habits. Surtout pas des vêtements, le brun aurait fait un conseiller vestimentaire des plus original. Eden était peut être un peu trop sévère mais pour elle le style était indispensable, elle n'avait que des vêtements classes et sobres, voire même quelques marques de luxe moldues. Un style diamétralement opposé aux habits colorés du jeune homme assis en face d'elle. Soudain un serveur interrompit leur dialogue, qui était des plus animés, pour commander les boissons.

- Pour moi ce sera un chocolat chaud, si ça ne gêne pas, finit-elle en direction de Charlie.

Après tout c'était lui qui payait.


love.disaster


La franchise est reine
Dans sa prison de verre, elle observe ce monde de mensonges à travers les yeux de la vérité. Malgré la solitude qui l'abat, les vitres ne se brisent jamais.


Dernière édition par Eden Taylor le Mer 21 Mar - 19:41, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t408-eden-taylor-la-voix-de-la-verite http://www.magicneverdies-rpg.com/t379-chemin-de-traverse-voliere-de-eden-taylor http://www.magicneverdies-rpg.com/f91-cave-d-e-taylor http://www.magicneverdies-rpg.com/t328-eden-taylor


profil +
Message
Re: Je peux me faire pardonner ?   Ven 2 Mar - 15:28





Je peux me faire pardonner..?  

 « L'enfance a des manières de voir, de penser, de sentir qui lui sont propres ; rien n'est moins sensé que d'y vouloir substituer les nôtres. » ft Eden Taylor


Sses yeux avaient le don de briller lorsqu'il parlait de sa boutique favorite, lui, le meilleure client de Honeydukes. Pourtant, Eden ne semble pas emballée par la conviction de Charlie envers son métier. Ce dernier n'est pourtant pas vexé, toujours un sourire bienveillant sur son museau blanchâtre. Elle paraît même gênée : le maigrelet pense aussitôt qu'elle n'aime pas particulièrement son travail et qu'elle est sûrement jalouse. Frustré, il la regarde avec des yeux écarquillés en hochant la tête de bas en haut, comprenant sa situation. C'était sûrement pour ça qu'elle était habillé strictement et qu'il avait d'abord été énervé envers le bouclé : parce qu'elle était triste.

Il lui envoie alors un regard de soutien, désolé de sa situation.

-  Et qu'est-ce que Honeydukes vend de beau ? Je connais ce nom mais la marchandise que vous vendez m'échappe

Le  sang du garçon se glace et il avale difficilement sa salive, écœuré d'entendre ça. Grimaçant, il ne cache par pour autant ses émotions : Honeydukes est la plus grosse boutique de friandise connue dans tous les pays anglophones, que ce soit par les petits ou grands. Comment peut-elle ne pas connaître ? Il recevait presque une insulte en entendant ça. Mais le garçon se ravisa : il y avait forcément un raison valable. Agitant ses doigts pour se calmer, il expliqua son métier à la journaliste.

- Oh, vous ne devez pas d'être ici.. Vous n'êtes pas allé à Poudlard ? C'est une grosse boutique de friandises et de chocolats.

Et soudain, un serveur se ramène, demandant la commande. Il semble plutôt apprécier le paysage, vis à vis d'Eden et le garçon émet un léger rire.

- Pour moi ce sera un chocolat chaud, si ça ne gêne pas.

Le bouclé lui répond que non d'un mouvement de tête puis finit par commander la même chose qu'elle.

- Je crois que vous lui avez tapé dans l'oeil, fit-t'il avec un clin d'oeil, riant légèrement.

- Adrenalean 2016 pour Epicode



Charlie blague en #FFCC66
 



« Curiosity killed the cat. »

   

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t471-charlie-ou-l-allegorie-du-bonheur-niaiseux http://www.magicneverdies-rpg.com/t470-pre-au-lard-voliere-de-charlie-h-walsh http://www.magicneverdies-rpg.com/f96-charlie-h-walsh http://www.magicneverdies-rpg.com/t469-inventaire


profil +
Message
Re: Je peux me faire pardonner ?   Ven 2 Mar - 20:02




Je peux me faire pardonner ?


Eden Taylor & Charlie Walsh
Charlie la regarda comme si elle venait de dire la plus grosse énormité qu'il avait jamais entendu. Il avait parlé avec des paillettes dans les yeux de sa boutique et voilà que Eden ne connaissait pas. Mais il se ravisa bien vite.

- Oh, vous ne devez pas d'être ici.. Vous n'êtes pas allé à Poudlard ? C'est une grosse boutique de friandises et de chocolats, dit-il alors avant que le fameux serveur ne les interrompe.

Il commanda aussi un chocolat chaud et à peine le serveur tourna les talons il souffla à Eden :

- Je crois que vous lui avez tapé dans l'œil.

Il agrémenta sa phrase d'un petit clin d'œil. C'est vrai que le serveur avait reluqué sans grande discrétion la jeune fille mais elle n'y avait pas vraiment fait attention. Après tout elle avait l'habitude que les hommes la regarde de cette façon.

- Comment lui donner tort ?lâcha-t-elle avec prétention mais sur le ton de la plaisanterie.

Soudain elle eu une illumination. Poudlard ! Voilà où elle avait entendu ce nom intriguant. Ses amies y allaient souvent et lui ramenaient des friandises. Même si la brunette n'avait jamais vraiment apprécié les sucreries, elle avait toujours préféré faire attention à son apparence. Pour la Taylor l'image physique qu'elle donnait à voir était cruciale alors faire attention à sa ligne était une de ses lignes rouges.

- Bien sur Honeydukes, les friandises ! s'exclama la jeune fille. Si si, je suis d'ici et je suis allée à Poudlard. Je ne suis juste pas une passionnée de sucreries.

Elle pensait que Charlie allait la tuer sur place après cette révélation. Comment un marchand de friandises pouvait seulement accepter de parler avec quelqu'un qui mangeait une chocogrenouille tous les trente six du mois.

- Et vous vous avez été à Poudlard ? Je ne me souviens pas de vous, continua Eden.


love.disaster


La franchise est reine
Dans sa prison de verre, elle observe ce monde de mensonges à travers les yeux de la vérité. Malgré la solitude qui l'abat, les vitres ne se brisent jamais.


Dernière édition par Eden Taylor le Mer 21 Mar - 19:42, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t408-eden-taylor-la-voix-de-la-verite http://www.magicneverdies-rpg.com/t379-chemin-de-traverse-voliere-de-eden-taylor http://www.magicneverdies-rpg.com/f91-cave-d-e-taylor http://www.magicneverdies-rpg.com/t328-eden-taylor


profil +
Message
Re: Je peux me faire pardonner ?   Lun 5 Mar - 12:51





Je peux me faire pardonner..?  

 « L'enfance a des manières de voir, de penser, de sentir qui lui sont propres ; rien n'est moins sensé que d'y vouloir substituer les nôtres. » ft Eden Taylor


Eden ne semblait pas avoir remarqué les coups d'oeil du serveur ou du moins, elle n'y prêtait pas tellement d'attention : était-ce parce qu'elle aimait les filles ? C'était une pensée logique pour Charlie, lui qui prenait la première solution possible sans songer aux particularités des personnes. Il y avait sûrement pleins d'autres raisons : mais c'était celle qui lui venait à l'esprit. Sa candeur était parfois étonnante et le menait à des réflexions étranges.

- Comment lui donner tort ?

Charlie aurait pu se méprendre si il n'avait pas compris le ton enjoué de la jeune femme, un ton qui portait vers la plaisanterie. finalement, il s'amusait bien avec elle : elle pouvait être drôle malgré son côté strict et semblait sourire à ses côtés. Le bouclé n'aurait pas pu mentir vis à vis des propos de la journaliste de la gazette : elle était plutôt mignonne. Comment un homme ne pourrait-il pas loucher quelques secondes sur sa beauté ? Un candide comme le brun ne l'aurait pas fait, il lui avait d'ailleurs foncé dessus parce qu'il avait l'esprit ailleurs.

- Pourquoi croyez-vous que je vous ai foncé dessus ? C'était pour trouver une façon de vous accoster, tout naturellement. il balance lui aussi sa phrase sur le ton de la plaisanterie, un sourire amusé se dessinant sur son visage.

Il rigolait bien entendu. Ce n'était en rien un expert des femmes et il perdait vite son sang froid si il ne commençait pas à être naturel avec elles -il le devenait avec Eden en lui faisant des blagues-. Donc si il aurait fait ça intentionnellement, il serait déjà partie en hurlant. Soudain, la jeune femme semble avoir une illumination : comme si elle se souvenait de quelque chose. E effet, quelques secondes plus tard elle s'exclame :

- Bien sur Honeydukes, les friandises ! Si si, je suis d'ici et je suis allée à Poudlard. Je ne suis juste pas une passionnée de sucreries.

Le vendeur grimaça légèrement à l'entente de ses paroles : comment était-ce possible ? Comment ne pas apprécier la saveur douce du chocolat ou plus relevé des bonbons piquants ? Mais compréhensif, le garçon acquiesça en prenant un air intelligent qui ne lui allait pas si bien que ça.

- Moi j'en suis dingue, vous savez. Je n'arrive parfois pas à m'arrêter !

Vraiment ? Mais qui aurait pu croire une chose pareille avec sa silhouette filiforme ? Charlie était fin -certes peu musclé-, en aucun cas on ne voyait les traces de ses fameuses gourmandises. Beaucoup le détestait d'ailleurs pour ça.

- Et vous vous avez été à Poudlard ? Je ne me souviens pas de vous

Le garçon haussa les épaules, en songeant qu'il ne l'avait jamais aperçu non plus : mais après tout le choses changent et autrefois, il n'avait pas cette touffe sur sa tête. Et puis.. ils n'avaient peut-être pas le même âge.

- Oh ! Vous savez, j'étais ne troisième année lorsque Harry Potter est rentré à Poudlard. puis en lui montrant une de ses mèches de cheveux rebelle, il poursuit Et puis, mes cheveux étaient courts à l'époque.

Et hop, le serveur revient : déposant les deux tasses fumantes devant les sorciers.


- Adrenalean 2016 pour Epicode



Charlie blague en #FFCC66
 



« Curiosity killed the cat. »

   

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t471-charlie-ou-l-allegorie-du-bonheur-niaiseux http://www.magicneverdies-rpg.com/t470-pre-au-lard-voliere-de-charlie-h-walsh http://www.magicneverdies-rpg.com/f96-charlie-h-walsh http://www.magicneverdies-rpg.com/t469-inventaire


profil +
Message
Re: Je peux me faire pardonner ?   Mar 6 Mar - 14:17




Je peux me faire pardonner ?


Eden Taylor & Charlie Walsh

- Pourquoi croyez-vous que je vous ai foncé dessus ? C'était pour trouver une façon de vous accoster, tout naturellement, répondit Charlie, lui aussi en plaisantant.

Eden sourit. Elle savait qu'il plaisantait simplement parce qu'il avait l'air trop tête en l'air pour que ce soit vrai. Si elle avait rencontré n'importe quel autre sorcier, elle aurait peut être eu le bénéfice du doute mais pas avec Charlie.

- Moi j'en suis dingue, vous savez. Je n'arrive parfois pas à m'arrêter !
continua le brun.

La jeune fille le regarda des pieds à la tête, cherchant la moindre trace d'une sucrerie mais elle ne vit rien. Il était mince, sans un muscle certes mais sans l'ombre d'une graisse non plus. Il était absolument filiforme, son corps caché derrière des vêtements un peu trop amples. Eden le détesta, elle était presque certaine qu'elle aurait pu grossir seulement en regarda la vitrine de ce fameux Honeydukes. Elle enviait atrocement les personnes comme Charlie qui ne rendait en général même pas compte de leur don du ciel.

- Oh ! Vous savez, j'étais ne troisième année lorsque Harry Potter est rentré à Poudlard. Et puis, mes cheveux étaient courts à l'époque, finit le jeune homme en lui indiquant ses cheveux bouclés.

Pendant qu'il parlait, le serveur revint et posa deux tasses de chocolat fumantes devant eux, tout en offrant un dernier regard insistant à Eden. Celle-ci leva les yeux au ciel pour lui indiquer une fois pour toutes qu'elle n'était pas intéressée.  

- Oh ça doit être pour ça qu'on ne s'est jamais croisés, commença la brune. Je suis rentrée en même temps que lui à Poudlard. J'étais à Serpentard et vous ? Oh non laissez moi deviner !

Elle était plutôt forte pour découvrir les anciennes maisons des personnes mais elle hésitait pour Charlie. Serdaigle ou Poufsouffle ? Non décidément le jeune était un jaune et noir.

- Poufsouffle ! s'exclama-t-elle alors. J'adore les Poufsouffle vous êtes si ... drôles.

love.disaster


La franchise est reine
Dans sa prison de verre, elle observe ce monde de mensonges à travers les yeux de la vérité. Malgré la solitude qui l'abat, les vitres ne se brisent jamais.


Dernière édition par Eden Taylor le Mer 21 Mar - 19:42, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t408-eden-taylor-la-voix-de-la-verite http://www.magicneverdies-rpg.com/t379-chemin-de-traverse-voliere-de-eden-taylor http://www.magicneverdies-rpg.com/f91-cave-d-e-taylor http://www.magicneverdies-rpg.com/t328-eden-taylor


profil +
Message
Re: Je peux me faire pardonner ?   Mer 7 Mar - 23:15





Je peux me faire pardonner..?  

 « L'enfance a des manières de voir, de penser, de sentir qui lui sont propres ; rien n'est moins sensé que d'y vouloir substituer les nôtres. » ft Eden Taylor


Plus ça allait, plus les minutes se passaient, plus Charlie ne sentait plus cette tension dans le creux de son ventre lorsqu'il était rentré dans le pub du Chemin de Traverse. Et dire qu'il aurait dû être au Londres moldu à l'heure qu'il était, pas avec une femme en train de boire un chocolat chaud. A l'arrivée du breuvage chaud, le garçon attrape la tasse entre ses deux mains, réchauffant par la même occasion ses doigts glacés. Puis, il porte le chocolat à ses lèvres, trempant le liquide dans celle-ci. Puis, il s'abreuve, appréciant avec satisfaction la chaleur de la boisson dans cet hiver glacial.

A l'arrivée du sorcier, Charlie avait bien aperçu l'agacement d'Eden et elle roula des yeux, incitant le serveur à ne plus s'intéresser à elle : cela fit rire le garçon, qui la main sur la bouche, essayait en vain de reprendre son calme. Peiné, il essui les larmes perlantes au coin de ses yeux : que cette situation était drôle pour lui. Surtout qu'il voyait rarement une serveuse l'aguicher ainsi.

- Oh ça doit être pour ça qu'on ne s'est jamais croisés. Je suis rentrée en même temps que lui à Poudlard. J'étais à Serpentard et vous ? Oh non laissez moi deviner !

Le brun aux yeux chocolatés sentit son sourire s’agrandir, comprenant effectivement qu'elle était plus jeune que lui. C'était certain, même du point de vue du physique c'était flagrant. Et puis, généralement aux années collèges, les années ne se mélangeaient pas puisque tout le monde n'avait pas la même maturité, ni la même impression du monde. Voilà pourquoi Charlie n'avait que des amis de on âge, du moins pour la plupart. Il n'avait pas non plus des personnes plus vieilles comme amis.


- Poufsouffle ! J'adore les Poufsouffle vous êtes si ... drôles.

Une légère grimace. Percuté par la chose, il est tout de même heureux de bien représenter sa maison fétiche qu'est le jaune et le noir. Pourtant, il n'était pas certain que la fin de la phrase était avantageuse, beaucoup considéraient sa maison comme des moins que rien, comme des personnes perdus qui faisaient office de décors.

- Drôle ? Vous n'avez pas trouvez mieux ? Généralement, on nous considère comme "Gentil" et "Généreux". fit-t'il, amusé. Puis il poursuit. Moi, je vous aime bien parce que hm.. vous êtes tous.. très confiant envers vous-même.

- Adrenalean 2016 pour Epicode



Charlie blague en #FFCC66
 



« Curiosity killed the cat. »

   

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t471-charlie-ou-l-allegorie-du-bonheur-niaiseux http://www.magicneverdies-rpg.com/t470-pre-au-lard-voliere-de-charlie-h-walsh http://www.magicneverdies-rpg.com/f96-charlie-h-walsh http://www.magicneverdies-rpg.com/t469-inventaire


profil +
Message
Re: Je peux me faire pardonner ?   Mer 21 Mar - 19:37




Je peux me faire pardonner ?


Eden Taylor & Charlie Walsh


Charlie avait l'air de saisir la légère ironie dans le ton de la Taylor. En effet, la plupart des gens méprisaient les Poufsouffle, plus particulièrement les Serpentard, et étant donné que Eden méprisait la plupart des gens, par logique elle aurait du mépriser les jaunes et noirs à son tour mais ce n'était pas le cas. Elle les trouvait bien trop innocents pour ça. Charlie semblait l'exemple parfait de l'innocence de cette maison ce qui le rendait irrésistiblement doux.

- Drôle ? Vous n'avez pas trouvez mieux ? Généralement, on nous considère comme "Gentil" et "Généreux", s'exclama le brun sans perdre son sourire pour autant. Moi, je vous aime bien parce que hm.. vous êtes tous.. très confiant envers vous-même.

Eden senti ses lèvres s'étirer en un irrépressible sourire en coin. Il n'y avait rien de plus vrai que la terrible confiance en eux des Serpentard, celle qui les rendait si hautain et imbus d'eux-mêmes. La brune l'avouait sans soucis, elle préférait de loin les personnes confiantes que celles intraverties. Même si ce n'était pas l'avis de tout le monde, puisque personne n'aimait les personnes hautaines.

- C'est vrai qu'on s'aime bien ... avoua-t-elle amusée.

Soudain un idée diaboliquement magnifique germa dans l'esprit pervers de la journaliste. Charlie devait voir bien des sorciers derrière le comptoir de sa boutique et dieu sait qu'ils ont la langue bien pendue dans ce pays, surtout lorsqu'ils achètent des sucreries et qu'ils essayent de se donner bonne conscience. Le brun devait donc être au courant d'innombrables potins sans même en avoir conscience. Eden comptait bien lui extirper ces précieuses informations, simplement pour son propre plaisir.

- Et sinon dites moi Charlie, continua la brune d'une voix mielleuse. Y a t-il une madame Walsh quelque part ?

La compagne, le point faible de tous les hommes. Surtout face à une fille comme elle, avec son caractère et son physique avantageux.


love.disaster


La franchise est reine
Dans sa prison de verre, elle observe ce monde de mensonges à travers les yeux de la vérité. Malgré la solitude qui l'abat, les vitres ne se brisent jamais.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t408-eden-taylor-la-voix-de-la-verite http://www.magicneverdies-rpg.com/t379-chemin-de-traverse-voliere-de-eden-taylor http://www.magicneverdies-rpg.com/f91-cave-d-e-taylor http://www.magicneverdies-rpg.com/t328-eden-taylor


profil +
Message
Re: Je peux me faire pardonner ?   Ven 6 Avr - 15:58





Je peux me faire pardonner..?  

 « L'enfance a des manières de voir, de penser, de sentir qui lui sont propres ; rien n'est moins sensé que d'y vouloir substituer les nôtres. » ft Eden Taylor


"Très confiant envers eux-même". Il avait réellement dit ça à une ancienne serpentarde ? Grimaçant, laissant paraître sa subite gêne sans vraiment y songer : il était connu qu'ils avaient une fierté et qu'ils étaient parfois capable de mordre pour préserver celle-ci. Ces derniers n'avaient d'ailleurs pas la meilleure des réputations, mais Charlie ne s'était jamais senti persécuté par les serpents. Le bouclé avait su passer au travers des préjugés pour devenir ami avec certains d'entre eux et c'était d'ailleurs ce qu'il faisait avec Eden en ce moment même. Cette femme, qui lui avait paru si froide, était en vérité une petite madeleine. Bon, d'accord, Charlie faisait sûrement des conclusions hâtives.  

Une nouvelle fois, la journaliste réagit plutôt bien à la blague du Pouffy. Ce dernier, heureux d'avoir fait une nouvelle fois une bonne impression,u sentit son sourire se faire plus large, du moins si c'était encore possible. Tapotant légèrement de ses doigts la table, il attendit sa réponse avec de de l'amusement dans les yeux. Lui qui était habitué à ses sorties dans le bar près de chez lui, seul. Et dire qu'il devait faire quelques achats à Londres.. il ne regrettait même plus d'avoir fait tomber sa boisson sur Eden puisque ça lui permettait d'arrêter son ennui.

- C'est vrai qu'on s'aime bien ...

Un tel aveu le surprend tandis qu'il la dévisage avec une curiosité et une stupeur non feintes, comme si la journaliste devant elle était une bête de foire, ou une bête dans une zoo de moldus. Il était rare de voir un serpentard avouer leur confiances en eux abusive -bien que certains ne l'étaient pas-, mais une autocritique pareille le laissait légèrement au désarroi. La conversation se faisait plus plaisante, oui, cette fille était amusante.

Il ramena alors sa tasse prêt de lui, reniflant l'odeur savoureuse du liquide. Trempant ses lèvres dedans, il lapa comme un chien le peu de mousse qu'il lui restait, puis releva la tasse à l'aide de sa main droite pour y boire une gorgée.

- Et sinon dites moi Charlie. Y a t-il une madame Walsh quelque part ?

Cette réflexion était une surprise. Si bien que le sorcier avala de travers et fut pris d'une soudaine quinte de toux. Manquant de s'étouffer, serrant des doigts le bord de la table comme si ce geste était capable de le sauver, il avait les yeux larmoyant. Toujours vivant, il réussi à reprendre son calme et parvient à déposer son regard chocolaté dans ceux d'Eden.

- Hm.. désolé mais votre question.. il toussa à nouveau, puis continua M'a légèrement étonné.

Le sorcier ne s'était même pas aperçu que son teint si blanc autrefois, était devenu rouge à cause de sa gêne. Soudainement nerveux, lui qui n'avait pas l'habitude de parler des femmes parce qu'elles étaient des étranges énergumènes incompréhensibles à ses yeux, il réussi à former une phrase.

- Oh, non ! Il n'y a pas eut de Madame Walsh depuis.. un petit moment. il grimace en même temps, s'amusant de ses propos. Je crois que mon travail me prend trop de temps pour penser à avoir une femme à mes côtés.

C'était une triste vérité. Une vérité, pourtant, qu'il ne niait pas. Le sorcier de 27 ans savait très bien qu'il travaillait trop mais son boulot lui prenait tellement à coeur que.. qu'il en oubliait que bientôt, le temps allait le rattraper.

- Vous savez, il n'y a pas beaucoup de dames de mon âge dans ma boutique, ce sont surtout des gamins ou des mères qui retiennent leurs enfants de toucher à tout. Oh quoique ! il eut une illumination, accordant sa confiance bêtement J'y ai croisé Héra Greengrass, je crois, l'autre jour. Elle est journaliste aussi, vous devriez la connaître, non ?

- Adrenalean 2016 pour Epicode



Charlie blague en #FFCC66
 



« Curiosity killed the cat. »

   

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t471-charlie-ou-l-allegorie-du-bonheur-niaiseux http://www.magicneverdies-rpg.com/t470-pre-au-lard-voliere-de-charlie-h-walsh http://www.magicneverdies-rpg.com/f96-charlie-h-walsh http://www.magicneverdies-rpg.com/t469-inventaire


profil +
Message
Re: Je peux me faire pardonner ?   Dim 8 Avr - 17:55




Je peux me faire pardonner ?


Eden Taylor & Charlie Walsh


Charlie s'étouffa avec le chocolat qu'il buvait en entendant la question de la brune. Il toussait tellement qu'Eden était presque prête à l'amener à Ste Mangouste mais il ne mit pas bien longtemps à se ressaisir et à articuler, toujours entre deux quintes de toux :

- Hm.. désolé mais votre question m'a légèrement étonné.

Eden réprima un rire mais ne put rien faire contre le sourire qui prit possession de ses lèvres. Décidément Charlie était vraiment drôle, surtout lorsque c'était involontaire. Une fois qu'il avait reprit possession de son corps, le visage du brun devint entièrement pourpre. Non, il n'y avait pas de Madame Walsh et ce la Taylor le devina même avant qu'il ne le dise à haute voix.

- Oh, non ! Il n'y a pas eut de Madame Walsh depuis.. un petit moment, avoue le jeune homme pour confirmer les pensées de la journaliste. Je crois que mon travail me prend trop de temps pour penser à avoir une femme à mes côtés.

La sorcière ne perçut aucune tristesse dans la voix de Charlie, il ne semblait pas résigné mais presque amusé par ses propos. Après tout, il semblait si différent des autres hommes que une partenaire ne l'intéressait peut être pas.

- Vous savez, il n'y a pas beaucoup de dames de mon âge dans ma boutique, ce sont surtout des gamins ou des mères qui retiennent leurs enfants de toucher à tout, reprit-il. Oh quoique ! J'y ai croisé Héra Greengrass, je crois, l'autre jour. Elle est journaliste aussi, vous devriez la connaître, non ?

Tiens, tiens, Héra Greengrass ... La brune afficha une expression espiègle tout en se penchant un peu plus vers son interlocuteur, comme si elle voulait être sûre de saisir absolument tout ce qu'il disait. Il était assez naïf pour révéler cette information à une parfaite inconnue mais après tout Eden avait fait de tout pour le mettre en confiance. C'était sa grande spécialité.

- Bien sûr que je connais Héra ! s'exclama-t-elle. Enfin je ne lui ai jamais vraiment parlé mais elle m'a l'air délicieuse. Vous n'avez vu personne d'autre qu'elle ? Pourtant j'étais sûre que plein de jeunes venaient chez vous. La plupart des gens raffolent des sucreries...finit-elle avec un sourire mielleux.

Charlie semblait définitivement la personne parfaite pour découvrir des ragots croustillants.


love.disaster


La franchise est reine
Dans sa prison de verre, elle observe ce monde de mensonges à travers les yeux de la vérité. Malgré la solitude qui l'abat, les vitres ne se brisent jamais.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t408-eden-taylor-la-voix-de-la-verite http://www.magicneverdies-rpg.com/t379-chemin-de-traverse-voliere-de-eden-taylor http://www.magicneverdies-rpg.com/f91-cave-d-e-taylor http://www.magicneverdies-rpg.com/t328-eden-taylor


profil +
Message
Re: Je peux me faire pardonner ?   Dim 22 Avr - 2:07





Je peux me faire pardonner..?  

 « L'enfance a des manières de voir, de penser, de sentir qui lui sont propres ; rien n'est moins sensé que d'y vouloir substituer les nôtres. » ft Eden Taylor


Une lueur particulière brille dans les prunelles chocolatées de la jeune femme. Un soupçon qui n'était pas méconnu, mais plutôt familier pour le sorcier aux boucles frivoles. Rêvait-il ou est-ce qu'il voyait bien un regard espiègle face à lui ? Elle avait pourtant un visage si sérieux, si délicat qu'il ne la pensait capable que de donner corps et âme à son métier. Il sentit même sa fossette se creuser sur sa joue. Eden se rapproche subtilement, une approche que Charlie parvient à remarquer en avalant difficilement sa salive. Les filles, c'était pas vraiment son fort et il avait toujours été maladroit avec. Une nouvelle fois, à cause de cette soudaine approche -depuis combien de temps n'avait-il pas vu une fille aussi proche ?- il s'empourpre. Et-h-ah ? Les mots se mélangent dans sa tête tandis qu'il essaie de garder une distance raisonnable entre les deux : était-ce pour cela qu'elle avait demandé si il avait une petite-amie ? Il déglutit, se reculant légèrement, ayant soudainement chaud. Non.. non il devait se méprendre.  

- Bien sûr que je connais Héra ! s'exclama-t-elle. Enfin je ne lui ai jamais vraiment parlé mais elle m'a l'air délicieuse. Vous n'avez vu personne d'autre qu'elle ? Pourtant j'étais sûre que plein de jeunes venaient chez vous. La plupart des gens raffolent des sucreries..

Le vendeur ne sait comment interpréter ce sourire mielleux, il essaie tout de même de l'oublier et il finit par se secouer la tête -une mauvaise habitude- afin de se rafraîchir les idées. Alors, comme ça, elles se connaissaient ou du moins vaguement. Son intuition avait donc été bonne, bien qu'il était facile de deviner une telle théorie. Une délicieuse Héra.. C'est vrai que maintenant qu'il y songeait, autrement qu'un vendeur face à sa cliente, elle lui paraissait bel et bien délicieuse. Bien curieuse, il trouvait un charme à cette curiosité maladive , bien qu'encore gêné.

- Oh vous savez, je crois que je vais reprendre contact avec elle comme ell a l'air si gentille. Oh, si j'ai quelques habitués de la boutique...Gabriel Truman par exemple, un magizoologiste, enfin, il vient juste de revenir en Ecosse et je n'ai même pas eut le temps de le voir.

Le garçon baissa le regard vers sa tasse, puis remarqua que celle-ci était presque vide. Il chopa alors les dernières gorgés, ressortant avec des moustaches marrons sur les lèvres. Il lui demanda alors

- Vous voulez un deuxième chocolat chaud ?


- Adrenalean 2016 pour Epicode



Charlie blague en #FFCC66
 



« Curiosity killed the cat. »

   

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t471-charlie-ou-l-allegorie-du-bonheur-niaiseux http://www.magicneverdies-rpg.com/t470-pre-au-lard-voliere-de-charlie-h-walsh http://www.magicneverdies-rpg.com/f96-charlie-h-walsh http://www.magicneverdies-rpg.com/t469-inventaire


profil +
Message
Re: Je peux me faire pardonner ?   Mer 2 Mai - 18:59




Je peux me faire pardonner ?


Eden Taylor & Charlie Walsh


Le jeune homme sembla presque flatté par la remarque d'Eden. Mais au fond d'elle la jeune fille n'imaginait pas Héra Greengrass dans les bras d'un homme tel que lui, elle la voyait plutôt avec un homme sur de lui et bavard.

- Oh vous savez, je crois que je vais reprendre contact avec elle comme elle a l'air si gentille, répondit-il en souriant. Oh, si j'ai quelques habitués de la boutique...Gabriel Truman par exemple, un magizoologiste, enfin, il vient juste de revenir en Ecosse et je n'ai même pas eut le temps de le voir.

Gabriel Truman était un nom absolument inconnu aux oreilles pourtant fines de la Taylor. Ils ne devait pas être de la même année ou alors il était peut être étranger. Mais ce sujet ne l'intéressait pas plus que ça. L'information qu'il avait révélé juste avant avait eu le don d'intriguer la brune. Peut être qu'au fond elle avait mal jugé et qu'elle était face à une histoire d'amour naissante ... Elle était sur le point de répliquer quand Charlie la devança.

- Vous voulez un deuxième chocolat chaud ? questionna le brun.

Ce n'est qu'alors que la journaliste réalisa que sa tasse était vide, seules quelques auréoles marrons persistaient sur le fond blanc. Et elle avait perdu également la notion du temps. Elle jeta un rapide coup d'œil à sa montre et elle réalisa l'heure tardive. Ses yeux s'écarquillèrent lorsqu'elle pensa à la tonne de travail qu'il lui restait à faire pour consigner son dernier article.

- J'aimerais vraiment beaucoup mais j'ai encore plein de choses à faire et il est déjà tard. Nous pourrions peut être nous revoir une autre fois, autour d'un autre verre, proposa Eden avec un sourire sincère.

Elle avait apprécié la compagnie de Charlie et pour une fois, elle quittait quelqu'un à contre cœur. Elle ramassa son sac à main posé au sol et, en souriant une dernière fois à sa nouvelle rencontre, elle sorti d'un pas déterminé du Chaudron Baveur. Elle prit une claque de froid en ouvrant la porte mais par chance elle n'habitait pas loin. Elle s'engouffra alors dans le Chemin de Traverse avec un poids en moins sur la conscience.


love.disaster


La franchise est reine
Dans sa prison de verre, elle observe ce monde de mensonges à travers les yeux de la vérité. Malgré la solitude qui l'abat, les vitres ne se brisent jamais.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t408-eden-taylor-la-voix-de-la-verite http://www.magicneverdies-rpg.com/t379-chemin-de-traverse-voliere-de-eden-taylor http://www.magicneverdies-rpg.com/f91-cave-d-e-taylor http://www.magicneverdies-rpg.com/t328-eden-taylor


 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je ne peux plus faire semblant, désolée
» Je ne peux pas faire d'échange
» Un cadeau pour me faire pardonner ? [Sirillë]
» Raconter mon passé? Oui, je peux le faire!
» Auprès de ma soeur....[pv: Amy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Magic Never Dies :: 
Coins populaires
 :: Chemin de Traverse :: Chaudron Baveur
-


Sauter vers:  
IRP - 2ème partie de Mai 2006

Plan des quartiers