Magic Never Dies :: 
Coins populaires
 :: Allée des Embrumes :: La ruelle sombre
Partagez


profil +
Message
Et où étais-tu donc ?   Et où étais-tu donc ? EmptyJeu 16 Aoû - 1:49




Et où étais-tu donc ?


Avec Drago Malefoy

Héra errait dans les rayons d'une petite boutique d'apothicaire qu'abritait l'Allée des Embrumes. L'enseigne était peu connue, fréquentée seulement par quelques connaisseurs ou certains curieux qui osaient s'y aventurer. Elle n'était en rien effrayante mais exiguë et très mal indiquée. Ce que l'on aurait pu considérer comme étant un manque de discernement ou de la négligence se révélait en fait être volontaire : les propriétaires ne souhaitaient pas avoir une foule de visiteurs. S'ils revendaient effectivement les objets qu'on leur apportait, ce premier commerce en cachait un tout autre bien moins légal. Dans l'arrière boutique on s'échangeait une marchandise bien différente puisque c'était là que se tenait leur activité principale : un marché noir qui pouvait contenir des objets de grande valeur.

Ce n'était pas pour éprouver la loi que la journaliste s'était rendue en ce lieu, mais observer ce que ses vitrines avaient à offrir. On lui avait apprit que des objets qui auraient appartenus à son père y serait exposés et elle tentait de les retrouver. Bien qu'elle ait tout scruté avec minutie, elle n'en avait perçut aucun. Elle ne savait même pas ce qu'elle cherchait vraiment ni pourquoi elle s'était déplacée. La curiosité, ou la nostalgie peut-être. Le fait était qu'elle se trouvait là - ce qui se révéla finalement être une bonne chose.

Absorbée par la contemplation des biens proposés, elle ne se montrait plus attentive à ce qui l'entourait. C'est pourquoi elle heurta un client alors qu'elle avançait sans détacher son regard des articles. Confuse, elle s'excusa tout en redirigeant ses pupilles vers celui qu'elle venait de bousculer. Elle ne s'attendait certainement pas à faire face au célèbre sorcier blond qui semblait avoir déserté Londres.

Cela faisait bien longtemps déjà qu'elle n'avait pas croisé Drago. Trop longtemps. Si ses souvenirs ne la trompaient pas, leur dernière rencontre remontait à cette matinée sur l'île où elle avait joué les secrétaires pour lui permettre d'échapper à l'une de ses prétendantes. Cette entrevue remontait à deux mois, deux longs mois. Son absence avait suscité en elle un certain sentiment de vide sans qu'elle ne soit jamais capable de le déceler. Ce n'était qu'alors qu'il se trouvait à nouveau devant elle qu'elle réalisa qu'il lui avait manqué. Depuis cet interview qu'ils avaient partagé, ils s'étaient souvent revus et elle appréciait cette présence coutumière. Qu'on la lui retire de la sorte lui avait forcément déplut. Elle aimait ses rictus froids, ses yeux d'acier, et plus encore tout ce que dissimulait cette façade de glace mais qu'elle avait pu entrapercevoir. De nombreuses fois elle avait songé à lui écrire sans oser jamais provoquer les moindres retrouvailles. De toutes manières, Marly lui avait apprit qu'il avait été vu dans d'autres pays européens, ou quelque chose dans ce goût-là. Elle n'avait pas demandé plus de détail, peu désireuse de se montrer intéressée par le sujet.

Le Malefoy était visiblement enfin de retour de son mystérieux périple. Elle lui en voulait d'avoir disparu de la sorte, pourtant consciente de n'avoir rien à lui reprocher. L'alchimiste faisait bien ce qui lui plaisait sans devoir lui rendre quelque compte que ce soit. De toutes manières, même si elle avait osé, elle aurait été peu encline à le blâmer. La joie de le revoir effaçait toute l'amertume qu'elle avait pu ressentir à son égard tandis qu'il n'était pas là (elle avait donc songé à lui de temps à autres ?). Son sourire – bien que timide – refusait de quitter ses lèvres. Tout comme sa surprise ostensible.

" - Oh, salut, laissa-t-elle échapper avant de pouvoir songer à quoi que ce soit d'autre.

Elle chassait tant bien que mal les souvenirs de cette fameuse soirée qu'ils avaient en partie partagée, préférant faire comme s'il ne s'était rien passé. De toutes manières, c'était comme tel. Afin de ne pas laisser son esprit divaguer elle décida de lancer la conversation.

- Alors, apparemment tu es rentré ? "

Ce n'était pas vraiment une question puisqu'elle connaissait la réponse. Elle se sentit immédiatement stupide, déjà pour cette raison, mais plus encore parce qu'elle n'était pas censée savoir qu'il était parti et n'avait su cacher une pointe d'amertume qui s'était glissée dans sa voix ...


Par Héra Greengrass



Sage comme un orage.
Elle mentait à tous. À sa famille, à ses amis, aux inconnus. Elle mentait au temps, aux lieux, au monde. Elle mentait à son passé, à son présent, à son futur. Mais surtout, elle se mentait à elle-même.


Dernière édition par Héra Greengrass le Lun 10 Sep - 19:40, édité 2 fois

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t195-pages-colorees-d-hera-greengras?highlight=h%C3%A9ra http://www.magicneverdies-rpg.com/t174-allee-des-embrumes-hera-greengrass?highlight=h%C3%A9ra http://www.magicneverdies-rpg.com/f286-studio-d-hera-greengrass http://www.magicneverdies-rpg.com/t142-hera-greengrass-un-monde-sombre-dans-lequel-sourire?highlight=h%C3%A9ra


profil +
Message
Re: Et où étais-tu donc ?   Et où étais-tu donc ? EmptyJeu 16 Aoû - 5:48


Et où étais-tu donc ?




Ft. Héra Greengrass

Serein
De retour dans sa bonne vieille Angleterre, Drago soufflait de nouveau. Non pas que son voyage d'affaires au Portugal l'avait chamboulé, mais il était toujours bon de rentrer au bercail, là où ses démons étaient connus, apprivoisables, et quelque part confortables. Dans son cocon il était toujours possible de contrôler quelque imprévu, contrairement aux ailleurs terriblement mystérieux. De toute façon il le savait bien; pour étendre sa griffe et son savoir-faire, il lui fallait sortir de ce carcan. Il s'y était employé tant bien que mal ces dernières années, se limitant à la campagne Anglaise et autres terrains du Royaume Uni, mais il était temps de voir plus loin, plus grand, et de lutter contre une xénophobie bien ancrée dans son éducation. Après tout si @Rosalind Fawley avait pu se défaire de ses chaînes pour apprécier les saveurs des mets Italiens (entre autres choses), lui pouvait bien se détendre pour la bonne cause : le business. Seulement le bon moment n'était jamais arrivé, et il lui semblait logique, pour commencer, de se faire une réputation au sein de son propre pays avant de partir à la conquête des suivants, une réputation qui ne serait pas entachée par l'ombre de son père. De toute évidence c'était raté, surtout ces temps-ci où le père Malefoy faisait beaucoup parler de lui. Et même sans son père, aux yeux de tous il ne restait qu'un ancien mangemort possiblement sur le retour, alors foutu pour foutu... Ca lui faisait toujours une bonne 'com, et l'héritier Malefoy n'était pas sans savoir toute la force d'un sulfureux coup de pub.

Tout s'était rapidement enchaîné. Deux mois plus tôt, alors que le blondinet maudissait la vieille cabane dans laquelle on l'avait consigné sur l'île magique, il recevait un hibou d'un certain Amilcar Mercador. Ce dernier s'avançait comme un alchimiste de renom à Monsaraz, un village sorcier plein de ressources et de folklore. Drago en avait maintes fois entendu parler dans des articles de presse spécialisée, et les mages se damnaient pour pouvoir renflouer leur stock de potions chez lui. Son laboratoire prospérait sans l'aide financière de personne, le type s'exportait bien, attirait les foules, et voilà qu'il le contactait, lui. Dans un premier temps il avait été surpris. Non pas qu'il dépréciait ses propres talents, mais il se demandait comment Mercador en avait eu vent, et en quoi il avait besoin de lui. Sans doute que des amis communs avaient vendu la mèche, qui sait ? La famille Malefoy connaissait un tas de gens de la haute, sans parler des moins recommandables qu'il n'était pas moins opportun de connaître dans certaines situations. Or Drago savait que Mercador était un homme à la réputation énigmatique. N'importe quel cousin de sang pur un peu aventureux aurait pu arranger le coup, ou peut-être était-ce simplement une coïncidence et que la stratégie de Drago était rondement menée ? Peut-être que ses capacités commençaient effectivement à conquérir d'autres contrées ? Bouche à oreille ? Portugais en voyage séduit par une décoction de son cru au détour d'une boutique du chemin de Traverse ? Et une chose en amenant une autre, Mercador souhaite assouvir son caprice de diva d'alchimiste et le compter parmi ses associés ? Le blond n'en sut jamais rien. A la lecture de son hibou le conviant ces deux prochains mois à mener une expérience enrichissante autour de diverses mixtures à créer et à améliorer, il ne sourcilla pas bien longtemps. C'était l'occasion parfaite d'abréger son séjour sur l'île qui virait au cauchemar, l'occasion d'apprendre de nouvelles techniques plus authentiques, et de se faire connaître au-delà des frontières qui le muselaient depuis trop longtemps. L'occasion qu'il attendait.

Il avait donc fait ses valises sur le champ et tout quitté sans prévenir personne. Ni Rosalind, ni Pansy, et encore moins Héra avec qui il avait vécu un épisode troublant peu avant. Repenser à ce baiser le faisait systématiquement tiquer tant c'était inconvenant. Oui, le voyage tombait bien. C'était une réelle opportunité de nettoyer son esprit, de se recentrer, et revenir à des activités autrement plus importantes. L'opportunité de rester Drago, celui qu'il aimait penser incarner, et de devenir monsieur Malefoy, surpassant son imposteur de paternel.

Les dés étaient jetés. Deux mois intenses à apprendre, transmettre avec parcimonie (il ne faut jamais révéler tous ses secrets), adoptant un rythme de vie plus sudiste, bien différent de son pays natal. Sans surprise, le blond n'apprécia que très peu les rayons U.V. et la rudesse de certains locaux au verbe trop haut. Plus d'une fois il se sentit grincer des dents face à moult démonstrations de vulgarité, se faisant violence pour se focaliser sur son activité, se persuadant que ce voyage en valait la peine et qu'il fallait en passer par là. La chaleur n'entachait en rien son masque de glace dans ces cas-là. Drago savait se couper de tout pour se préserver, fort heureusement. Pourtant, il fut très surpris par les chants et la cuisine du coin. Les femmes goûtaient différemment aussi... L'art, les courbes nouvelles, et les bons plats l'emportaient toujours sur sa mauvaise humeur, toutefois secrètement. Jamais il ne se serait abaissé à livrer un sourire. Sourire à qui d'ailleurs ? Drago était seul. Toujours entouré mais irrémédiablement seul, sans doute par volonté, ou par malédiction, ou un mélange des deux. Ce besoin incessant de contrôler ses expressions, ses mots, ses émotions, et de mener la barque à sa convenance sans jamais laisser de place à l'imprévu. Non, il ne s'agissait pas de vacances. C'était les affaires avec quelques gourmandises bien dosées. Point trop n'en faut.

En foulant de nouveaux les pavés londoniens à son retour, il ressentit comme un immense contentement; la joie de retrouver une grisaille qu'il méprise et dans laquelle il aime tout autant se complaire, l'orgueil de se sentir enrichi d'expériences nouvelles qu'il pourra déballer à ceux qui voudront s'en nourrir, le sentiment d'avoir accompli quelque chose d'ambitieux et d'utile pour sa carrière, et le tout sans l'aide de son nom, ou du moins, symboliquement, sans celui de son père. Qu'il était bon de revenir par ici, de bomber le torse comme à la belle époque, d'être indépendant, de se revendiquer en tant que tel et de se sentir légitime... Ce voyage était certes bien tombé mais ne le rendait que plus satisfait d'être rentré, son petit confort n'en devenant que plus appréciable. Quelle serait la première chose à faire pour se rassasier de cette maudite ville comme un boulimique le ferait chez Honeydukes ? Probablement errer dans les commerces, dépenser ses gallions. Mais pas n'importe quels commerces. Drago mettait toujours un point d'honneur à garder son étagère pleine d'ingrédients. S'il manquait quelque chose, plutôt qu'attendre la banqueroute totale, il repartait illico s'approvisionner. C'était son côté maniaque, bien propre et rangé. En plus de ça il était toujours à l'affût de nouveaux objets de valeurs pour parer ses murs. Un Malefoy avait ça dans le sang : les achats compulsifs, cet aspect dépensier pour combler un je-ne-sais-quoi innommable. C'est pourquoi l'option de faire un tour dans l'allée des Embrumes ne lui parut pas totalement incongrue, cette rue sombre qui l'avait tant éprouvé par le passé et qu'il avait su mieux exploiter en vieillissant, comme on exorcise ses démons pour se les approprier.

Il arriva dans cette boutique qu'il savait hors-la-loi pour ses articles à l'origine douteuse, non sans le naturel d'un aristocrate en proie à une véritable oeuvre d'Art dont personne ne soupçonnerait l'authenticité. Machinalement, il se dirigea vers la réserve, là où les biens les plus intéressants trônaient dans l'attente de trouver un hôte de bon goût. Il commença à balayer le tout de ses yeux métalliques et précis, jusqu'à ce qu'un élément ne crispe sa vue. Il plissa ses paupières translucides et, comme happé par l'appel de la Beauté, tenta de se rapprocher pour en décrypter tous les détails. Malheureusement il heurta quelqu'un au passage, si ce n'est ce quelqu'un qui eut la merveilleuse idée de foncer droit sur lui pour l'empêcher d'accomplir sa mission. Naturellement il contracta sa mâchoire en entendant un bref mot d'excuse émanant du fautif - parce que toute personne lui faisant obstacle était forcément fautive. Lorsqu'il déposa son regard frigorifiant sur elle, sa mâchoire se contracta davantage.

- Oh, salut, embraya la brune aux traits familiers.

- Tiens, Greengrass, lâcha-t-il calmement en haussant les sourcils avant de lui rendre son mince sourire.

Il ne s'attendait certainement pas à tomber sur Héra, encore moins ici, même si l'allée des Embrumes était pour ainsi dire son quartier... Non, il ne l'avait pas anticipé du tout. De quoi le prendre au dépourvu...

Il ne reparlerait pas du baiser, n'y repenserait même pas. Ca n'avait pas existé. Tout était sous contrôle. Ca faisait deux mois qu'il s'était volatilisé sans rendre de compte à personne, il avait vécu un tas de choses depuis et était revenu avec les idées plus claires. Pas d'ambiguité. Tout irait bien.

- Alors, apparemment tu es rentré ? reprit-elle.

Le blond figea son sourire moqueur vers la jeune femme quelques instants avant de retrouver son naturel taquin.

- Tu as compté les jours, c'est ça ? Tu peux me le dire, je ne vais pas te blâmer, la titilla-t-il en étirant davantage son sourire. Ce sourire qu'il ne contrôlait pas. Oui je suis de retour, admit-il nonchalamment sans en révéler davantage.

Drago aimait instaurer du mystère juste pour le plaisir d'enquiquiner, et avec Greengrass c'était encore plus délectable. Il avait oublié à quel point. Il réalisa ensuite où il se trouvait, et avec qui.

- Alors comme ça je m'en vais une poignée de semaines et tu finis par traîner dans ce genre d'endroit ? On peut savoir quel est le sorcier qui t'a convaincue que l'illégalité a parfois du bon ? Tu me le présentes ? Je le connais peut-être... s'amusa-t-il.

Définitivement, Héra était une oie blanche qu'il était savoureux d'asticoter.


by DM



Voir le profil de l'utilisateur https://magicneverdies.forumactif.com/t190-drago-lucius-malefoy-alchimiste-pour-vous-servir-ou-pas https://magicneverdies.forumactif.com/t168-chemin-de-traverse-voliere-de-drago-malefoy https://magicneverdies.forumactif.com/f263-cave-de-drago-malefoy https://magicneverdies.forumactif.com/t145-drago-malefoy https://magicneverdies.forumactif.com/t167-inventaire


profil +
Message
Re: Et où étais-tu donc ?   Et où étais-tu donc ? EmptyJeu 16 Aoû - 17:15




Et où étais-tu donc ?


Avec Drago Malefoy

Si cette rencontre l'avait un instant désarçonnée, elle s'était bien vite reprise sans même le vouloir. Tout étant bien plus naturel qu'elle n'avait pu l'espérer. Même après cette longue absence (et les quelques événements qui l'avait précédée), rien n'avait changé entre eux. Elle retrouvait le jeune homme et ses taquineries avec grande joie et sans la moindre appréhension. C'était presque comme s'il n'était jamais parti. Presque.

" - Tu as compté les jours, c'est ça ? Tu peux me le dire, je ne vais pas te blâmer.

Son sourire s'élargit à la vue de celui du blondinet, accentuée par ses paroles. Personne dans son entourage ne s'exprimait comme lui ou ne se moquait autant d'elle sans pour autant tomber dans la méchanceté. Certes, Pansy pouvait la chercher un peu de temps à autres, mais cela restait bien plus rare.

Oui je suis de retour, confirma-t-il sans plus s'étaler.

Il restait avare en détails. Ça n'aurait pas déplut à Héra d'en savoir plus et pouvoir assouvir sa curiosité. Elle aurait aimé qu'il s'épanche et lui dise tout de son périple qui commençait à l'intriguer. L'interrogatoire ne tarderait pas – en admettant qu'elle ose le questionner sans se sentir trop intrusive.

- Tant mieux alors. J'aurais pu, je ne sais pas, me tromper de personne.

Elle n'avait commencé qu'avec sa première phrase mais bien vite ajouté la seconde. Peut-être les avait-elle suffisamment bien accolées puisqu'il ne releva pas. Ça ne l'empêcha pas de se sentir stupide et détourner le regard vers un médaillon qui semblait centenaire, faisant taper ses ongles sur la vitre glaciale qui le protégeait, lui entre autres objets. Elle revint au visage harmonieux du Malefoy lorsqu'il reprit.

- Alors comme ça je m'en vais une poignée de semaines et tu finis par traîner dans ce genre d'endroit ? On peut savoir quel est le sorcier qui t'a convaincue que l'illégalité a parfois du bon ? Tu me le présentes ? Je le connais peut-être ...

La sorcière étouffa un rire tout en songeant à ce qu'elle allait pouvoir lui répondre. Elle ne comptait pas cacher ce pour quoi elle était venue mais n'avait pas non plus envie de le lui dévoiler. Ça la gênait assez qu'on puisse savoir qu'elle s'intéressait encore à une personne qui l'avait doublement abandonnée. Elle s'en trouvait elle-même ridicule et ne tenait pas à accentuer ce sentiment.

- Il faut croire que j'ai dû me trouver des occupations pendant ta si longue absence, ironisa-t-elle. Enfin, sans tomber pour autant dans l'illégalité. Je venais voir ce qu'ils proposaient, je n'étais encore jamais entré.

Finalement elle éludait, pour ne pas dire qu'elle mentait. S'il insistait elle ne persisterait pas mais n'irait pas lui révéler d'elle-même.

- Et toi ? Tu as ramené de la marchandise que tu dois livrer de ton mystérieux voyage ? C'est donc pour ça que tu es parti ? "

Le demoiselle savait bien qu'elle n'était absolument pas subtile mais était persuadée que ça n'avait pas d'importance. Elle n'avait pas besoin de faire de manières avec Drago, et c'était une façon comme une autre de le pousser à lui en dire un peu plus.


Par Héra Greengrass



Sage comme un orage.
Elle mentait à tous. À sa famille, à ses amis, aux inconnus. Elle mentait au temps, aux lieux, au monde. Elle mentait à son passé, à son présent, à son futur. Mais surtout, elle se mentait à elle-même.


Dernière édition par Héra Greengrass le Lun 10 Sep - 19:42, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t195-pages-colorees-d-hera-greengras?highlight=h%C3%A9ra http://www.magicneverdies-rpg.com/t174-allee-des-embrumes-hera-greengrass?highlight=h%C3%A9ra http://www.magicneverdies-rpg.com/f286-studio-d-hera-greengrass http://www.magicneverdies-rpg.com/t142-hera-greengrass-un-monde-sombre-dans-lequel-sourire?highlight=h%C3%A9ra


profil +
Message
Re: Et où étais-tu donc ?   Et où étais-tu donc ? EmptyVen 17 Aoû - 13:20


Et où étais-tu donc ?




Ft. Héra Greengrass

Amusé
Il faut croire que j'ai dû me trouver des occupations pendant ta si longue absence, rétorqua-t-elle. Enfin, sans tomber pour autant dans l'illégalité. Je venais voir ce qu'ils proposaient, je n'étais encore jamais entré.

Drago se contenta de remuer la tête l'air faussement circonspect. Il allait rebondir armé d'une énième taquinerie de son cru mais, sentant la brune enchaîner avec aplomb, préféra se raviser.

- Et toi ? Tu as ramené de la marchandise que tu dois livrer de ton mystérieux voyage ? C'est donc pour ça que tu es parti ?

Il ricana. Elle n'avait pas tout à fait tort !

- Mais c'est qu'elle est pas journaliste pour rien, commenta-t-il avant de retrouver son sérieux. Non, en fait j'étais bien parti pour une histoire de "marchandise" mais rien à livrer dans ce taudis. Je pensais que tu me connaissais mieux que ça Greengrass, je ne vise que les lieux de premier choix, acheva-t-il d'une voix doucereusement snob.

De toute évidence, la boutade de sa camarade visait à en savoir plus sur son absence, mais Drago ne mordit pas à l'hameçon. Pas ici, pas comme ça, en plein milieu du passage d'une boutique poussiéreuse. Etait-il raisonnable de l'inviter à s'écarter pour rattraper le temps perdu ? Après tout il avait du pain sur la planche, et son sentiment avant de partir visait justement à éviter la jeune femme. A première vue, elle n'avait pas changé d'un pouce, tout juste s'ils s'étaient quittés la veille, ses rougeurs solaires en moins. Il était curieux de savoir ce qu'elle avait traficoté ces deux derniers mois, autant que découvrir les derniers potins en date. Après tout, s'il décidait que leur épisode gênant n'avait aucune portée, il n'y avait aucune raison d'éviter qui que ce soit.

- Et donc ? Tu as trouvé ton bonheur ? questionna-t-il en toute légèreté, plantant son regard anthracite dans le sien.

Il lui semblait que la jeune femme lui cachait aussi quelque chose, comme s'il la prenait sur le fait et que, comme lui, elle éludait...


by DM



Voir le profil de l'utilisateur https://magicneverdies.forumactif.com/t190-drago-lucius-malefoy-alchimiste-pour-vous-servir-ou-pas https://magicneverdies.forumactif.com/t168-chemin-de-traverse-voliere-de-drago-malefoy https://magicneverdies.forumactif.com/f263-cave-de-drago-malefoy https://magicneverdies.forumactif.com/t145-drago-malefoy https://magicneverdies.forumactif.com/t167-inventaire


profil +
Message
Re: Et où étais-tu donc ?   Et où étais-tu donc ? EmptyVen 17 Aoû - 15:03




Et où étais-tu dnoc ?


Avec Drago Malefoy

Le ricanement qu'émit Drago ne fit qu’accroître d'autant plus le sourire de la brune. Même ce son qu'elle n'avait su se remémorer avec exactitude (alors qu'il lui semblait en l'instant évident) était parvenu à lui manquer.

" - Mais c'est qu'elle est pas journaliste pour rien. 

Si elle avait été plus jeune, elle lui aurait presque tiré la langue. Les investigations n'étaient en réalité pas son fort, ou par lorsqu'il s'agissait de tenter de manipuler les autres. Elle était mal à l'aise d'avoir à se servir d'eux et s'y refusait. Ce n'était que lorsqu'elle n'avait pas le choix qu'elle s'autorisait à s'y essayer ... Sans cesser de culpabiliser pour autant.

- Non, en fait j'étais bien parti pour une histoire de "marchandise" mais rien à livrer dans ce taudis. Je pensais que tu me connaissais mieux que ça Greengrass, je ne vise que les lieux de premier choix.

Cette fois-ci, elle ne se retint pas de lever les yeux au ciel. Le Malefoy ne serait pas lui-même s'il ne faisait pas preuve d'une certaine prétention de temps à autres. D'autant plus que d'après ce qu'elle avait entendu sur cette boutique, ce n'était pas des objets de maigre valeur qui y étaient échangés. Ils étaient rares mais néanmoins très recherchés.

cette histoire de marchandise ne manqua pas de l'intriguer. L'alchimiste ne voulait apparemment pas lui révéler ni pourquoi il était parti, ni pourquoi il se trouvait là ce qui ne faisait qu'attiser d'autant plus sa curiosité. Elle ne voulait pas enquêter des heures durant et de manière hypocrite, prête à le questionner plus directement mais il fut le premier à parler.

- Et donc ? Tu as trouvé ton bonheur ? 

Il dirigeait désormais son regard vers celui d'Héra, et cette fois-ci, elle le soutint, ne se détachant pas de lui alors qu'elle lui répondait.

- Non, rien d'intéressant. Mais ça je n'en doutais pas.

Même si elle avait retrouvé quoi que ce soit qui aurait appartenu à son père, elle n'aurait pu – ni voulu – l'acheter. Ce n'était que pour ne pas regretter de n'être jamais venu qu'elle s'était déplacée. Là encore, elle ne lui disait pas tout, lui en livrant tout de même un peu plus. Il lui serait difficile de lui expliquer ce qu'elle même ne savait pas : pourquoi elle accordait de l'importance à ces quelques babioles. Plaisanter lui permettrait de ne pas avoir à s'épancher, alors elle se pencha légèrement pour parler à voix plus basse, reprenant ses mots.

- De toutes manières, je ne vois pas ce que l'on pourrait trouver dans ce taudis, n'est-ce pas ?

Se redressant, elle poursuivit avec la volonté d'apprendre enfin ce qu'il lui cachait.

- Du coup, tu vas te décider à me dire ce que tu étais parti faire ou c'est un secret que tu ne peux pas te permettre de révéler ? "

Cette fois-ci le manque de sérieux dont elle faisait part ne lui servit qu'à paraître moins directe. Elle ne voulait pas être incorrecte ou trop grave, tenant pour autant à comprendre où il était passé pendant tout ce temps, d'autant plus qu'il n'avait prévenu personne.

Ce détail était bien étrange. Il avait beau être assez solitaire, il aurait au moins pu en parler à certaines personnes avant de s'échapper de la sorte. Pour tout dire, Héra s'était imaginé de nombreuses justifications à son absence mais elles n'étaient jamais très joyeuses. Elle avait craint qu'il n'ait été contacté par son père et ait dû le rejoindre, disparu de la même manière que les parents de Pansy, ou que savait-elle d'autres. Drago était de ceux qui avaient un côté sombre et dissimulait bien des choses, elle n'était pas assez naïve pour l'ignorer. Si elle faisait le plus souvent celle qui ne savait pas, ce n'était pas pour autant qu'elle négligeait quoi que ce soit. Elle craignait qu'il soit un jour rattrapé par cette noirceur et ne savait s'il serait capable d'y faire face. C'était pour cette raison principalement qu'elle s'était tant inquiétée pendant son absence, sans pour autant prévenir qui que ce soit.


Par Héra Greengrass



Sage comme un orage.
Elle mentait à tous. À sa famille, à ses amis, aux inconnus. Elle mentait au temps, aux lieux, au monde. Elle mentait à son passé, à son présent, à son futur. Mais surtout, elle se mentait à elle-même.


Dernière édition par Héra Greengrass le Mer 19 Déc - 1:11, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t195-pages-colorees-d-hera-greengras?highlight=h%C3%A9ra http://www.magicneverdies-rpg.com/t174-allee-des-embrumes-hera-greengrass?highlight=h%C3%A9ra http://www.magicneverdies-rpg.com/f286-studio-d-hera-greengrass http://www.magicneverdies-rpg.com/t142-hera-greengrass-un-monde-sombre-dans-lequel-sourire?highlight=h%C3%A9ra


profil +
Message
Re: Et où étais-tu donc ?   Et où étais-tu donc ? EmptyLun 10 Sep - 12:23


Et où étais-tu donc ?




Ft. Héra Greengrass

Amusé
La brunette n'avait visiblement pas trouvé de quoi la rassasier dans ce lieu, et il n'était pas plus avancé sur ses réelles motivations. Elle jouait au même jeu que lui, répondant à ses questions taquines par d'autres questions taquines.

- De toutes manières, je ne vois pas ce que l'on pourrait trouver dans ce taudis, n'est-ce pas ?

Il plissa ses yeux de vipère sans piper mot. Enième diversion taquine de la brune pour lui retourner la question.

- Du coup, poursuivit-elle, tu vas te décider à me dire ce que tu étais parti faire ou c'est un secret que tu ne peux pas te permettre de révéler ?

Le blond expira de l'air par les narines sans mouvoir un seul muscle de son visage. Son sérieux retrouvé, il céda.

- Je suis parti pour affaires. Ce n'était pas prévu. Une opportunité qui s'est déclarée par chance, alors je l'ai saisie. Naturellement. Ca s'est un peu éternisé mais c'était fructueux. Bon pour mon commerce.

Même s'il se montrait solennel, il savait qu'il aurait dû prévenir. Peut-être était-ce pour cela qu'il se montrait si fier, sans rentrer dans les détails, pour ne pas avoir à culpabiliser ou s'excuser. Quelle plaie la culpabilité ! Il s'en passait très bien tant qu'Héra ne l'accablait pas, tant qu'elle n'était pas dans le reproche, tant qu'elle jouait à le taquiner. Rien n'était sérieux. Ca n'avait pas à être sérieux. Ce n'était pas important.

Malgré tout il décida de lui accorder une autre information capitale sur son absence qui, par la même occasion, ferait une excellente transition. Un rictus s'empara aussitôt de ses lèvres.

- Le Portugal te plairait je crois. Des femmes qui jacassent partout. Tu te ferais un tas de copines. Sûrement qu'elles adoreraient traîner dans des taudis douteux comme celui-ci avec toi.

Voilà qu'il dévoilait toutes ses dents. Pourtant, son sourire et ses yeux rieurs s'afaissèrent quasi-instantanément pour arborer une mine glaciale exagérée.

- Sérieusement Greengrass. Tu es venue ici par curiosité... Pour voir.... il hocha la tête d'un air faussement conciliant. Dis-moi, depuis quand tu me prends pour le dernier des trolls ?!

Elle allait pas lui faire gober ça. Pas à lui. Elle avait cet air de "Je cache quelque chose". Ou peut-être pas, mais il avait un pressentiment. Il la trouvait confuse. Quand Héra passait son temps à le taquiner, c'est qu'elle évitait clairement quelque chose. Un peu comme lui en fait...

- Vous les femmes vous êtes toutes pareilles. Tu craches le morceau pour un verre ?

Excellent prétexte pour bavasser avec la brune. Après tout il ne l'avait pas vue depuis un bout...



by DM



Voir le profil de l'utilisateur https://magicneverdies.forumactif.com/t190-drago-lucius-malefoy-alchimiste-pour-vous-servir-ou-pas https://magicneverdies.forumactif.com/t168-chemin-de-traverse-voliere-de-drago-malefoy https://magicneverdies.forumactif.com/f263-cave-de-drago-malefoy https://magicneverdies.forumactif.com/t145-drago-malefoy https://magicneverdies.forumactif.com/t167-inventaire


profil +
Message
Re: Et où étais-tu donc ?   Et où étais-tu donc ? EmptyMar 11 Sep - 13:31




Et où étais-tu donc ?


Avec Drago Malefoy

La question plus directe de la jeune femme lui permit d'enfin obtenir sa réponse puisque Drago cessa de lutter pour lui céder quelques informations. Elle fut satisfaite de découvrir pourquoi il avait disparu mais se sentait désormais obligée d'à son tour devoir lui expliquer. Bien évidemment, elle retarderait le moment mais serait tout de même contrainte de lui donner la raison de sa présence dans la boutique.

" - Je suis parti pour affaires. Ce n'était pas prévu. Une opportunité qui s'est déclarée par chance, alors je l'ai saisie. Naturellement. Ca s'est un peu éternisé mais c'était fructueux. Bon pour mon commerce.

Elle ne comprenait toujours pas pourquoi il accordait tant d'importance à cet empire qu'il voulait bâtir. Peut-être pour se donner un but, avoir un projet à exploiter qui cadrerait sa vie et lui permettrait de ne pas agir sans raison. Et puis, voir son œuvre prendre forme et accroître son influence, c'était en quelques sortes réussir. Ne pas rien valoir, à l'instar de ce qu'on avait construit. Il devait avoir besoin de cette reconnaissance pour ce qu'il avait lui-même accomplit. De ce qu'elle savait sur son enfance, il n'avait jamais eu besoin de faire le moindre effort pour obtenir ce qu'il voulait. Il ne s'appliquait qu'en potion, une matière dans laquelle il excellait. Ce n'était certes que quelques bruits de couloir et il pouvait être plus méritant, mais ces rumeurs lui étaient forcément parvenues. Qu'il veuille prouver le contraire était légitime mais il n'avait pas besoin de tout ça. C'était dommage qu'il n'en soit pas conscient. Ce n'était pas pour autant qu'Héra allait lui dire de tout abandonner, ça n'aurait jamais était suffisant. Et il pouvait aussi aimer amasser les gallions.

De ce qu'il avançait, sa fuite avait donc été motivée par des raisons professionnelles. Qu'il saisisse une opportunité de la sorte était plus que crédible et la rassurait. Ses craintes avaient donc étaient infondées. En considérant – bien sûr – qu'il disait la vérité. Mais pourquoi aurait-il mentit ? Il n'y avait aucune raison apparente de penser qu'il puisse vouloir cacher quoi que ce soit. Certes, c'était Drago, et elle le savait secret mais avait inexplicablement confiance en lui. C'était peut-être un tort mais elle ne souhaitait pas remettre sa parole en question. Quoi qu'il puisse lui raconter elle voulait le croire. C'était peut-être pour cette raison qu'elle était d'autant plus méfiante.

- Le Portugal te plairait je crois, reprit-il. Des femmes qui jacassent partout. Tu te ferais un tas de copines. Sûrement qu'elles adoreraient traîner dans des taudis douteux comme celui-ci avec toi.

- Super, tu n'oublieras pas de me les présenter alors. 

Toujours ce même sourire taquin et ces plaisanteries qu'ils s'échangeaient. C'était une manière comme une autre de repousser les reproches qu'elle avait tant envie de lui faire. Elle se persuadait qu'ils n'étaient pas justifiés pour se taire, sans néanmoins parvenir à les éloigner.

- Sérieusement Greengrass. Tu es venue ici par curiosité... Pour voir... Dis-moi, depuis quand tu me prends pour le dernier des trolls ?!

Son rictus s'élargit alors qu'il lui offrait un nouvel échappatoire.

- Oh, tu viens donc à peine de le remarquer ?

Tout comme elle un peu plus tôt, il refusait d'abandonner et revenait à la charge. Bientôt elle ne pourrait plus l'éviter.

- Vous les femmes vous êtes toutes pareilles. Tu craches le morceau pour un verre ?

La brune arbora une expression ostensiblement offusquée, à un tel point qu'on pouvait s'imaginer qu'il ne s'agissait que d'une mimique exagérée pour rentrer dans son jeu alors qu'elle était véritablement vexée. Peu, tellement peu même qu'elle ne s'en rendait pas compte, mais il n'empêchait qu'il avait réussit à éveiller ce ressentit. Qu'y avait-il de pire que souligner la banalité d'une personne ? Surtout quand on était spécial à ses yeux. Parce que – quoi qu'elle en dise – Drago n'était pas n'importe qui pour elle. Il n'était pas question de son nom, son influence ou son charme irréfutable. Le jeune homme devenait au fil du temps un véritable ami qui occupait une place de plus en plus importante dans sa vie. Une place qu'elle n'était pas prête à lui laisser, ne tolérant la proximité que de Pansy. Elle avait d'autres proches mais ne leur confiait pas ce qu'elle partageait avec elle. L'alchimiste l'avait pourtant déjà vue sous un angle que sa cousine n'avait jamais considéré. Et même si elle le repoussait au plus loin pour ne pas y songer, cette perspective l'effrayait. Si elle exposait ses secrets elle était contrainte d'y faire face et cette idée ne lui plaisait absolument pas. Ignorant ces pensés qui la tourmentaient, elle décida d'une nouvelle fois s'amuser de sa proposition.

- Alors comme ça tu tentes de m'acheter ? En pensant que ça marchera ?

Elle arrêterait de s'acharner mais sans pour autant accepter ce marché qu'il lui proposait. Une manière comme une autre de se montrer faussement différente en refusant ce que "les femmes" quémandaient.

- En tous cas, on peut sortir d'ici, et je t'explique. Ce n'est rien d'extraordinaire, tu verras.

Alors qu'ils rejoignaient la ruelle, l'historienne songeait à la manière dont elle allait amener les choses. Drago était une des seules personnes à laquelle elle avait révélé – même si brièvement – la nature de la relation qui l'avait liée à son géniteur. Peut-être lui demanderai-il donc moins de précisions. Elle inspira tandis qu'ils marchaient vers elle ne savait trop où.

- Je t'ai déjà parlé de mon père le … La dernière fois. Après sa mort je n'ai rien obtenu de lui, mais on m'a dit que j'aurais pu trouver quelques objets lui appartenant ici. C'était stupide mais j'étais curieuse d'aller voir ça.

Elle avait hésité et cherché ses mots. Cette confidence la rendait honteuse et elle ne souhaitait pas s'y attarder. Pourtant, elle voulait également qu'il s'y intéresse. Son obsession pour cette histoire lui paraîtrait moins absurde. Ce n'est pas ce qui l'empêcha de changer de sujet.

- Alors, ton invitation tient toujours maintenant que tu n'as plus rien à obtenir ? "

Bien maigre tentative, mais qui pourrait s'avérer suffisante s'il notait à quel point elle était gênée et ne voulait pas accentuer son malaise. Tout reposait désormais sur sa délicatesse.


Par Héra Greengrass



Sage comme un orage.
Elle mentait à tous. À sa famille, à ses amis, aux inconnus. Elle mentait au temps, aux lieux, au monde. Elle mentait à son passé, à son présent, à son futur. Mais surtout, elle se mentait à elle-même.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t195-pages-colorees-d-hera-greengras?highlight=h%C3%A9ra http://www.magicneverdies-rpg.com/t174-allee-des-embrumes-hera-greengrass?highlight=h%C3%A9ra http://www.magicneverdies-rpg.com/f286-studio-d-hera-greengrass http://www.magicneverdies-rpg.com/t142-hera-greengrass-un-monde-sombre-dans-lequel-sourire?highlight=h%C3%A9ra


profil +
Message
Re: Et où étais-tu donc ?   Et où étais-tu donc ? EmptySam 17 Nov - 6:25


Et où étais-tu donc ?




Ft. Héra Greengrass

Amusé
- Alors comme ça tu tentes de m'acheter ? En pensant que ça marchera ? s'offusqua la brune.

L'alchimiste répondit par un rictus lourd de sous-entendus, mordant sa lèvre inférieure pour réprimer un Touchée assassin qu'il aurait préféré lui balancer à la figure de tout son orgueil. Mais Drago, constamment dans le calcul, savait parfaitement à quoi s'attendre en avançant un amalgame aussi peu subtil que "Vous les femmes vous êtes toutes pareilles. Tu craches le morceau pour un verre ?". Héra n'aimait pas ça, les amalgames, et encore moins y être associée. Parlez-lui des sang-purs trop fiers et ambitieux, des nés moldus moins prompts que les autres sorciers au succès de leurs enchantements, des femmes vénales à l'affût de relations influentes, et Héra la résistante de la presse s'insurgera même si elle doit se cacher derrière le ton de la plaisanterie. Patient, il laissa donc la fierté de sa partenaire opérer.

- En tous cas, on peut sortir d'ici, et je t'explique. Ce n'est rien d'extraordinaire, tu verras.

Victoire. Une bien maigre satisfaction voyant le trouble de la jeune femme alors qu'ils rejoignaient la ruelle. Trahie par ses mimiques, Héra semblait préoccupée, comme si elle cherchait la meilleure façon de phraser ses pensées. Par Merlin, elle en mettait du temps à accoucher ! Ou finalement, peut-être que Drago s'impatientait un peu trop ? Son côté concierge n'avait jamais vraiment disparu, il était juste devenu meilleur pour le dissimuler, si bien qu'il ne pressa pas la brune plus que cela, ni dans les mots, ni dans les gestes. Du reste, au bout de quelques instants qui lui parurent des siècles, elle se lança sans plus de cérémonie.

- Je t'ai déjà parlé de mon père le … La dernière fois. Après sa mort je n'ai rien obtenu de lui, mais on m'a dit que j'aurais pu trouver quelques objets lui appartenant ici. C'était stupide mais j'étais curieuse d'aller voir ça.

Il hocha la tête. Il n'y avait rien de stupide dans le désir de se raccrocher à ses racines.

- Alors, ton invitation tient toujours maintenant que tu n'as plus rien à obtenir ?

Un peu déçu qu'elle n'étaye pas ses intentions plus que ça, il se contenta du retour à la plaisanterie visiblement approprié pour avorter son malaise.

- Plus rien à obtenir ? Tu rigoles ? rétorqua-t-il en arquant un sourcil dans le plus grand des calmes. Si je te paye un verre c'est un investissement, j'attends forcément quelque chose en retour. Un gentleman est un homme d'affaires déguisé Héra, tu devrais le savoir depuis que tu me connais...

Le loup tapi au plus profond de son être guettait une potentielle mine offusquée de la donzelle et, sans trop lui laisser le temps de réagir, se pencha vers elle pour lui murmurer quelques mots.

- Je veux que tu me racontes toutes les bêtises que tu as faites en mon absence.

Et par cela il entendait batifolages, excès, et ivresse. C'était évident. Il étira alors un sourire carnassier. A ses yeux, Héra était pure, trop pure. Elle ne se lâchait pas souvent, comme si la luxure la paralysait d'effroi. Quelle ironie sachant que le blond ne faisait que relayer leur "moment d'égarement" dans le néant absolu du déni des souvenirs...

Il inspira une profonde bouffée d'air frais, savourant la tension sadique qu'il venait d'instaurer. La brise était douce, les oiseaux par leur chant se moquaient, et la terrasse du prochain bar miteux était toute indiquée pour déterrer les sombres secrets de la Belle. Naturellement, il s'assit en l'invitant à l'imiter, sourire béat incrusté sur sa face de fouine, une face trop familière à ceux qui le fréquentaient (ou le supportaient) à Poudlard.

- J'attends... Rends-moi fier Greengrass !

Rire des éventuelles conquêtes de son amie était-il une façon tordue d'exorciser ce qu'il pourrait potentiellement ressentir après leur baiser ? Du déni ? Ou était-ce naturel, sincère, et typique de l'enquiquineur qu'il représentait ? Connaissait-il la réponse à cette question ? Se la posait-il seulement ? Tout laissait à penser que non. Après tout, l'eau avait coulé sous les ponts... Pas vrai ?



by DM



Voir le profil de l'utilisateur https://magicneverdies.forumactif.com/t190-drago-lucius-malefoy-alchimiste-pour-vous-servir-ou-pas https://magicneverdies.forumactif.com/t168-chemin-de-traverse-voliere-de-drago-malefoy https://magicneverdies.forumactif.com/f263-cave-de-drago-malefoy https://magicneverdies.forumactif.com/t145-drago-malefoy https://magicneverdies.forumactif.com/t167-inventaire


profil +
Message
Re: Et où étais-tu donc ?   Et où étais-tu donc ? EmptyLun 19 Nov - 1:16




Et où étais-tu donc ?


Avec Drago Malefoy

Elle avait espéré que ses explications suffiraient, qu'après ça elle n'aurait plus à se préoccuper de ce qu'elle devrait lui livrer ou non. Monsieur n'était pas du même avis puisqu'il relança sur un tout autre sujet qui lui demandait aussi quelques aveux. C'était bien rare qu'il se contente de ce qu'on lui donnait, il avait la fâcheuse tendance de n'en réclamer que plus. Qui était-elle pour parvenir à le lui refuser. Ce n'était pas son éternel numéro de charme – entendons-là celui qu'il cultivait et émanait naturellement, non qu'il forçait - qui la poussait à se confier mais le fait qu'elle ait inexplicablement confiance en lui. Il était d'ailleurs plus que probable qu'elle-même ne s'en rende pas compte, parvenant tout de même à s'en effrayer.

" - Plus rien à obtenir ? Tu rigoles ? Si je te paye un verre c'est un investissement, j'attends forcément quelque chose en retour. Un gentleman est un homme d'affaires déguisé Héra, tu devrais le savoir depuis que tu me connais …

Évidemment … S'il pouvait en tirer profit, il ne s'en empêcherait pas. Il se faisait pour autant plus égoïste qu'il ne l'était vraiment – d'après l'image qu'elle avait de lui. En l'entendant parler on pouvait penser qu'il n'agissait toujours que dans son propre intérêt. Plus elle le fréquentait et plus elle en doutait. Soit apprendre à le connaître le poussait à se révéler, soit elle se laissait elle-même aveugler. Ou peut-être était-ce un peu des deux.

- Je veux que tu me racontes toutes les bêtises que tu as faites en mon absence.

La journaliste, muette, se mit à activement réfléchir sans savoir comment cette fois satisfaire sa curiosité. C'était encore plus compliqué lorsqu'elle n'avait pas de réponse à apporter. Ce fut dans un certain automatisme qu'elle s'assit face à lui sans plus observer le lieu, concentrée. Le métal froid de la chaise ne manqua pas de lui glacer les cuisses et elle resserra le lourd tissu de son manteau sur son corps gelé.

- J'attends... Rends-moi fier Greengrass !

Héra n'avait rien à lui donner. Elle n'allait pas développer l'abandon de Charlie, qui la rendait plus honteuse qu'autre chose, après que le sorcier ait disparu. Certes, elle n'avait pas non plus cherché à le recontacter. Peut-être n'avait-elle pas ressenti le besoin de le revoir mais ça n'effaçait pas la vexation qu'il l'ait oubliée du jour au lendemain. Quoi d'autre, mise à part son quotidien au travail ou avec ses amis. Ça n'avait rien d'intéressant et elle n'allait pas lui faire un résumé complet de ce qu'elle avait fait ces derniers mois. S'il tenait tant à savoir, il n'aurait pas dû partir et aurait pu tout observer en temps et en heure. Rancunière la Greengrass ? Assurément, mais elle avait la délicatesse de ne pas le lui reprocher et faisait tout pour qu'il ne le ressente pas.

Sinon, elle ne savait que lui dire. Elle avait le choix entre le fait d'inventer rapidement quelques aventures qui auraient pu bouleverser son quotidien ou être sincère. Comme trop souvent, et trop exceptionnellement à la fois, c'est cette deuxième option qu'elle décida de suivre. Haussant les épaules, elle esquissa un sourire plus timide qu'à l'accoutume en lui confiant :

- Il faut croire que ma vie est bien ennuyeuse lorsque tu n'es pas là.

Ses mots, une énième plaisanterie, n'auraient pas dû la gêner et ce fut pourtant le cas après qu'ils eurent été prononcés. C'était comme si elle avouait avoir besoin de lui, ne serait-ce que pour animer son existence. Ça ne l'aurait pas dérangé à l'accoutume mais c'était désormais différent. Elle avait l'impression de marcher sur des œufs avec Drago depuis ce fameux soir. Celui qu'ils taisaient, s'evertuaient à oublier sans être capable d'en faire abstraction. Il avait eu beaucoup plus de conséquences qu'ils ne sauraient l'avouer.

Elle serait revenue en arrière si elle l'avait pu. C'était comme s'il ne s'était rien passé – elle considérait même que c'était le cas étant donné que ce baiser n'avait eu aucun fondement et ne signifiait rien – à l'exception qu'elle n'était plus aussi à l'aise en sa présence. C'était ridicule et elle le regrettait. Il était peut-être la personne avec laquelle elle aimait le plus passer son temps dernièrement (avant son départ du moins). Une amitié récente et différente de celles qu'elle connaissait déjà.

Sans accepter de réaliser quel était le problème, il était bien ardu de le résoudre. Aucun déni néanmoins ne masquerait cette tension nouvelle qui était née entre eux. Elle les liait par ce secret qu'ils partageaient et qui ne devait aucunement être révélé. Que ce soit par honte ou pour ne pas être confrontée à ce qu'elle avait fait, Héra préférait oublier. Mais en était bien incapable.

Un serveur les interrompit – permettant à la jeune femme de trouver comment rebondir – pour prendre leurs commandes. Elle se contenta d'un thé, revenant rapidement au blondinet. Décidant de ne pas lui demander à quoi il avait occupé son temps hors-travail lors de son voyage (elle pouvait le deviner seule et ne voulait aucune confirmation), elle changea complètement de sujet.

- Tu voudrais pas sortir, un soir, pour célébrer ton retour par exemple ?

Ce n'était pas une grande fêtarde mais elle essayait de retrouver cette complicité qu'ils avaient eu un temps (ou n'avait-ce été qu'une impression ?) en dissipant le lourd malaise qui ne les quittait plus. Sa proposition lui paraissait censée dans ces circonstance et serait avec un peu de chance efficace. Se retrouver comme ils avaient pu le faire dans le passé les renverrait forcément à cette période et aux rapports qu'ils entretenaient alors. Elle serait peut-être même prête à mettre de côté ses promesses de sagesse. Cet argument pourrait-il le convaincre ?

- Cette fois, je ne m'enfuis pas, même si tu ramène une de tes stupides conquêtes. T'auras qu'à m'apprendre comment vraiment m'amuser. C'était ta mission, non ? "

Qu'elle le montre ou non, en vérité elle s'amusait toujours en sa présence. Ceux qui avançaient que Drago était sans cesse sérieux se trompaient lourdement, et tant pis pour eux s'ils s'arrêtaient à cette idée.


Par Héra Greengrass



Sage comme un orage.
Elle mentait à tous. À sa famille, à ses amis, aux inconnus. Elle mentait au temps, aux lieux, au monde. Elle mentait à son passé, à son présent, à son futur. Mais surtout, elle se mentait à elle-même.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t195-pages-colorees-d-hera-greengras?highlight=h%C3%A9ra http://www.magicneverdies-rpg.com/t174-allee-des-embrumes-hera-greengrass?highlight=h%C3%A9ra http://www.magicneverdies-rpg.com/f286-studio-d-hera-greengrass http://www.magicneverdies-rpg.com/t142-hera-greengrass-un-monde-sombre-dans-lequel-sourire?highlight=h%C3%A9ra


 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» J'étais pourtant persuadée de déjà l'avoir fait...
» Ce que j'étais hier, je le serai demain. 05/10 - 9h17
» europe ❖ je voulais être seule mais trop tard, j'étais déjà née.
» Si j'étais.... je ferais
» [Rp] Si j'étais .... Je serais

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Magic Never Dies :: 
Coins populaires
 :: Allée des Embrumes :: La ruelle sombre
-


Sauter vers:  
Août 2006
2ème partie

Plan des quartiers