Magic Never Dies :: 
Coins populaires
 :: Chemin de Traverse :: Logements :: Adélia Flores / Céleste Grym
Partagez | 


Aller à la page : 1, 2  Suivant
profil +
Message
Rire, vivre et s’enivrer    Sam 29 Sep - 19:56


Rire, vivre et s'enivreravec tous ceux qui veulent!
Spoiler:
 

27 Avril 2006, 22h et je suis déjà légèrement ivre. J'aime pas venir trop tôt aux soirées. Attendre que les gens se mettent dans l'ambiance et se décident enfin à laisser leurs inhibitions au placard. Mais bon, là, Flores m'a clairement fait comprendre que si je ne l'aidais pas à tout préparer, je serais persona non grata ce soir... Même si c'est aujourd'hui mon anniversaire. Mais vu qu'elle a eu du mal à convaincre Céleste de donner la fête chez elles... j'imagine que c'est de bonne guerre.

Du coup on a passé des heures à cuisiner je ne sais combien de cakes et de gâteaux. Faut vraiment que j'aille au Brésil un jour. Parce que si ils sont tous comme Flor, je peux te dire que question nourriture, ils voient les choses en grand. J'avais aidé mon amie comme j'avais pu, épluchant, battant les œufs en neige, enfournant les sablés... Le tout tentant de suivre le rythme de la tornade brune qui voltigeait dans la cuisine. Puis on est passé à mon étape préférée: la confection du punch. Et les multiples ajustements et dégustations qui allaient avec. Ce qui fait qu'avant même que les premiers invités se pointent, Addie et moi étions déjà en train de glousser comme des perdus dans sa cuisine, complètement pompettes.

Puis les gens ont commencé à affluer, déposant de nouvelles bouteilles sur les tables, accrochant leurs vestons où ils le pouvaient. Il y avait des potes à moi, des amis d'Addie, quelques connaissances de Céleste aussi. La maison rénovée s'est mis à bruire de conversations joyeuses mêlées à la musique.

22h, 27 Avril, le jour de mon anniversaire qu'on fête en même temps que celui de Flor, née au début du mois. Je cherche ma Brésilienne préférée parmi les danseurs, plusieurs petits verres remplis de liquides colorés dans mes mains.

- FLOR! VIENS FAUT QUE TU GOÛTES ÇA!


Je finis par capter son attention et lui fourre un des verres dans la main.

- C'est Ed' qui a ramené ça! Un genre de cocktail! C'est trop bon, il faut que tu essayes!


Je balaye la soirée du regard avant de demander:

- Tu sais où est Céleste? Faut absolument que je lui fasse essayer aussi!

©️ 2981 12289 0

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t809-sam-wit http://www.magicneverdies-rpg.com/t813-allee-des-embrumes-samuel-wit#4378 http://www.magicneverdies-rpg.com/f365-samuel-wit http://www.magicneverdies-rpg.com/t800-samuel-wit http://www.magicneverdies-rpg.com/t803-inventaire#4317


profil +
Message
Re: Rire, vivre et s’enivrer    Sam 29 Sep - 21:17

Rire, vivre et s'enivreravec tous les bons potes et les incrustes de la soiréeLorsque l'idée de fêter leur anniversaire ensemble avait germé dans leurs esprits, Adélia n'avait pas vraiment pensé au boulot que cela allait représenter pour eux. Elle avait pourtant été toute contente de pouvoir utiliser leur belle maison enfin rénovée. Chez Sam, ils n'auraient vraiment pas eu de place pour organiser l'événement. Ils avaient déjà du mal à y tenir à trois, Evan, lui et elle. Impossible d'y fêter dignement un anniversaire.

Les préparatifs s'étaient déroulés dans la joie et la bonne humeur, elle avait même obtenu de Sam qu'il mette la main à la pâte, contre la promesse de réaliser le punch ensuite. Elle ne voyait vraiment aucun problème à commencer par cuisiner, puis s'occuper de la boisson... Il valait mieux que cela se fasse dans ce sens, sinon, ils auraient récolté bien trop de brûlures et les bons petits plats d'Adélia n'auraient pas été si bons ce soir-là.

Les invités avaient bien finis par arriver et la jeune femme avait lâché son ami pour se glisser dans la foule, le sourire au lèvre, et un verre de leur délicieux punch à la main. Elle avait vérifié que Céleste ne se trouvait pas trop perdue dans cette foule de gens avant de rejoindre deux amis de Sam qui paraissaient apprécier la nourriture servie - personne ne résistait à la cuisine d'Adélia. Un cri l'arracha de sa conversation.

- FLOR ! VIENS FAUT QUE TU GOÛTES ÇA !

Après leurs multiples dégustations elle se savait déjà un peu alcoolisé, ce qui était également le cas de Sam. Elle ne s'étonna donc pas de le voir foncer vers elle, tout guilleret, en renversant quelques gouttes des précieux breuvages autour de lui.

- C'est Ed' qui a ramené ça ! Un genre de cocktail ! C'est trop bon, il faut que tu essayes !

En temps normal, Adélia n'aurait pas fait confiance à tout ce que pouvait préparer cet ami de Sam, le dénommé Ed'. Elle le côtoyait peu, mais en savait assez pour comprendre qu'il trempait dans quelques magouilles douteuses et qu'il n'était pas bien propre sur lui. Mais elle avait bien commencé la soirée et comptait bien la continuer. Alors, elle s'empara d'un des verres que tenait Sam, d'un sympathique vert fluo.

- Trop bizarre ce truc, j'sais pas si faut vraiment le boire. Tu crois qu'il a mélangé quoi pour obtenir cette couleur ? J'espère qu'il a pas pissé dedans quand même. Sinon, j'te jure que je lui fais bouffer mes cakes par le cul.

Malgré ses quelques paroles peu sympathiques à l'égard du pauvre homme qui leur fournissait de l'alcool, elle avala cul sec son verre, sans plus se poser de questions. Elle avait toujours eut le goût de l'aventure et cela ne risquait pas de changer aussi facilement. Même lorsqu'il s'agissait de faire confiance aux amis douteux de Sam.

- Ah, mais c'est que c'est pas mauvais du tout son truc ! Peut-être qu'on va pouvoir faire quelque chose de ce p'tit con. Vas-y, demain, dès qu'on est sobres, on va lui monter une chaîne de distribution itout itout on va devenir riche avec ses conneries, qu'est-ce t'en dis ?

Mais bien sûr, Sam était déjà reparti dans des considérations bien différentes, à savoir Céleste. Encore et toujours la jolie et gentille Céleste. Adélia ne pu s'empêcher de rouler des yeux.

- Tu sais où est Céleste? Faut absolument que je lui fasse essayer aussi !

Jamais Adélia n'aurait pensé qu'emménager avec une fille au sang de Vélane aurait pu être aussi néfaste. Et pourtant, elle en voyait les effets chaque jour sur Sam. Il ne parlait plus que d'elle, cherchait sa compagnie dès qu'il avait Adélia sous la main... Elle était persuadée qu'il pensait à sa pauvre colocataire à toute heure du jour et de la nuit. Il fallait vraiment qu'elle trouve Evan pour échapper à toutes ces mièvreries.

- La dernière fois que je l'ai vu, elle traînait près de la bouffe. Tu la connais, la seule raison pour laquelle elle a emménagé avec moi, c'est à cause de mes grands talents de cuisinière. Tu savais que Céleste pouvait devenir une véritable bête sauvage si l'on s'avisait de se mettre entre mes plats et elle ?

Elle pouvait bien tenter autant qu'elle le voulait, Adélia savait bien que ce n'était pas toutes ces petites piques qu'elle lançait qui pourrait décourager son ami. Dommage, elle s'en serait bien léché les babines. Non, mais vraiment, il ne pouvait donc pas garder son attention pour elle ? Il fallait vraiment qu'elle trouve Evan, elle se sentirait moins seule, d'un coup. Elle n'avait pas forcément envie de tenir la chandelle tandis que Sam ferait ses yeux de merlans frits devant le doux visage de Céleste.

2981 12289 0



ADELIA
FLORES

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t667-journal-d-adelia-flores#3314 http://www.magicneverdies-rpg.com/t624-chemin-de-traverse-adelia-flores#3075 http://www.magicneverdies-rpg.com/f242-adelia-flores-celeste-grym-victor-amelia http://www.magicneverdies-rpg.com/t622-adelia-flores?highlight=adelia http://www.magicneverdies-rpg.com/t626-inventaire#3156


profil +
Message
Re: Rire, vivre et s’enivrer    Sam 29 Sep - 22:39

Rire, vivre et s'enivrer

Amy était étonnée que Céleste fasse des fêtes chez elle. Comment la petite blonde la plus timide et renfermée s'était elle transformée en fêtarde invétérée ? Et puis, elle s'était rendu compte que ce n'était pas son "amie" qui organisait la fête ; elle suivait sa colocataire et son ami qui s'occupaient de tout ça ; l'ancienne serpentard, elle, suivait les autres comme un parfait petit mouton.

Et sa colocataire et son ami ... C'était Adélia Flores et Samuel Wit. Génial, vraiment. La collègue qu'elle détestait et l'homme qu'elle méprisait.

Et le pire, c'est qu'elle venait à leur fête.

Bon, le fait que cette soirée soit organisée par ses deux pires ennemis n'était pas une raison pour ne pas y aller. Quand Amy était invité à une fête, elle y allait.

Il fallait juste qu'elle évite Débiline, à qui elle avait récemment planté des assiettes dans les pieds, et Sam, qu'elle avait battu en duel avec un serpent et une benne à ordures. C'était possible. Et puis Amy pouvait s'amuser : elle devait juste trouver Céleste, et entamer quelques conversations avec des gens qu'elle ne connaissait pas.

Il y avait deux ou trois mâles pas mal, et un nombre encore plus conséquent de filles. La brune eu un sourire. Elle prit un des petits gâteaux, délicieux. Elle espérait qu'ils avaient amoureusement été préparés par son ancienne ennemie, et pas par les deux terribles amis de cette dernière. Céleste n'avait vraiment pas des bons goûts en matière d'amitié. A part elle, ses amis laissaient franchement à désirer ...

Si les petits gâteaux avaient été fait par Adélia ou Sam, elle reviendrait sur son jugement.

Prenant entre ses doigts une coupe remplie d'un délicieux cocktail inconnu, la jolie brune parfaitement pomponnée se dirigea vers un groupe de personnes.

Amy avança ... Lorsqu'elle percuta quelqu'un. Son précieux breuvage se renversa sur le jeune homme.

- Désolé, haleta - t'elle, avant de se rendre compte que c'était Samuel qu'elle venait de percuter.

Mon dieu, est ce qu'elle venait de s'excuser à Sam ?!

Codage par Libella sur Graphiorum





Voir le profil de l'utilisateur


profil +
Message
Re: Rire, vivre et s’enivrer    Dim 30 Sep - 13:09


Rire, vivre et s'enivreravec tous ceux qui veulent!
- Trop bizarre ce truc, j'sais pas si faut vraiment le boire, me fait Addie avec une moue suspicieuse. Tu crois qu'il a mélangé quoi pour obtenir cette couleur? J'espère qu'il a pas pissé dedans quand même. Sinon, j'te jure que je lui fais bouffer mes cakes par le cul.

Je lève les yeux au ciel. Il faut toujours qu'elle râle de tout et de n'importe quoi. Et en termes fleuris en plus. Pourtant ça ne l'empêche pas d'avaler le contenu du verre cul-sec. Je lui offre un sourire goguenard avant de reprendre la parole.

- Sérieusement Flor... On t'a jamais dit que tu parlais comme un vrai charretier? Bon alors, c'est comment? Pas mal, non?


- Ah, mais c'est que c'est pas mauvais du tout son truc! Peut-être qu'on va pouvoir faire quelque chose de ce p'tit con. Vas-y, demain, dès qu'on est sobres, on va lui monter une chaîne de distribution itout itout on va devenir riche avec ses conneries, qu'est-ce t'en dis?


Toujours mes verres en main, je pouffe. Des idées de business, Addie en a trente-cinq par jour, toutes plus invraisemblables les unes que les autres. Dès qu'il s'agit de gallions, son cerveau carbure à cent à l'heure.

- Ouais. Pas vraiment sûr que ça soit rentable... Par contre tu devrais peut-être songer à mettre tes talents culinaires au service de ton compte en banque. Franchement, même le cuistot du Baveur t'arrive pas à la cheville!


Plus que quiconque, j'ai amplement fait honneur au buffet préparé par Flores, et je compte pas m'arrêter là: ma pote est une vraie cordon bleue et tout ce qu'elle a servi est un véritable délice. Et ça tombe bien, quand je lui demande si elle a vu Céleste, c'est ce même buffet gargantuesque qu'elle m'indique.

- La dernière fois que je l'ai vue, elle traînait près de la bouffe. Tu la connais, la seule raison pour laquelle elle a emménagé avec moi, c'est à cause de mes grands talents de cuisinière. Tu savais que Céleste pouvait devenir une véritable bête sauvage si l'on s'avisait de se mettre entre mes plats et elle?


- Ah, ouais? Eh ben, je suis curieux de voir ça...


J'ai du mal à assembler les concepts de "Céleste" et de "sauvage", mais après tout, j'en sais assez peu sur la colocataire d'Addie. Et peut-être que cette soirée sera l'occasion de mieux la connaître après tout. À vrai dire, je l'espère. Je me sens de plus en plus coincé quand je la vois et ça ne me ressemble pas. Autant profiter de cette ambiance festive pour briser enfin la glace!

- Je vais lui faire goûter et je reviens! Toi et moi, on a rendez-vous sur le dancefloor, Flor, dis-je avec un large sourire pour la Brésilienne, C'est nous les rois et reines de la soirée après tout!

Aussitôt dit, je me retourne vivement pour partir en quête de Céleste. Mais j'ai même pas fait un pas qu'une Sorcière me heurte, renversant son verre sur ma chemise fleurie.

- Désolée...

- Mais non, t'inquiète, ça arr... Oh. Tiens, Lockwood.

Si il y a quelqu'un que je m'attendais pas à voir ce soir, c'était bien Amélia. Je jette un regard interrogatif vers Flores, ça m'étonnerait que ce soit elle qui l'ait invitée... Visage fermé, je considère les traits de l'insupportable serveuse... puis finalement, je me déride.

- C'est une sacrée surprise de te voir là... Bon, allez, reste pas plantée là et prends un verre, dis-je en lui tendant un des shooters verts fluo. Amuse-toi bien! Par contre, j'aimerais autant que tu ne brises pas d'assiettes sur les pieds de mes amis, vu?

"Sinon, c'est pas des limaces que tu vas cracher...", suis-je tenté d'ajouter. Mais ce soir c'est la fête, et j'ai envie que tout le monde s'éclate. C'est pas la présence d'une satanée diva qui va me gâcher mon plaisir. Par contre, je vais non plus pousser la générosité au point de lui faire la causette et je ne m'attarde pas. Bon. Elle est où Céleste?

©️ 2981 12289 0

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t809-sam-wit http://www.magicneverdies-rpg.com/t813-allee-des-embrumes-samuel-wit#4378 http://www.magicneverdies-rpg.com/f365-samuel-wit http://www.magicneverdies-rpg.com/t800-samuel-wit http://www.magicneverdies-rpg.com/t803-inventaire#4317


profil +
Message
Re: Rire, vivre et s’enivrer    Dim 30 Sep - 23:11

Héra s'appliquait avec précaution une épaisse couche de maquillage sur les lèvres. La bâtonnet d'un rouge profond glissait sur la fine peau sans déborder d'aucune part. Elle était peu habituée à s'apprêter de la sorte et avait craint que la matière ne termine en un long trait jusqu'à sa joue. Ou même que ne se forment de plus ou moins légers à-coups disgracieux. Le dessein de sa bouche était pourtant précis et uniforme.

Elle reposa ce qu'elle venait de s'apposer sur le bord de l'évier, vérifiait une dernière fois son reflet dans le miroir. Son épaisse chevelure brune encadrait son visage. Celui-ci était paré de plus d'artifices qu'à l'accoutume. Ses cils obstinément noirs avaient été prolongés encore par quelques coups de mascara. Ses paupières assombries par de subtiles ombres brunes. Enfin, ses lèvres, et c'était tout. Elle ne s'était pas non plus préparée à outrance.

Sa tenue restait également sobre. Une combinaison vert sapin, couvrante et suffisamment chaude pour la saison. Elle ne se sentait pas à l'étroit dans ce tissu souple et plutôt large, resserrant le haut formant un cache-cœur à sa taille. Tout en simplicité, elle ne serait pas gêné par son décolleté bien peu prononcé. Enfilant les éternels escarpins noirs qu'elle portait bien trop souvent, elle sortit de chez elle.

Elle ne savait pas pourquoi elle allait à l'anniversaire de Samuel Wit et Adélia Flores qu'elle ne connaissait pas vraiment, ni n'appréciait pour la seconde. C'était pourtant vers chez eux qu'elle se dirigeait. Au départ, elle avait décidé de décliner l'invitation mais changé d'avis quand l'ennui s'était fait trop pesant. Elle pourrait toujours finir dans un bar quelconque si elle se sentait trop mal à l'aise à leur petite fête.

Lorsqu'elle entra elle ne put qu'être étonnée par le nombre important de personnes qui se trouvaient déjà dans la maison qui accueillait leur sauterie. Elle ne s'était pas imaginée qu'il y aurait autant de monde. Ce n'était pas une mauvaise chose, elle trouverait bien l'une de ses connaissances avec laquelle passer le temps, ou pourrait de moins se fondre dans la foule. Elle se trouva d'ailleurs bien vite avec un verre à la main, observant ces inconnus qui s'amusaient alors qu'elle s'appuyait contre le mur. La discussion de quelques gaillard à se droite l'interrogeait. Peut-être était-ce leurs tons incertains ou regards conspirateurs, mais elle ne put s'empêcher de les écouter.

" - Je te jure, ça s'échauffe là-haut !

- Arrête, tu vas pas me dire qu'ils sont pas foutus de contrôler trois pauvres aurors.

- T'as pas entendu ce qu'on raconte ? Apparemment, ils commenceraient à interroger tout le monde et n'importe qui. Si ça se cantonnait qu'à ça, ça irait, mais ils te feraient aussi prendre du véritaserum sans ton consentement. T'imagine ? Tiago racontait que ça lui était arrivé la dernière fois.

- Mais n'importe quoi ! Si je vous dis qu'on à vu Skeeter dans le lit du Ministre, vous allez me croire aussi ? Arrêtez de croire n'importe quoi mes pauvres gars … Vous savez très bien que Tiago, tout ce qu'il veut, c'est qu'on l'écoute. Pas un mot de ce qu'il dit est vrai. "

Quelques rires, grommellements pour d'autres, et la conversation déviait. Héra ne la trouvait absolument plus intéressante et s'en désintéressa. Qu'en était-il néanmoins des racontages qu'ils avaient évoqués ? Ils n'étaient jamais parvenus jusqu'à elle, mais ce n'était pas pour autant qu'ils ne pouvaient se développer ailleurs. Tout cela l'intriguait, et elle essaierait de se renseigner. Peut-être qu'elle n'était finalement pas venue pour rien.



Sage comme un orage.
Elle mentait à tous. À sa famille, à ses amis, aux inconnus. Elle mentait au temps, aux lieux, au monde. Elle mentait à son passé, à son présent, à son futur. Mais surtout, elle se mentait à elle-même.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t195-pages-colorees-d-hera-greengras?highlight=h%C3%A9ra http://www.magicneverdies-rpg.com/t174-allee-des-embrumes-hera-greengrass?highlight=h%C3%A9ra http://www.magicneverdies-rpg.com/f286-studio-d-hera-greengrass http://www.magicneverdies-rpg.com/t142-hera-greengrass-un-monde-sombre-dans-lequel-sourire?highlight=h%C3%A9ra


profil +
Message
Re: Rire, vivre et s’enivrer    Dim 30 Sep - 23:40

Rire, vivre et s'enivrer
Céleste, était collée au buffet.

Céleste, mangeait.

Céleste, adorait la cuisine d'Adélia.

Céleste, détestait le bruit, les gens et se demandait pourquoi elle avait permis qu'on organise cette fête chez elle.

Ah oui, pour faire plaisir à Addie. Parce que c'était son anniversaire et c'était aussi chez elle et qu'elle n'avait pas envie d'être la méchante de l'histoire. La seule chose qu'elle craignait, c'était qu'un duo d'imbéciles montent à l'étage et aillent faire des choses peu catholiques dans SA chambre. Sa PRÉCIEUSE chambre, qu'elle avait rénové avec amour et où elle avait accroché une très jolie guirlande qui brillait la nuit. Il y avait aussi sa TRÉS PRÉCIEUSE bibliothèque. Elle avait insisté pour qu'on installe le buffet à côté, ainsi, elle pouvait vérifier qu'il ne lui arrive rien pendant qu'elle mangeait. Quelqu'un s'approcha d'ailleurs du dernier petit gâteau présent dans une des assiettes, un de ses préférés. Elle s'empressa de le prendre avant qu'il n'y arrive et lui jeta un regard noir.

C'était SON gâteau.

Elle s'était aussi fait la promesse de ne pas boire un seul verre d'alcool. Pas un seul. Elle avait compris depuis longtemps les effets qu'avaient l'alcool sur son organisme et faisait désormais très attention à ce qu'elle consommait.

Et puis, elle vit Amélia.

En soupirant, elle décida d'abandonner ce délicieux petit cake aux fruits pour aller la saluer. Que ce soit bien clair, elle n'en avait pas envie. Mais c'était elle qui l'avait invité alors... elle n'avait pas trop le choix. Elle se fraya alors un passage dans la foule, immense foule d'ailleurs. Heureusement qu'elle avait dit de ne pas inviter plus de vingt personnes. La maison venait tout juste d'être rénovée et elle allait bientôt s’effondrer si ça continuait.

Alors qu'elle allait enfin rejoindre la brune, cette dernière se heurta à une silhouette fine aux cheveux bouclés.

Ah oui.

Il y avait ça aussi.

Sauf que pour une fois, c'était elle qui allait le surprendre. Puisqu'il était de dos et qu'il ne la voyait pas arriver.

Héhé.

La blonde s'éclaircit la gorge et fit un petit signe de la main à Amy.

- Salut !


Voilà. Fin du court moment où Céleste s'était montrée sociable durant cette soirée. C'était un peu triste de voir à quel point il était compliqué pour elle de communiquer normalement lorsqu'elle était entourée de plus de quatre personnes. Elle réfléchissait toujours trop. Elle vit d'ailleurs Héra un peu plus loin, elle lui fit un signe de main à elle aussi. Elle ne voulait pas la laisser seule dans leur salon plein de gens, elle savait que ce n'était pas très agréable.

- Ça va vous deux ? Bon anniversaire au fait, je ne crois pas te l'avoir souhaité...


Elle ne croyait pas, elle savait. Elle n'avait encore pas eu l'occasion de le faire puisque c'était la première fois qu'elle le voyait dans la journée et qu'elle avait eu la trouille de lui dire plus tôt. Elle avait aussi préféré prendre la température entre ces deux là, sachant très bien qu'ils ne s'entendaient pas. Or, même si Céleste n'aimait pas les fêtes, elle n'avait pas envie que celle-ci tourne au fiasco. D'abord parce qu'elle tenait vraiment à sa bibliothèque mais aussi parce que c'était l'anniversaire d'Addie, et qu'elle tenait un peu à Addie même si elle ne lui dirait pas devant elle.

Elle prendrait la grosse tête, cette idiote.  
© 2981 12289 0



"The monster's running wild inside of me

I'm faded"

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t642-jeune-femme-compliquee-qui-reve-d-une-vie-simple-celeste-grym#3193 http://www.magicneverdies-rpg.com/t638-chemin-de-traverse-celeste-grym http://www.magicneverdies-rpg.com/f305-celeste-grym http://www.magicneverdies-rpg.com/t632-celeste-grym?nid=14#3147


profil +
Message
Re: Rire, vivre et s’enivrer    Sam 6 Oct - 22:48


Rire, vivre et s'enivreravec tous ceux qui veulent!
Alors que je cherche Céleste du regard, une petite voix se fait entendre, juste dans mon dos.

- Salut!


Ah! Et bien la voilà la Grym! Pas trop tôt! Ravi d'avoir enfin trouvé la jolie blonde, je me fends d'un large sourire.

- Céleste! Je te cherchais justement!

- Ça va vous deux? Bon anniversaire au fait, je ne crois pas te l'avoir souhaité...


Nous deux? Ah, oui, il y a Lockwood aussi. Maintenant que j'y pense, c'est sûrement Céleste qui l'a invitée. D'après ce que m'a dit Flor, les deux serveuses s'entendraient plutôt bien. Ou pas si bien. Ou... Bref, ça a l'air compliqué, et Amélia ne m'intéresse pas suffisamment pour que je cherche à en savoir plus et Céleste ne m'en a jamais parlé. À vrai dire, à part ce verre qu'on a partagé il y a quelques semaines, Grym ne m'a jamais vraiment parlé. Je veux dire, pas longtemps. Plus ça va, plus je me dis que c'est moi qui la met mal à l'aise. Et ce soir, j'aimerais en avoir le cœur net. C'est vrai que je parle beaucoup, des fois à tort et à travers. Peut-être qu'un jour j'ai dit un truc qui fallait pas. Pourtant, au Bar Aquatique, j'avais l'impression que le courant passait bien!

- Merci! Ça va super! Et toi tu passes une bonne soirée?

Depuis que les premiers invités sont arrivés, je l'ai pas vraiment vue. Peut-être qu'elle était avec des potes à elle. Je sais pas si c'est vraiment le genre d'atmosphère qu'elle aime. Elle a toujours l'air si posé et détaché. Mais quand elle rit, ses deux yeux se plissent, des fossettes se creusent dans ses joues, et ses lèvres pulpeuses dévoilent ses dents blanches. Des fois, je l'ai surprise à rire, de loin, avec Addie. Mais jamais avec moi et j'ai bien l'intention que ça change. Enfin, essayer du moins.

- Au fait! Tiens, dis-je en lui tendant un des deux petits verres qu'il me reste, tu trinques avec moi? Je voulais te faire goûter!
©️ 2981 12289 0

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t809-sam-wit http://www.magicneverdies-rpg.com/t813-allee-des-embrumes-samuel-wit#4378 http://www.magicneverdies-rpg.com/f365-samuel-wit http://www.magicneverdies-rpg.com/t800-samuel-wit http://www.magicneverdies-rpg.com/t803-inventaire#4317


profil +
Message
Re: Rire, vivre et s’enivrer    Lun 8 Oct - 21:43

Ces derniers jours, j'avais été de voyage en France. Un de mes potes (enfin il se contentait d'être plutôt sympa et serviable) m'avait invité quelques jours à Paris. Rien ne s'était passé comme prévu. Qui aurait pu s'imaginer qu'il était possible qu'une expérience, une unique expérience, pouvait à ce point changer ma vision du monde ? Ma vision de moi-même et des autres ? Plus rien n'était comme avant. Ma vie s'en trouverait irrémédiablement changée. Celle que je menais avant ne m'intéressais plus. Je devais évoluer si je ne voulais pas qu'on m'écrase. Avoir suffisamment de pouvoir pour être celui qui décidait. Devenir celui qui important. Acquérir plus de puissance, même si je ne savais pas encore comment. On m'avait néanmoins confié qui questionner.

Aujourd'hui était un jour de fête et je devais oublier pour un soir mes préoccupations. Quelques verres et ça ne serait pas un souci. D'autant plus qu'il y aurait de sacrés lascars. Y avait qu'à voir les hôtes : Addie et Sam qui célébraient leurs anniversaires ce soir. Je connaissais pas les dates précises, mais celui de la brésilienne commençait à remonter si j'avais bien compris. Aucune importance, on allait quand même s'éclater bien comme il fallait. On pouvait avoir aucun doute là-dessus. Je leur avais même ramené un cadeau. Le gars chez qui j'avais logé m'avais laissé faire quelques achats et j'avais pas lésiné sur les dépenses. S'il mettait sa grande fortune à ma disposition … Ben j'allais pas me restreindre.

La maison d'Addie et sa coloc était plutôt pas mal et je pouvais entendre de l'extérieur à quel point on s'y agitait. J'ouvrais la porte en souriant pour découvrir une pièce bondée. Des visages connus, d'autres pas … Ça allait être sympa comme tout, ça. Je saluais quelques connaissances – dont certains que je me rappelais même pas avoir rencontrés. Ne souhaitant pas m'attarder, je fuyais assez vite en quête d'une activité un peu plus amusante. C'est alors que je tombais sur ma petite serveuse bien désœuvrée.

" - La voilà, la reine de la soirée !

Comme à quelques mètres d'elle, je m'étais exclamé assez fort pour qu'elle m'entende, faisant tourner quelques tête. Sans m'en préoccuper je la rejoignis, lui tendant mon présent.

- Profites-en, ça arrivera pas souvent ! Et il est où le petit Wit, je vais pas me trimballer son paquet des heures, moi ! "

Fallait que je me débarrasse avant d'aller me chercher à boire. Plus tôt ce serait, mieux c'était. Il me fallait ma dose.



Vive le soleil et les nanas.

Voir le profil de l'utilisateur


profil +
Message
Re: Rire, vivre et s’enivrer    Mar 9 Oct - 22:22

Rire, vivre et s'enivreravec tous les bons potes et les incrustes de la soiréeAdélia ne s'occupa même pas du regard goguenard que lui adressait Sam. C'était leur anniversaire, elle allait s'amuser, et sûrement pas passer son temps à s'occuper d'un gosse qui aimait se moquer d'elle. Même s'il était loin d'être le seul.

- Sérieusement Flor... On t'a jamais dit que tu parlais comme un vrai charretier ? Bon alors, c'est comment ? Pas mal, non ?

Elle ? Parler comme un vrai charretier ? Pour quelqu'un qui passait autant de temps avec Evan, il jugeait bien vite. Ou peut-être que c'était elle qui passait trop de temps avec lui et du coup il déteignait sur elle... Ou l'inverse ?

- Ouais. Pas vraiment sûr que ça soit rentable... Par contre tu devrais peut-être songer à mettre tes talents culinaires au service de ton compte en banque. Franchement, même le cuistot du Baveur t'arrive pas à la cheville!

- En même temps, j'suis sûre qu'il cuisine avec ses pieds. Pas possible de faire un ragoût correct, râla Addie.

En vérité, la nourriture qu'on servait au Chaudron Baveur était tout à fait décente, très bonne même. Mais cela n'avait rien à voir avec ce que pouvait préparer Adélia. Il allait sans dire que ce qui sortait de ses fourneaux était mille fois meilleur.

Et puis, à son avis, il doutait un peu trop de ses talents marketing, ce petit Sam.

- Ah, ouais? Eh ben, je suis curieux de voir ça...

Ce fumier avait le culot de ne pas la croire. Et en plus, il s'en allait comme ça, disparaissait dans la foule à la recherche de Céleste. Elle protestait beaucoup trop souvent contre les gens qui abandonnaient leurs animaux, mais, au final, ceux qui laissaient leurs amis seuls n'étaient pas beaucoup mieux. Juste en dessous sur l'échelle de l'horribilité.

Plutôt que de rester là à fulminer, elle préféra sa servir un verre de punch pour noyer son amertume et retrouver le sourire. Elle tomberait bien sur des gens plus sympathiques qui arriveraient à la faire passer dans leurs priorités, tout de même. Parce que bon, c'était aussi son anniversaire, même si sa date était un chouïa passée.

- La voilà, la reine de la soirée !

C'était décidée, elle allait vouer un culte à la personne qui venait de prononcer cette phrase. Même la découverte du visage souriant d'Evan ne ralentit pas ses ardeurs et elle se jeta presque sur lui pour attraper le paquet qu'on lui offrait. On ne refusait pas les présents, oh que non. On les chérissait, bien heureux d'en avoir. Ce qui n'arrivait pas tous les jours.

Quoique, il s'agissait d'Evan. Il valait mieux ne pas trop s'avancer.

- Tu devrais le rappeler aux gens, ils ont un peu trop tendance à l'oublier, râla la jeune femme. Est-ce que tu peux me jurer que t'as pas foutu de rat mort ou une autre connerie du genre dans cette boîte ? Parce que je te jure que j'appelle les Aurors pour qui t'embarquent et pas d'alcool ni de nanas à mettre dans ton lit ce soir ! D'ailleurs évite ma chambre s'teu plait, va plutôt dans celle de Céleste !

Sa porte est barricadée, plein de panneaux interdits, espace privé, elle veut pas de conneries chez elle. Par contre, on trouve quelques flèches équivoque vers celle de sa colocataire, avec un peu de chance, les gens comprendront. Mais y'a toujours des cons, surtout avec de l'alcool dans le sang.

- Profites-en, ça arrivera pas souvent ! Et il est où le petit Wit, je vais pas me trimbaler son paquet des heures, moi !

- Bah qu'est-ce tu crois, encore en train de draguer Céleste ! Trop longtemps qu'il fond devant elle, là, ça devient trop lassant. Tu veux pas qu'on les enferme dans sa chambre, histoire que ce soit fini et qu'on en parle plus ? J'vais commencer à être jalouse moi, y'en a plus que pour elle quoi !

Des fois, Adélia se dit qu'elle devrait penser à dévisager une bonne fois pour toute Céleste. Injuste, vraiment. Pourquoi il faut qu'elle soit à demi(ou quart ou autre pour ce qu'elle en savait)-Vélane et aussi jolie et aussi attirante et aussi gentille... Non, vraiment, elle se devait de porter plainte.

2981 12289 0



ADELIA
FLORES

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t667-journal-d-adelia-flores#3314 http://www.magicneverdies-rpg.com/t624-chemin-de-traverse-adelia-flores#3075 http://www.magicneverdies-rpg.com/f242-adelia-flores-celeste-grym-victor-amelia http://www.magicneverdies-rpg.com/t622-adelia-flores?highlight=adelia http://www.magicneverdies-rpg.com/t626-inventaire#3156


profil +
Message
Re: Rire, vivre et s’enivrer    Mer 10 Oct - 2:43

La brésilienne se renfrognait, me donnant une réponse qui n'avait pas l'air de lui plaire. C'était une fête, on pouvait savoir pourquoi elle faisait la tronche comme ça ? Quoi qu'il en soit elle allait bientôt arrêter, sa mauvaise humeur terrassée par mon humour exceptionnel. C'était le remède à tout. Pour ceux à qui ça suffisait pas, j'avais aussi mon charme hors-norme (mais réservé à la gente féminine).

" - Bah qu'est-ce tu crois, encore en train de draguer Céleste ! Trop longtemps qu'il fond devant elle, là, ça devient trop lassant. Tu veux pas qu'on les enferme dans sa chambre, histoire que ce soit fini et qu'on en parle plus ? J'vais commencer à être jalouse moi, y'en a plus que pour elle quoi !

Addie en pinçait pour Sam, même moi – et j'étais pas connu pour ma clairvoyance – j'étais capable de m'en rendre compte. Mais elle au moins avait pas le mérite de nous le faire indirectement savoir à chaque occasion ! Contrairement à certains. Je lâchais un profond soupire et observais les alentours.

- On va aller s'occuper de ça.

Sam se tenait quelques mètres plus loin et le rejoindre fut rapide. Je fis pas attention à sa compagnie mais manquait tout de même pas de remarquer que Céleste se trouvait là. Comment on pouvait bloquer de la sorte sur un nana ? Surtout que, bon, elle faisait fade. Fallait le secouer un peu, lui donner ce qu'il voulait, et peut-être qu'après ça il décrocherait.

- Bon, on peut savoir ce que vous faîtes là ? Leur demandais-je sans les saluer. Vous continuez à vous tourner autour sans rien oser tenter, c'est ça ? Votre petit jeu commence à m'agacer, alors on va faire simple : la blondinette, tu plais plutôt bien à Sam. Et puis bon, personne est aveugle, il te plaît aussi. Donc faîtes pas les timides, on perd pas de temps, vous vous roulez une bonne galoche et la suite c'est à vous de voir. Nous on a pas que ça à faire, et les histoires d'amour ça m'a toujours débecté.

Je commençais à m'éloigner, comme je l'avais dis, mais me retournais pour lancer au Wit le paquet que je tenais toujours.

- Et bonne anniversaire mec ! On se rejoint quand t'as réglé tout ça.

Une nouvelle fois, j'avais entrepris de m'éloigner mais me rétractais en les hélant d'une voix forte pour ajouter :

- Ah, et oubliez pas ! Addie a dit pas de cochonneries dans sa chambre !

Cette fois satisfait, je m'intéressais à celle-ci en nous prenant deux verres aux couleurs étrangement variables.

- Alors et nous, c'est qui nos cibles pour ce soir ? Sam peut pas nous voler la vedette ! "

Fallait pas croire que j'allais m'éclipser sous prétexte que c'était son anniversaire. Justement, fallait que les invités passent un bon moment. D'autant plus les jolies sorcières ...



Vive le soleil et les nanas.

Voir le profil de l'utilisateur


profil +
Message
Re: Rire, vivre et s’enivrer    Mer 10 Oct - 15:27

Rire, vivre et s'enivreravec tous les bons potes et les incrustes de la soiréeUn Evan en alerte, en train de chercher quelque chose et d'étudier son environnement, ce n'est jamais bon signe. Il faut toujours, toujours se méfier de lui. Encore plus lorsqu'il tente une ébauche de réflexion, Adélia le sait d'expérience, ça vire beaucoup trop souvent à la catastrophe.

- On va aller s'occuper de ça.

Un Evan qui s'occupe d'une affaire, c'est encore pire que tout. Il est rare que le chômeur fasse dans la subtilité, il est plutôt du genre à enfoncer les portes ouvertes. Quoique, Adélia fait rarement mieux, alors elle ne dit rien, se contente de lever les yeux au ciel, désespérée par ce qui lui sert d'ami, mais le suit pourtant dans sa folle aventure.

- Bon, on peut savoir ce que vous faîtes là ? Vous continuez à vous tourner autour sans rien oser tenter, c'est ça ? Votre petit jeu commence à m'agacer, alors on va faire simple : la blondinette, tu plais plutôt bien à Sam. Et puis bon, personne est aveugle, il te plaît aussi. Donc faîtes pas les timides, on perd pas de temps, vous vous roulez une bonne galoche et la suite c'est à vous de voir. Nous on a pas que ça à faire, et les histoires d'amour ça m'a toujours débecté.

Adélia manque de s'étouffer en entendant les paroles d'Evan. Il n'y a vraiment que lui pour sortir de pareilles absurdités. Elle se sent incroyablement gênée pour ses deux amis et se retourne pour ne pas qu'ils voient le sourire qui se peint sur ses lèvres. Peine perdue, un fou rire la prendre tandis qu'elle pense à ce qu'a pu dire Evan et sans aucune discrétion qu'elle s'éloigne un peu, pliée en deux.

Décidément, elle en heureuse qu'il ait enfin pointé le bout de son nez. Qu'est-ce qu'elle se serait ennuyée sans lui, à tenir la chandelle de Céleste et Sam ou vadrouiller entre les connaissances qu'ils pouvaient avoir. Il lui avait même semblé voir Héra Greengrass dans un coin, alors qu'elle n'avait toujours montré que de la politesse envers elle. Sûrement Céleste qui l'avait invité, mais elle s'étonnait tout de même qu'elle soit venue.

- Alors et nous, c'est qui nos cibles pour ce soir ? Sam peut pas nous voler la vedette !

Adélia attrapa l'un des verres qu'il tenait et l'avala cul sec avant de s'arrêter, en pleine réflexion. Leurs cibles ? Il n'y avait pas non plus un choix de fou dans cette assemblée. Il fallait dire que les amis de Sam et les siens ne venaient pas de la haute société. Pas de grosse bourse aux alentours, plutôt dommage. Quoique, à ce qu'avait compris, les Greengrass était une famille de Sang-Pur. Dommage que leur fille ne la supporte pas. Elle n'était vraiment pas moche, en plus. Mais elle doutait vraiment qu'Héra veuille d'elle. Dommage.

- J'te déconseille de traîner avec le mec qu'à fait les cocktails. Super bons, ce qu'il nous a ramené, mais lui, il est moche comme pas possible. Y'a un groupe de fille, là, près de la fenêtre. Mais j'suis sûre qu'elles veulent pas de gros lourds et que j'ai plus de chances avec elles que toi tu n'en as ! se moque Adélia.

Le plus agréable dans les soirées passées avec Evan, c'est qu'ils avaient les mêmes objectifs : boire beaucoup, s'amuser et ne pas finir la nuit seul. Pas trop de question à se poser de ce côté-ci, ils se contentaient de se laisser aller. Ce qui faisait tout son bonheur.

2981 12289 0



ADELIA
FLORES

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t667-journal-d-adelia-flores#3314 http://www.magicneverdies-rpg.com/t624-chemin-de-traverse-adelia-flores#3075 http://www.magicneverdies-rpg.com/f242-adelia-flores-celeste-grym-victor-amelia http://www.magicneverdies-rpg.com/t622-adelia-flores?highlight=adelia http://www.magicneverdies-rpg.com/t626-inventaire#3156


profil +
Message
Re: Rire, vivre et s’enivrer    Mer 10 Oct - 16:35

▲▼ Rire, vivre et s'enivrer

En temps normal, il n'était pas vraiment dans les habitudes d'Elza de sortir. Encore moins dans les anniversaires des gens qu'elle ne connaissait ni d'Eve ni d'Adam et qui avait une dizaine d'années de moins qu'elle. Elle n'était pas non plus le premier choix des gens qui cherchaient des gens pour sortir. Pourtant, cette fois-ci, c'était bien elle que Mary avait sollicité, supplié et forcé. Personne ne disait jamais non à Mary, pour la simple et bonne raison qu'elle était quelqu'un d’extrêmement persuasif et qu'elle avait les bonnes menaces. Et peut-être aussi qu'elle était bien la dernière survivante de son cercle d'amie, qu'elle évitait tous depuis la fin de la guerre.

Si cela avait été quelqu'un d'autre, Elza se serait débrouillée pour refuser. Mais il s'agissait d'une de ses plus vieilles amies, les jeunes femmes avaient pu faire les quatre cent coups durant leurs années d'étude à Poudlard, s'étaient mariées depuis, mais était de nouveaux seules, pour des raisons totalement différentes l'une de l'autre. Mais le fait était là et Mary était sûrement l'une des dernières amies qu'il restait à Elza.

- Ils s'appellent comment, déjà ? demanda Elza, tout de même un peu inquiète, une fois sur le pas de la porte.

- Sam et Adélia. Sympa comme tout. Bon, trop jeune pour nous le p'tit, mais ça n'empêche pas de s'amuser. Et y'aura plein d'autres gens !

Elza s'était contentée de lever les yeux au ciel tandis que son amie toquait à la porte. Son amie s'était débrouillée pour laisser ses enfants à leur père ce soir-là et, même après leur divorce, ce dernier ne pouvait refuser quelque chose à son ancienne femme, bien qu'il sache parfaitement qu'elle allait s'amuser follement. Aucune réponse et Mary poussa le panneau de bois, nullement gênée par ce silence qui n'en était pas vraiment un, vu le bruit que l'on entendait depuis l'extérieur. La soirée avait l'air d'être bien animée. Mais il fallait dire qu'elles n'arrivaient pas les premières. Elza avait beaucoup traîné de la patte.

- Attends moi là, j'vais nous chercher à boire ! Il parait que cette fille fait trop bien la cuisine en plus, j'vais nous trouver quelque chose à grignoter !

L'Auror n'eut même pas le temps de consentir à l'idée - ce qu'elle n'aurait fait en aucun cas d'ailleurs - que son amie s'était déjà éclipsée dans la foule. Sachant pertinemment qu'il y avait peu de chance de la revoir tout de suite, Mary étant beaucoup trop sociale pour rester simplement avec elle, Elza se dirigea vers un coin de la salle, non loin de la fenêtre qu'elle ouvrit, beaucoup mieux près d'une source d'air frais.

L'ambiance était très sympathique, jamais elle ne l'enlèverait à cette soirée. Mais ce n'était tout simplement pas son genre. Trop de gens, pas assez d'espace, trop de bruits, pas assez de calme. Durant ses jeunes années, elle s'y serait sentie comme un poisson dans l'eau. Il avait fallut que les années passent, emportant avec elle son insouciance, pour qu'elle devienne quelqu'un d'un peu trop triste par rapport à tous ces gens souriants.

Pour la énième fois depuis que son amie l'avait entraîné dans cette affaire, elle se demanda qu'est-ce qu'elle faisait là.

© 2981 12289 0




Elza Rowle

C'est dans le feu que le fer se trempe et devient acier. C'est dans la douleur que l'homme trouve la révélation de sa force.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t768-sous-la-plume-d-elza-rowle http://www.magicneverdies-rpg.com/t767-voliere-d-elza-rowle http://www.magicneverdies-rpg.com/t766-elza-rowle


profil +
Message
Re: Rire, vivre et s’enivrer    Jeu 11 Oct - 19:33

Rire, vivre et s'enivrer
Ah.

De l'alcool.

Elle n'en buvait jamais, parce que c'était un peu son Némésis. D'ailleurs, elle était étonnée qu'Adélia ne se soit pas empressée de vider ce verre avant qu'il ne parvienne jusqu'à elle. Elle était à peu près la seule à être au courant pour la Dark Céleste qui surgissait quand elle buvait une goutte d'alcool. Ça pouvait très bien être marrant, ou bien pas du tout. En tout cas ça ne l'était jamais pour elle, qui finissait soit par devenir complètement folle soit par pleurer sur l'épaule du premier venu en marmonnant une suite de mots incompréhensibles.

Mais voilà, c'était Sam qui lui proposait. Or, elle avait plus ou moins conscience de se comporter... bizarrement avec lui. Elle n'était pas forcément méchante ou malpolie, simplement étrange. À chaque fois il surgissait dans sa vie comme les machins flippants qui sortent des pendules et qui font un bruit horrible.

Enfin, non pas que Sam soit horrible hein, pas du tout c'est juste que voilà ce qu'elle voulait dire c'est que...

Ça. C'était de ça dont elle parlait. Étrange. Maladroite.

Bien sûr, elle n'était pas vraiment un exemple dans l'art de papoter naturellement, mais tout de même elle se débrouillait mieux d'habitude. Elle ne comprenait pas vraiment pourquoi.

En tout cas, elle avait un problème. Si elle refusait ce verre, il risquait de s'imaginer des choses complètement fausses. Comme par exemple qu'elle le détestait. Ou qu'il la mettait mal à l'aise.

Quant à savoir si elle passait une bonne soirée... elle avait envie de s'écrouler sur le canapé en marmonnant un "bof" en guise de réponse. Pas très Céleste tout ça. Mais c'était pourtant exactement elle, la vraie du moins.

- Oui, je te remercie. Et toi ? Après tout c'est tout de même ton anniversaire.

Voilà. Et ça ce qu'elle avait dit. Parce que... ça ne servait à rien de faire la rabat-joie. Ça lui arrivait pourtant, mais quand elle était sûre que ça ne causait du tort à personne.

C'est pour la même raison, qu'elle accepta ce verre.

- Merci aussi pour le verre, à toi et à Addie !

Alors elle le leva, pour trinquer, déglutissant rapidement en pensant à Dark Céleste qui allait bientôt s'éveiller. Alors qu'elle était sur le point de plonger ses lèvres dans le liquide, un Evan sauvage surgit de nulle part.

Sur le coup, elle fut soulagée. Après tout ça l’empêchait de boire. Mais après...

Et bien, c'était proche de l'apocalypse.

La blondinette était passée par toutes les teintes. Blanche comme ses cheveux, rouge écarlate, un rouge un peu moins prononcé, presque verte, bleue, et puis de nouveau blanche.

En résumé : surprise, gênée, en colère, nauséeuse, carrément terrifiée, surprise.

Une question subsistait cependant.

"De quoi il se mêle celui-là ?"

Après tout, c'était sa vie non ? Et ce n'était pas comme s'ils étaient meilleurs amis depuis l'enfance ! Elle le connaissait à peine. Si elle avait envie de tourner autour du pot pendant une décennie complète, c'était son droit. Et mis à part Sam qui était aussi concerné, personne ne pouvait se permettre de lui reprocher.

Non mais.

- Mais euh que il beu.

C'était pas exactement ce qu'elle voulait dire.

- Tu le connais celui-là ? C'est un de tes amis ?


Le "je peux lui péter les genoux avec un de mes précieux livres ?" était implicite mais bien là. Après tout, on sous-estimait toujours les littéraires. Personne ne comprenait à quel point il était rassurant de tenir un énorme volume de plus de mille pages dans ses mains.

Et puis en étant complètement honnête, elle préférait largement se plaindre du comportement d'Evan que réfléchir réellement à ses propos.
© 2981 12289 0



"The monster's running wild inside of me

I'm faded"

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t642-jeune-femme-compliquee-qui-reve-d-une-vie-simple-celeste-grym#3193 http://www.magicneverdies-rpg.com/t638-chemin-de-traverse-celeste-grym http://www.magicneverdies-rpg.com/f305-celeste-grym http://www.magicneverdies-rpg.com/t632-celeste-grym?nid=14#3147


profil +
Message
Re: Rire, vivre et s’enivrer    Sam 13 Oct - 22:18

Addie but le verre que je lui tendait d'un trait, et j'hésitais pas à faire de même. Y avait de l’alcool alors on consommait sans trop de poser de question. C'était pas notre genre de nous prendre la tête de toutes manières. Ni de nous retenir quand on voulait quelque chose. On le prenait, s'arrangeait pour l'avoir s'il le fallait, mais au final on parvenait à le récupérer.

" - J'te déconseille de traîner avec le mec qu'à fait les cocktails. Super bons, ce qu'il nous a ramené, mais lui, il est moche comme pas possible.

Qu'est-ce qu'elle allait s'imaginer ? Je comptais pas me taper un sorcier. Ça risquait pas d'arriver. Ja-mais. La brésilienne était peut-être plus libre sur la question mais ça engageait qu'elle. J'avais toujours été très clair sur le sujet et aucun représentant de la gente masculine n'avait intérêt à m'approcher.

- Y'a un groupe de fille, là, près de la fenêtre. Mais j'suis sûre qu'elles veulent pas de gros lourds et que j'ai plus de chances avec elles que toi tu n'en as !

- Arrête, je suis sûr que je peux détourner la plus convertie des lesbiennes ! Remet pas mon charme en cause.

J'inspectais les jeunes femmes en question, voir qui serait ma proie pour lui démontrer que j'avais raison, et aucune n'était suffisamment belle pour que je m'y intéresse. Si Addie les voulait, elle pouvait les prendre. Toutes. Et qu'elle me prévienne, je resterais dans un coin pour surveiller tout ça. Histoire de ça s'assurer que ça se passe bien, évidemment, et pour aucune autre raison.

Si celles qu'elle m'avait indiquées étaient fades, c'était pas le cas d'une jolie blonde qui se trouvait non loin d'elles. Bien plus à mon goût. Elle avait l'air un peu coincée mais il tenait qu'à moi de la faire se détendre un peu. Ce serai bien sympa, elle s'en rendrait vite compte.

- Bon allé Addie, on se retrouve après. J'ai une nana à séduire moi. T'inquiète, je serais pas aussi long que Sam. "

Récupérant deux nouvelles boissons je me dirigeais vers la blondinette, mon plus beau sourire aux lèvres. Elle résisterait pas longtemps. D'ailleurs, résisterait-elle seulement ?

" - Et ben bonsoir. Je viens tuer ton ennui, l'abordais-je en lui tenant un verre. Je m'appelle Evan. Toi, c'est ? "

Restait à voir si elle était du genre à accepter qu'un inconnu vienne lui parler - ce qu'était tout à fait normal dans une fête comme celle-ci - ou non. Si elle était pénible ou pas en fait. Si elle valait la peine ou si j'allais directement voir ailleurs.



Vive le soleil et les nanas.

Voir le profil de l'utilisateur


profil +
Message
Re: Rire, vivre et s’enivrer    Dim 14 Oct - 9:34

▲▼ Rire, vivre et s'enivrer

En contrebas, la ruelle paraissait bien calme. Elza laissa son regard se perdre dans les ténébres qui envahissaient les quartiers de Londres avec une seule envie : se retrouver dehors, au calme, dans une sérénité que seule la nuit et son silence pouvait offrir.

Mais elle avait promis à Mary qui, même si elle faisait mine de rien, avait besoin que quelqu'un soit là pour l'épauler. Elle avait vécu plus de dix ans avec son John. Ce n'était pas rien.

- Et ben bonsoir. Je viens tuer ton ennui. Je m'appelle Evan. Toi, c'est ?

Elza sursauta presque en entendant une voix ainsi proche d'elle, orientée vers sa personne, qui lui adressait directement la parole. Elle s'était faite à l'idée qu'elle passerait cette soirée seule dans son coin, pour pouvoir ramener Mary et, surtout, la surveiller. Que quelqu'un vienne la trouver, elle, était des plus étranges. Elle ne s'y était tout simplement pas attendue.

Quelle ne fut pas sa surprise en découvrant que ce dénommé Evan n'avait rien d'un gamin de vingt ans, mais devait bien se trouver dans ses âges. Aux dires de Mary, elle avait compris qu'il s'agissait d'une soirée constituée de personnes bien plus jeunes qu'elles. Il fallait croire qu'il arrivait à tout le monde de se tromper.

En tout cas, elle n'était pas contre un peu de compagnie. Si cet homme se révélait un minimum sympathique et intéressant. Elle n'avait pas forcément envie de se coltiner un emmerdeur toute la soirée. Mais, à vu de nez, Elza n'aurait su juger celui-ci, il lui faudrait tout de même un peu plus de temps.

Et il avait le mérite de lui servir à boire, ce qui était déjà un très bon point de gagner. Depuis combien de temps n'avait-elle pas profité des plaisirs de l'alcool ? Elle ne côtoyait les soirées qu'en tant qu'Auror, pour surveiller tout ce petit peuple insouciant.

- Alors, je te souhaite bonne chance. L'ennui est vraiment très bien implanté en moi. Je te conseille de faire attention à pas me tuer avec lui.

Elza finit par attraper le verre que lui tendait Evan. Elle y trempa ses lèvres et avala quelques gorgées, curieuse du goût que cela allait avoir, avec une couleur pareille... Pas mauvais. Mais pouvait faire beaucoup mieux.

D'un autre côté, elle n'avait pas forcément pris les bonnes habitudes. Les Rowle et autres familles grandes familles sorcières qu'elle avait pu côtoyer lors de sa vie mondaine avaient un peu plus de moyens que deux jeunes lambda, une serveuse et un vendeur à ce qu'elle avait compris.

- Oh, et moi, c'est Elza.

Elle en avait presque oubliée la question qui lui avait été posé. Son esprit avait pris un peu trop l'habitude de vagabonder lorsque les gens parlaient autour d'elle, comme pour la couper d'eux.

Toujours aussi charmante, cette Elza, à ainsi ignorer les gens, disait-on souvent. Pourtant, elle n'avait aucune envie de paraître désagréable, vraiment pas. Elle chassa ses pensées désagréables pour reprendre quelques gorgées de la boisson qu'on lui avait apporté.

- C'est quoi ? demanda-t-elle finalement, curieuse.

Elle n'arrivait tout simplement pas à retrouver ce qu'on avait pu mettre dans son verre. Sûrement des trucs louches et pas de la meilleure qualité, mais cela avait au moins l'avantage d'être joli, très joli.

© 2981 12289 0




Elza Rowle

C'est dans le feu que le fer se trempe et devient acier. C'est dans la douleur que l'homme trouve la révélation de sa force.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t768-sous-la-plume-d-elza-rowle http://www.magicneverdies-rpg.com/t767-voliere-d-elza-rowle http://www.magicneverdies-rpg.com/t766-elza-rowle


profil +
Message
Re: Rire, vivre et s’enivrer    Lun 15 Oct - 2:26

La demoiselle vers laquelle je m'étais tournée était décidément pas si mal, bien mieux que les autres que m'avaient montrées Addie un peu plus tôt. Je pouvais que le constater ne me tenant désormais face à elle. Le seul truc c'est qu'elle semblait pas super sereine - y avait qu'à voir avec quelle surprise elle m'avait accueilli - mais ça irait mieux un fois que j'aurais joué de mes charmes. Aucun doute là-dessus. Elle saisit tout de même le verre que je lui présentais en prenant la peine de me répondre :

" - Alors, je te souhaite bonne chance. L'ennui est vraiment très bien implanté en moi. Je te conseille de faire attention à pas me tuer avec lui.

- Tu sais pas dans quoi tu t'embarques.

On pouvait me reprocher quelques petites manies que j'avais, mais certainement pas d'être ennuyant. Avec moi on s'amusait, c'était certain. Ou alors on avait un gros, très gros souci. Fallait s'inquiéter et même pensé à consulter. Mais cette sorcière essayait de faire de l'humour, elle pourrait qu'être réceptive au mien qui était fabuleux.

- Oh, et moi, c'est Elza.

C'est vrai qu'elle avait oublié de se présenter, j'y avais même pas fais attention. De toutes manières j'oublierais son prénom d'ici quelques heures. En attendant il me serait utile, au moins pour qu'elle ait l'impression que je m'intéresse à elle. Pour le reste on verrait plus tard, y avait déjà peu de chances que son visage me revienne, alors le reste ...

- Enchanté, belle Elza.

J'allais pas m'empêcher d'en rajouter une couche. Les femmes aimaient les compliments, sans compter que celui-ci était mérité, et si ça pouvait m'aider à la précipiter dans mon lit, j'allais pas m'en faire avare. Elle sembla pourtant pas si réceptive puisqu'elle embraya sur sa boisson.

- C'est quoi ?

Je lorgnais sur le liquide, incertain.

- Je sais pas vraiment. C'est pas important, ça se boit et ça soule, on va pas trop en demander.

Le pire dans ces quelques mots, c'est que j'y croyais. Même si je comptais rapidement les abandonner, la médiocrité de ces cocktails bas-de-gamme me convenait encore pour le moment J'allais pas faire le difficile même s'ils me laissaient un goût amer.

- Sinon, qu'est-ce qui t'amènes ? T'es quand même pas venu jusqu'ici juste pour rencontrer un sorcier aussi incroyable que moi ? "

Ma vantardise n'était pas feinte, même si on pouvait aisément croire à un trait d'humour à mon ton. La confiance en soi y avait que ça de vrai. En plus de ma grande beauté, bien évidemment. Fallait savoir en jouer et en profiter.



Vive le soleil et les nanas.

Voir le profil de l'utilisateur


profil +
Message
Re: Rire, vivre et s’enivrer    Lun 22 Oct - 19:37


Rire, vivre et s'enivreravec tous ceux qui veulent!
Ravi, je regarde Céleste accepter mon verre et je tente même un petit sourire charmeur alors que nos verres s'entre-choquent. Et comme je suis grand Seigneur, je trinque même avec Amélia. La soirée s'annonce bien, très bien même. C'est ce que je pense, naïf, en avalant le shot. Sauf que je manque de m'étouffer avec.

- Bon, on peut savoir ce que vous faites là?  Vous continuez à vous tourner autour sans rien oser tenter, c'est ça? Votre petit jeu commence à m'agacer, alors on va faire simple : la blondinette, tu plais plutôt bien à Sam. Et puis bon, personne est aveugle, il te plaît aussi. Donc faites pas les timides, on perd pas de temps, vous vous roulez une bonne galoche et la suite c'est à vous de voir. Nous on a pas que ça à faire, et les histoires d'amour ça m'a toujours débecté.

Je l'avais pas vu arriver, et en d'autres circonstances, j'aurais été à la fête de voir Evan débarquer. Mais là, tout de suite, j'ai envie de l'étrangler. Ou de me noyer dans mon verre. Ne plus jamais relever la tête de mon verre. Mais je le fais quand même et je lui jette un regard ou se mêlent la stupéfaction et la colère. Mais qu'est-ce qui lui prend? De quoi il se mêle ce grand crétin?! Et il me jette à peine un regard l'enflure, il repart, comme si de rien, après m'avoir balancé un paquet.

- Et bon anniversaire mec ! On se rejoint quand t'as réglé tout ça.


Je suis tellement estomaqué que je peux pas articuler un mot. Ouais, c'est ça, bon anniversaire. Et ouais, t'inquiète que je vais te rejoindre pour t'expliquer qu'on plante pas des couteaux dans le dos de ses potes. Pas loin, j'aperçois Addie qui se détourne, cachant mal son fou rire. Mais c'est un complot ou quoi?!

- Ah, et oubliez pas ! Addie a dit pas de cochonneries dans sa chambre!

MAIS TAIS-TOI JONES! POUR L'AMOUR D'ISIS, TAIS-TOI!

- Tu le connais celui-là? C'est un de tes amis?

J'ose même pas imaginer la couleur de mes joues, tout de suite. Je penche pour vermeil. Et il me faut un grand effort de volonté pour tourner de nouveau mon visage vers Céleste. Elle a l'air furieux. Je respire un grand coup et tente de m'excuser, enfin, d'excuser Evan, enfin, je ne sais plus trop mais, je finis par dire:

- Euh, non! Enfin, oui, oui. C'est un ami... C'est mon ami...

Un super ami. Vraiment. Jusqu'à ce qu'il s'octroie un droit de regard sur mes histoires de... Bref. Mes histoires, quoi. Et, là, je ne sais vraiment pas comment je peux rattraper le coup. Un proverbe me revient: "Quand le vin est tiré, il faut le boire." Et aussi un truc que vient de dire Evan: "Et puis bon, personne est aveugle, il te plaît aussi." Je frotte vigoureusement mes boucles en poussant un soupir et, prenant mon courage à deux mains, je m'empare bras de Céleste et l'entraîne vers le petit jardinet de leur maison.

- Pardon Amy, je te l'emprunte une minute!


Ben c'est vraiment le soir de toutes les folies. Je viens de m'excuser auprès de Lockwood. Et je l'ai appelée Amy. TOUT. VA. BIEN.

Une fois dehors, je respire un peu mieux. Un peu d'air frais, moins de bruit. Personne, et surtout pas d’hurluberlu sans-gêne. Et une bouteille qui traîne sur un rebord de fenêtre dont je m'empare pour en boire une grande lampée. De la vodka. Il va me falloir au moins ça.

- Je suis vraiment désolé. Evan peut être... un peu fou, et surtout très lourd.

Je tente un petit rire pour détendre l'atmosphère, mais je suis bien trop tendu moi-même et mon essai échoue pitoyablement. Je décide de m'asseoir sur le petit banc de bois, près de la porte. Et qui a le mérite de ne pas être visible depuis l'intérieur. Après un silence gêné, je finis par lever les yeux vers Céleste.

- Le truc, c'est que... C'est pas un menteur. Enfin, je veux dire, pour une partie au moins. Je crois, hein, pour moi, c'est-à-dire. Je te trouve... très belle. Pas que belle, mais... tout le reste aussi, quoi.


Lamentable. Et là, je peux pas blâmer Evan. J'espère qu'elle a compris parce que j'ai parlé très vite. Exaspéré contre moi-même, je remonte un de mes genoux contre moi et y appuie mon front.

- Enfin, peut-être que tu t'en es déjà rendue compte. Que tu me plais, Céleste.

Ça y est, c'est dit, c'est lâché. Moi qui voulais rompre un peu le malaise vague qui nous entourait, elle et moi... Me voilà servi. Je suppose.
©️ 2981 12289 0

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t809-sam-wit http://www.magicneverdies-rpg.com/t813-allee-des-embrumes-samuel-wit#4378 http://www.magicneverdies-rpg.com/f365-samuel-wit http://www.magicneverdies-rpg.com/t800-samuel-wit http://www.magicneverdies-rpg.com/t803-inventaire#4317


profil +
Message
Re: Rire, vivre et s’enivrer    Mar 23 Oct - 16:46

Il n’était jamais vraiment agréable de sentir pris pour un pigeon. Mais ici, Elza le voyait venir gros comme un dragon : ce n’était pas forcément elle qui l’intéressait, mais juste le coup qu’il espérait tirer. C’était franchement regrettable pour lui d’être tombée sur une Auror qui travaillait entourée de mensonges, de mystère et de suspicion. Une autre qu’elle se serait sûrement laissée embobiner par sa belle gueule.

Mais un mince sourire se dessina sur ses lèvres. Qu’il espère, qu’il espère... Il n’obtiendrait sûrement rien d’elle, mais elle sentait que ses efforts vains allaient l’amuser pendant la soirée. Et puis, lui faire miroiter un moment intime lui permettrait à elle d’égailler sa soirée, de ne pas trop s’ennuyer. Si vraiment il se montrait beaucoup trop insistant, elle le dégagerait sans mal.

Cet Evan avait un charisme indéniable et on sentait qu’il excellait dans l’art de flatter les femmes. Dommage pour lui qu’Elza ne se soit jamais montrée nue devant une personne depuis que les Mangemorts avaient laissé des traces sur son corps. Elle n’avait aucune envie de voir le dégoût de lire dans les yeux d’un homme s’il découvrait les vestiges de ses tortures passées.

- Je sais pas vraiment. C'est pas important, ça se boit et ça soule, on va pas trop en demander.

Il n’avait pas l’air de beaucoup se compliquer la vie, effectivement. Au jour le jour, un sourire par ci par là... Il devait être bon de vivre ainsi, de ne pas trop se poser de questions et simplement prendre ce que la vie nous offrait.

- Sinon, qu'est-ce qui t'amènes ? T'es quand même pas venu jusqu'ici juste pour rencontrer un sorcier aussi incroyable que moi ?

Il fallait croire qu’elle avait vraiment viser juste. Incroyable cet ego qui transparaissait par chacune de ses paroles. Mais elle préféra s’en s’amuser qu’en prendre ombrage. Elle le sentait, il allait bien animer sa soirée.

- Comment as-tu deviné ? s’exclama Elza d’un air surpris.
Je pensais pourtant avoir été discrète dans mes tentatives de t’approcher ! On ne croise pas tous les jours des hommes comme toi, tu sais...

La flatterie, surtout la plus grossière comme il s’était adonné à le faire, n’était pas un art très complexe. Elle pouvait sans mal lui rendre la pareille.

- Et qu’est-ce qu’un sorcier aussi incroyable que toi fait dans la vie ?

Pas compliqué de savoir qu’il allait l’embrouiller avec quelque mensonge de son invention. Mais elle était curieuse de voir ce qu’il allait lui sortir. Elza lui adressa un sourire lumineux, les yeux plantés dans les siens, avant de reprendre quelques gorgées de ce cocktail. Elle se contenterait désespérer qu’au fil de la soirée, il lui trouverait un me meilleure boisson. Mais elle s’en contenterait pour le moment.




Elza Rowle

C'est dans le feu que le fer se trempe et devient acier. C'est dans la douleur que l'homme trouve la révélation de sa force.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t768-sous-la-plume-d-elza-rowle http://www.magicneverdies-rpg.com/t767-voliere-d-elza-rowle http://www.magicneverdies-rpg.com/t766-elza-rowle


profil +
Message
Re: Rire, vivre et s’enivrer    Jeu 25 Oct - 16:58

Rire, vivre et s'enivrer
Pauvre Céleste.

Elle savait que cette soirée allait être une catastrophe. Elle n'aurait jamais du venir. Elle aurait du rester dans son lit, fermer la porte, la barricader même, et ne jamais mettre un pied dehors jusqu'à la fin de cette stupide soirée.

Mais maintenant, c'était trop tard.

Elle était sortie et elle se retrouvait avec un Sam aussi gêné qu'elle sur les bras. C'était un spectacle très curieux, de voir Sam gêné. Presque triste. Elle n'avait pas envie qu'il se sente mal à l'aise parce qu'elle l'était, c'était son anniversaire et même si elle avait envie de se fondre dans le sol, il n'y avait aucune raison pour que ce soit son cas à lui aussi. Alors elle se calma, du moins elle fit de son mieux pour se calmer. Après tout, il n'y avait aucune raison d'être énervée. Ce gars venait simplement de ruiner sa vie sociale. Après ça, elle déménagerait dans un pays inconnu de tous comme la Slovénie ou bien Nauru. Elle se ferait construire une jolie petite cabane au fond d'un marécage pour préparer des potions jusqu’à la fin de sa vie et se ferait surnommer "Mama Céleste". Ou alors elle irait vivre dans une jolie petite grotte où personne ne pourrait plus jamais la retrouver et où personne n'irait vomir sur ses livres.

HEY ! SES LIVRES !

Elle s'apprêtait à aller copieusement engueuler le malotru qui venait de vider son estomac sur un de ses bouquins chéris quand Sam lui prit le bras. Elle avait visiblement manqué un épisode. Elle l'entendit vaguement s'excuser auprès d'Amy avant d'être entraînée à travers la foule jusqu'à son jardin.

Sam, venait de s'excuser, auprès d'Amy.

Incroyable. Il devait y avoir un alignement spécial des planètes dans le ciel ou bien c'était la Lune qui s'était multipliée pour créer une jolie pâquerette. Ou alors il allait faire beau à Londres.

Excellent.

Elle lui jeta un regard de pur détresse avant de partir, entre le "je t'en supplie viens me tirer de là" et le "je te jure que si tu bouges un orteil de là où t'es je te maudis sur dix générations et je lâche l'écureuil d'Addie sur toi". Elle ne savait pas tellement ce qu'elle souhaitait en réalité, mais ce qui était évident, c'est qu'elle était perdue. Encore et toujours perdue. Alors quand elle vit Sam s’asseoir sur un banc et prendre une gorgée de vodka comme s'il était sur le point de lui faire son coming-out... elle commença à s’inquiéter.

Il fallait qu'elle remplace ce banc d'ailleurs, il était très vieux. Ou alors elle le repeindrait. Il fallait qu'elle y réfléchisse. En tout cas ce dont elle était sûre c'est que...

HEIN ?

QUI PLAIT À QUOI ?

Céleste resta un long moment, très long moment, à fixer Sam comme s'il avait un troisième œil au milieu du front. Elle savait que c'était un véritable supplice qu'elle lui faisait vivre, mais elle ne pouvait pas faire autrement. Elle n'en croyait pas ses oreilles. Enfin... elle savait qu'il y avait un petit truc entre eux mais dans sa tête c'était surtout son imagination et pas une réelle...

Attirance ?

Elle se laissa lourdement tomber à côté du jeune homme sur le banc et lui prit la bouteille des mains. Ça lui ferait pas de mal après tout. Elle en but un peu avant de lui rendre, déjà bien plus libre et bien plus audacieuse.

Pas assez pour commencer à parler de fontaines de Jouvence en revanche.

- Moi aussi j't'aime bien.


Elle haussa les épaules. Elle n'avait pas tellement envie de penser que si elle lui plaisait, c'était uniquement grâce à ce foutu sang de vélane. Elle n'en avait pas envie, mais c'était pourtant probablement la cas. Elle réfléchirait à ça plus tard.

- Mais je sais pas, peut-être que tu mérites mieux non ? Je suis compliquée, dans mon genre. Je suis un peu morte de l'intérieur aussi et toi... t'es plein de vie tu vois ? J'ai pas envie... d'éteindre ce qu'il y a en toi ou de l'étouffer. Y a trop de choses qui se passent sous les boucles blondes et je sais pas si... t'as vraiment envie de t'y intéresser. Tu comprends ?

Probablement que non. Pas étonnant. Elle même n'était pas vraiment sûre de comprendre ce qu'elle racontait. Elle avait envie de partir à l'autre bout du jardin et de se rouler en boule. Au lieu de ça, elle posa doucement sa tête sur l'épaule de Sam.

- Enfin... voilà. C'est juste que... peut-être que tu mérites quelqu'un qui est aussi vivant que toi. Et pas une idiote qui réfléchit trop et qui est pas foutue de dire les choses qu'elle ressent.


C'était bizarre, de vider son sac. Même si c'était brouillon, c'était ce qu'elle avait envie de lui dire depuis le jour où elle l'avait croisé au bar aquatique. Alors, il valait peut-être mieux que ça sorte maintenant. Peu importe où ça les mènerait.
© 2981 12289 0



"The monster's running wild inside of me

I'm faded"

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t642-jeune-femme-compliquee-qui-reve-d-une-vie-simple-celeste-grym#3193 http://www.magicneverdies-rpg.com/t638-chemin-de-traverse-celeste-grym http://www.magicneverdies-rpg.com/f305-celeste-grym http://www.magicneverdies-rpg.com/t632-celeste-grym?nid=14#3147


profil +
Message
Re: Rire, vivre et s’enivrer    Ven 2 Nov - 17:56


Rire, vivre et s'enivreravec tous ceux qui veulent!
- Enfin, peut-être que tu t'en es déjà rendue compte. Que tu me plais, Céleste.

Y a des gens qui fantasment sur la suspension du temps. Vous voyez, dans les romans, ils en font des caisses sur le mode: "Et c'est comme si le temps s'était soudainement arrêté..." Mais moi, je veux pas que le temps s'arrête ! "Suspende son vol" ou une autre connerie dans le genre ! Le temps qui a des ratés, c'est la vie qui perd en vitesse ! Et là, je regarde Céleste en attendant sa réaction, et elle semble figée, et mon estomac est noué, et mon cardiaque palpite suivant un rythme que je n'aime pas du tout...

Et le silence dure, dure, dure... Elle ne dit rien quand elle se laisse tomber à côté de moi. Elle ne dit rien quand mal à l'aise, je détourne le regard. Elle ne dit rien quand elle me prend la bouteille de vodka des mains et en avale une grande lampée.

- Moi aussi j't'aime bien., finit-elle par lâcher avec un haussement d'épaules.

D'accord... Mais comment ? Tu m'aimes bien comment ? J'aime bien Eddie, j'aime bien Martha, j'aime bien... beaucoup de gens en fait. C'est pas... c'est pas ça que je voulais te dire moi... Mes entrailles se tordent de plus belle et je sens la déprime pointer le bout de son nez.

- Mais je sais pas, peut-être que tu mérites mieux non ? Je suis compliquée, dans mon genre. Je suis un peu morte de l'intérieur aussi et toi... t'es plein de vie tu vois ? J'ai pas envie... d'éteindre ce qu'il y a en toi ou de l'étouffer. Y a trop de choses qui se passent sous les boucles blondes et je sais pas si... t'as vraiment envie de t'y intéresser. Tu comprends ?

Je me raidis légèrement quand elle pose sa tête sur mon épaule. Ce contact auquel je ne m'attendais pas me trouble. En vrai, je ne comprends pas trop ce qui se passe. Ce qu'elle essaie de me dire. C'est une drôle de manière de me repousser en tous cas.

- Enfin... voilà. C'est juste que... peut-être que tu mérites quelqu'un qui est aussi vivant que toi. Et pas une idiote qui réfléchit trop et qui est pas foutue de dire les choses qu'elle ressent.

Je lève la tête vers le ciel, frottant doucement ma joue contre ses cheveux blonds. La nuit est tombée depuis un moment déjà. Y a un genre de guirlande lumineuse qui court le long du mur et qui nous éclaire Céleste et moi. Je sens que si je fais rien, là, maintenant... Rien ne se passera jamais. Et les regrets font aussi partie des choses que j'ai du mal à supporter. Allez, Wit, ton courage, ton courage... À deux mains et tu verras bien après.

- C'est peut-être pas si grave si tu dis pas tout de suite... Moi, je parle sans doute beaucoup trop alors... Peut-être qu'on pourrait... Faire autre chose que parler, là, tout de suite.

Avec délicatesse, j'ai glissé un bras autour des épaules de Céleste et l'ai attirée contre moi. Mes doigts jouent avec ses longs cheveux blonds et de l'autre main, je tourne son beau visage vers le mien. Et je fais enfin ce dont je crève d'envie depuis des mois déjà. Je l'embrasse.
©️ 2981 12289 0

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t809-sam-wit http://www.magicneverdies-rpg.com/t813-allee-des-embrumes-samuel-wit#4378 http://www.magicneverdies-rpg.com/f365-samuel-wit http://www.magicneverdies-rpg.com/t800-samuel-wit http://www.magicneverdies-rpg.com/t803-inventaire#4317


profil +
Message
Re: Rire, vivre et s’enivrer    Sam 3 Nov - 1:19

La blondinette semblait vouloir jouer. Elle décida de se moquer de moi, et fallait faire gaffe quand on se lançait dans une telle entreprise. Si je ressentais ne serait-ce qu'une pointe de mépris, un soupçon de sérieux, je la referais redescendre aussi sec. Et elle verrait que ce serait beaucoup moins drôle. Pour elle.

" - Comment as-tu deviné ? Je pensais pourtant avoir été discrète dans mes tentatives de t’approcher ! On ne croise pas tous les jours des hommes comme toi, tu sais...

Elle pouvait se cacher derrière une plaisanterie, je savais qu'elle disait vrai. Rien d'exceptionnel en soit à baver sur moi. C'était effectivement pas n'importe quand qu'on rencontrait quelqu'un à ma mesure. Seulement quand on m'avait en face de soi, en fait. Personne pouvait rivaliser. Peut-être pas pour le meilleur, mais j'étais unique. Et quoi qu'on ose en dire, ça plaisait.

- Et qu’est-ce qu’un sorcier aussi incroyable que toi fait dans la vie ?

Je haussais un sourcil. Suivant la situation, je pouvais embobiner les filles, mais que lorsque je me trouvais à côté de figures importantes. Là il n'y avait personne pour me dénigrer, alors j'avais plus qu'à dire la vérité.

- Pas grand-chose. Je gagne ma vie comme je peux, mais surtout, je profite. Tu vois, je vais pas m'enfermer dans un bureau pour rentrer crever le soir et rien faire. Si on a une vie c'est bien pour s'éclater et rentabiliser chaque instant. Peu importe les conséquences, ce qui compte c'est de se faire plaisir et saisir chaque opportunité. Le passé, le futur, ça compte pas. Juste penser à soi, tout de suite, et à ce qu'on désire.

Mes mots associés à ma gestuelle, il serait compliqué pour elle de ne pas saisir mes sous-entendu. Je m'étais légèrement rapproché et penché en direction de son visage, ma voix se faisant plus basse. Mes yeux s'attardèrent un instant sur sa bouche avant que mon regard ne rejoigne le sien, refusant de le lâcher.

- Et toi, tu profites de ce qui s'offre à toi ou tu te défiles ? "

J'avais fais en sorte de ne pas l'effrayer mais craignait qu'elle se dégonfle. Même si j'étais pas oppressant, je savais pas si elle prendrait le risque de me suivre. Ça avait tout de même l'air d'être une sacrée froussarde.



Vive le soleil et les nanas.

Voir le profil de l'utilisateur


profil +
Message
Re: Rire, vivre et s’enivrer    Sam 3 Nov - 10:39

▲▼ Rire, vivre et s'enivrer

- Pas grand-chose. Je gagne ma vie comme je peux, mais surtout, je profite. Tu vois, je vais pas m'enfermer dans un bureau pour rentrer crever le soir et rien faire. Si on a une vie c'est bien pour s'éclater et rentabiliser chaque instant. Peu importe les conséquences, ce qui compte c'est de se faire plaisir et saisir chaque opportunité. Le passé, le futur, ça compte pas. Juste penser à soi, tout de suite, et à ce qu'on désire.

- T'es chômeur quoi, traduisit Elza avec un grand sourire, se retenant de rire à grand peine.

Elle fit à peine attention à Evan qui s'approchait d'elle, qui fixait ses lèvres d'un air affamé. Tous ces mots pour ça ? Les gens se compliquaient bien trop la vie, ce n'était pas humain. Quel beau parleur... Mais, au moins, il avait à peu près été honnête dans sa réponse, ne s'était pas caché derrière un mensonge. Ce qui était déjà un bon point

En vérité, elle appréciait la manière dont il avait présenté les choses. Même si elle savait pertinemment que ce n'était que de l'enrobage, qu'au final, il n'avait aucun travail et ne foutait rien de sa vie, c'était des valeurs qui parlaient. Jamais elle n'avait vécut de cette manière. Peut-être aurait-elle dû, dès le début. Ne pas s'engager, fuir la guerre avec les siens. Sa vie serait sûrement bien différente aujourd'hui.

- Et toi, tu profites de ce qui s'offre à toi ou tu te défiles ?

Elle se défilait. Elle se défilait toujours. Depuis des années, Elza ne s'appartenait plus, ne pensait plus à elle, encore moins à ses petits désirs minables. Mais elle avait le sentiment qu'elle pourrait bien lui expliquer de toutes les manières possibles, pendant de longues années, il ne comprendrait pas.

Ils avaient une manière bien à eux de réfléchir, très différente de celle de l'autre.

- Tu crois que ce qui s'offre à moi vaut vraiment la peine ? Il a l'air d'un sacré gros lourd, non ?

Elza posa négligemment la main sur le torse de son petit chômeur à l'ego surdimensionné avant de relever les yeux vers lui pour planter son regard bleu comme le ciel dans celui aussi sombre que la nuit au-dehors d'Evan.

Les paroles du jeune homme raisonnait en elle. Elle avait l'horrible impression que lui céder, ce serait perdre une partie d'elle tandis que de l'autre côté, elle passerait pour une lâche, une froussarde, en se défilant comme il l'avait si bien dit. Elle était une Gryffondor, avait toujours été des plus braves. Elle détestait l'éventualité qu'on la croit lâche.

Au fond d'elle, elle savait pertinemment que ce n'était pas les mots d'Evan qui conditionnait la personne qu'elle était. Ce n'était pas parce qu'il le présentait comme ça qu'elle était une peureuse si elle refusait ses avances. Mais ces pensées avaient fait leur petit bout de chemin dans son esprit, et elle n'arrivait plus qu'à le voir comme ça. C'était de la pure manipulation, elle le savait bien, le reconnaissait pour connaitre ces techniques. Peut-être même ne le faisait-il pas consciemment. Mais elle le ressentait très bien, elle.

En vérité, cela n'avait pas grande importance. Coucher avec quelqu'un ne conditionnait pas une vie. Ses dernières années à Poudlard l'avait bien montré. Elle s'était fait plaisir, sans pour autant s'engager dans une voie. Après tout, elle s'était marié avec quelqu'un qui n'avait été qu'un ami à l'époque.

- Mais peut-être que c'est ce dont on a besoin, dans la vie, continua Elza, faisant écho à ses propres paroles, l'air pensif, en jouant avec les boutons de la chemise d'Evan.

Avoir besoin d'un gros lourd dans la vie, elle n'y pensait pas vraiment. Mais depuis combien de temps n'avait-elle pas couché avec quelqu'un, cédé aux désirs de son corps ? Bien trop longtemps. Ce n'était pas bon de cesser ainsi de vivre comme elle avait pu le faire.

© 2981 12289 0




Elza Rowle

C'est dans le feu que le fer se trempe et devient acier. C'est dans la douleur que l'homme trouve la révélation de sa force.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t768-sous-la-plume-d-elza-rowle http://www.magicneverdies-rpg.com/t767-voliere-d-elza-rowle http://www.magicneverdies-rpg.com/t766-elza-rowle


profil +
Message
Re: Rire, vivre et s’enivrer    Sam 3 Nov - 17:24


Rire, vivre et s'enivrer
J'avais une sale gueule. La gueule des jours mauvais. J'avais déjà bien entamé mon début de soirée et en charmante compagnie qui plus est. Une française de passage dans la capitale. J'étais sec. Rond comme une pomme. J'éructe en assénant trois coups poings sur mon torse. Il venait de loin celui-là tiens, tout comme moi d'ailleurs. Je suis paumé et j'ai marché depuis le Chaudron Baveur. D'ailleurs c'est là-bas que j'avais rencontré Samuel. C'est son anniversaire aujourd'hui. Je suis pas du genre à fêter quoi que ce soit, à part la naissance de ma fille. Toujours est-il que je déambule nonchalamment dans les rues mouillées de Londres à la recherche d'une boîte aux lettres qui me dirigerait vers la demeure de Samuel. Je crois qu'il m'a invité, il avait vaguement fait allusion à cette soirée l'autre fois.

J'écrase ma clope entre deux doigts et l'envoie valser à quelques mètres de ma main. Les lampadaires peinent à éclairer cette rue en proie à l'obscurité de la nuit. Au loin j'aperçois toutes les fenêtres d'une maison allumées, des figures s'y profilent. Certaines dansent même. Je présume que c'est ici. Je ne suis pas venu les mains vides. J'ai quand même pris le temps de m'arrêter à un shop tenu par des moldus, ils vendaient du vin Français. À ce qui paraît ça fait bon genre de se ramener avec un truc aussi raffiné. On verra bien, dans tous les cas j'ai toujours ma fiasque de vodka nichée dans un pan de ma veste. Je cille, voilà que je commence à voir trouble. J'atteins au moins les premières dalles menant à la porte d'entrée de Samuel. J'éructe de nouveau, l'acidité de mes reflux me brûlent la gosier. Je ne sais même pas si je dois frapper ou entrer. Je décide de frapper en martelant la porte de trois grands coups. Aucune réponse. La musique doit vraisemblablement étouffer tout type de bruit extérieur. J'enserre la poignée, et ouvre en grand. C'est chic. Rien à voir avec mon taudis. En plus il y a du monde. Vraiment beaucoup de monde.

Je pars en quête de Samuel, je ne le trouve pas. Je surplombe la moitié des personnes présentes. J'ai l'impression d'être un géant, c'est marrant. J'esquisse un sourire tout en m’engageant dans la maison que l'on m'a dite rénovée. Je jette un regard circulaire dans la pièce dans laquelle je me trouve. La cuisine, à ma droite, posé sur un le plan de travail ... Des petits fours attirent mon regard continuellement vitreux. Je pose la bouteille non loin. Je l'ai signée de mon nom. Je ne voudrais pas que Samuel pense que je n'ai rien pris pour lui. Ce serait indigne d'un bon copain. J'ai envie de danser mais en ni une ni deux je me retrouve avec un verre en main, j'avais soif ça tombe à pic. Je m'enfile une rasade. Je cherche toujours Samuel et avec ce monde je ne risque pas de lui mettre la main dessus. Je vais attendre, on verra bien.
Codage par Libella sur Graphiorum



Why you looking so beautiful to me now when you're so sad?

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t1053-arwel-vesselovski-so-drink-into-the-drink-a-plastic-cup-of-drink http://www.magicneverdies-rpg.com/t1054-chemin-de-traverse-voliere-de-arwel-vesselovski#7442 http://www.magicneverdies-rpg.com/t980-arwel-vesselovski?highlight=Arwel


profil +
Message
Re: Rire, vivre et s’enivrer    Sam 3 Nov - 18:12

Rire, vivre et s'enivreravec tous les bons potes et les incrustes de la soiréeLa soirée est déjà avancée et Adélia a commencé à boire avant même l'arrivée des invités. Sam sait être convainquant quand il s'agit de tester le punch, et elle, est pas franchement récalcitrante. Elle ne vomit pas pour autant, elle sait se tenir même sous influence de l'alcool, même si elle n'a aucune manière en société. Deux choses bien différentes, qui vont rarement ensemble. Quite à choisir, elle préfère ne pas dire de conneries sous alcool, même si certains snobinards - pour ne citer personne - la regarde de haut.

Après de nombreux essais infructueux pour ramener une jolie jeune femme dans son lit - une hétérosexuelle convaincue, qui boit d'ailleurs un verre avec son copain - Adélia finit par lâcher l'affaire, décidée à trouver une occupation. Pas de Sam en vue, ni de Céleste, et Evan drague une pauvre invitée qui a l'air de jouer le jeu, cette folle. Avec l'alcool qu'elle a dans le sang, les visages défilent devant les yeux et elle n'en retient aucun. Ils ont invités trop de personne, elle est bien incapable de mettre un nom sur la gueule de tout le monde.

Une nouvelle personne pousse la porte de la maison. Adélia a l'étrange impression qu'on y entre comme dans un moulin. Mais bon, Céleste et elle n'ont pas grand chose de valeur, les voleurs y seraient bien malheureux. Elle ne s'inquiète pas trop et attrape un verre - enfin, un deuxième du coup, en plus de celui qu'elle tient déjà.

L'inconnu qu'elle aborde a pas l'air bien net. A peine arrivé que le voilà saoul. Il pu l'alcool et a les yeux vitreux. Mais a l'instant, Adélia s'en moque bien. Après tout, si elle parvient à garder la face, elle a quand même assez bu pour ne pas juger les autres.

- J'suis vraiment désolée, j'remet pas du tout ton visage. T'es... un pote de Samy ? Ou un client du Chaudron Baveur ? Si c'est le dernier cas, excuse-moi de pas te reconnaître, y'a toujours trop de monde pendant mon service et, euh... bah... j'ai un peu beaucoup bu, là.

Avec un grand sourire, Adélia attrape la bouteille qu'il vient de poser et l'observe sous tous les angles, le nez froncé. Franchement, elle n'y connait rien, en vin. Il est français, ou du moins le nom fait bien français. Peut-être qu'il n'est pas trop mauvais. Sam saura sûrement mieux en juger qu'elle. Avec un peu de chance, la bouteille vaut un peu de pognon et la revente pourrait être fructueuse.

- C'est juste pour Samy ou nous deux ? Parce que là, moi, j'suis complètement paumée dans les cadeaux, j'sais jamais quoi est pour qui. C'est quand même pas compliqué de mettre son nom dessus pour qu'on sache qui remercier et d'indiquer à qui c'est destiné... Oh, toi, t'es un bon ! Arwel Vessel... tente-t-elle de déchiffrer l'écriture du nouveau venu. Ahah, Vaisselle ! Euh, tu m'excuses si je me contente de t'appeler Arwel, ou Mr Vaiselle, mais là, pas possible de lire ton nom. C'est quoi, c'est russe ça ? Fallait nous emmener de la vodka, l'ami ! Moi j'y connais rien en vin, t'sais, alors que la vodka, on sait toujours quoi en faire. Bon par contre tu serais gentil de rap'tissir un peu, tu vois, j'fais cinq têtes de moins que toi, c'est pas super pratique de te parler en se tordant le cou.

Adélia finit par reposer la bouteille. Parce que bon, vaut mieux la mettre à l'abri, on n'est jamais à l'abri d'un faux pas. Elle cherche du regard un peu de bouffe, mais il ne reste pas grand choses. Les invités - et les quelques incrustes qui traînent dans le coin - ont décimés presque tout ce qu'elle avait préparé avec Sam. Parfois, elle regrette d'avoir autant de talent en cuisine.

2981 12289 0



ADELIA
FLORES

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t667-journal-d-adelia-flores#3314 http://www.magicneverdies-rpg.com/t624-chemin-de-traverse-adelia-flores#3075 http://www.magicneverdies-rpg.com/f242-adelia-flores-celeste-grym-victor-amelia http://www.magicneverdies-rpg.com/t622-adelia-flores?highlight=adelia http://www.magicneverdies-rpg.com/t626-inventaire#3156


profil +
Message
Re: Rire, vivre et s’enivrer    Sam 3 Nov - 18:55

First Step into the World
« Par-faite ! »

Un coup d’œil dans le miroir de mon téléphone. Sourcils on fleak, cat eye et lèvres délicieusement colorées. J'étais tout à fait charmante ! Plus une trace de la vadrouilleuse fatiguée de ce matin ! La sieste de cinq de cet après-midi avait du aidée. Si bien que pleine d'énergie, je m'en était allée en centre ville sorcier. C'était grandiose. Un voyage dans le temps. Londres sorcier ne ressemblait en rien au Londres moderne. Plutôt une bulle temporelle du siècle dernier. J'ai trouvé ça vraiment charmant ! Ça me donne envie de porter du vintage et des jupes, tiens !  

J'ai profité de ma balade pour poser des lettres de motivation dans quelques boutiques. J'espère que l'herboriste voudra bien de moi. J'ai pas vraiment de diplôme mais j'étais une as de la potion et ma mère étant naturopathe, j'ai de sacré ressource du côté médecine douce moldue. Et ça je suis sûre que ça court pas les rues chez les sorciers. Ou peut-être que si. Tiens, est ce que l'art de la potion ne serait pas l'évolution de la naturopathie après des siècle. Zut, l'herboriste va sûrement rire en me voyant m'enthousiasmer sur mes connaissance en cosmétique naturel et remèdes doux.

Sur le retour, je fût attirée par l'odeur de citrouille et d'épices que dégageait une auberge. Le
Chaudron Baveur... Charmant, le nom. J'ai hésité un moment à entrer... Mais l'odeur fut plus forte que moi. Et je rentrais. Je m'accoudais au contoir pour demander une part de peu importe ce qui sentait si bon. La soirée tombait à peine et pourtant à ma droite un homme barbu dans la fleur de l'âge commençait déjà à boire. J'étais d'abord méfiante mais finalement on a bavardé. Arwel, russe et à la langue déliée par l'alcool sans doute. Finalement, malgré son air louche, il était sympathique et le temps a filé. Sur le départ, il m'annonça qu'il comptait rejoindre une fête dans une maison un peu plus loin sur le chemin de Traverse. Si je voulais le rejoindre et faire un premier pas dans ma vie de Londonienne, j'étais la bienvenue.

Au début, pas emballée, me disant que passer la soirée avec des trentenaires alcooliques n'était sûrement pas ce qu'il y avait de plus sexy, l'ennuie et la curiosité eurent raison de mes réserves. Et puis, une arrivée sans se fête en bonne et dû forme ! Je m'étais alors dirigé chez ma grand-mère pour me doucher et me changer.

Et me voilà. Apprêtée d'une extravagante et légèrement rocky robe bordeaux et noir achetée à New York, mes longs cheveux ondulés retombant de toute part, je me sentais vraiment à mon avantage. Loin de l'idée que je me faisais de la soirée, la maison était plutôt cernée de jeune gens dans la vingtaine. Était-ce le grand dos de mon compagnon de début de soirée que j’apercevais, passant la porte ? Juchée sur mes hauts talons, d'un pas de biche, je m'en allait le rattraper. L'intérieur était bien rempli ! Ça buvait déjà dur et je passais un ou deux couples d'amoureux ou presque. Trop mignoooons.

Même avec les quelques dix centimètres qu'ajoutaient mes chaussures à ma hauteur, je parvenais difficilement à me repérer dans les lieux. Je décidais donc d'avancer tout droit vers ce qui aurait pu être la cuisine. Ou un couloir. Qu'est ce que j'en savais moi ? Je jouais des coudes et me faufilait tant bien que mal. Tout ça commençait à m'énerver. Le prochain qui me poussait aller le sentir passer-

« Non mais c'est pas vrai ?! »

Alors que je venais de me faire propulsée par l’entrebâillement de la porte je ne pu m'empêcher de râler ! Tous les sorciers anglais sont des sauvages ou bien ?! Je me retrouvais à chanceler et cogner mon nez entre les omoplates d'une personne.

« Grml... désolée, grommelai-je en frottant mon nez endolori. »
Je levais les yeux et reconnu la barbe et l'air hagard de ce cher poteau de bar !

« Arwel ! C'est toi, déclarai-je de mon plu beau et charmeur sourire »

A ses côté se tenait une jeune femme pas plus grande que moi. Jolie minoi, regard inteligent quoique voilé par l'alcool. Serait-ce finalement vrai que le britanniques sont des trous à alcool ? Vais-je vraiment devoir accepter que cette moitié de mon sang est la raison pour laquelle je ne suis pas mieux que tout ces gens qui m'entourent ?

« Enchantée, je lui tendais la main pour la serrer, chaleureuse. Erell Treffin ! »

Voir le profil de l'utilisateur http://www.magicneverdies-rpg.com/t996-fil-d-actualite-erell-treffin http://www.magicneverdies-rpg.com/t993-chemin-de-traverse-erell-treffin http://www.magicneverdies-rpg.com/f412-erell-treffin http://www.magicneverdies-rpg.com/t992-erell-treffin http://www.magicneverdies-rpg.com/t1009-inventaire


 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Juste pour rire
» Il faut vivre.
» Le Demon Du Rire
» Mon verre s'est brisé comme un éclat de rire.[Alfred]
» POur guérire Eimma

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Magic Never Dies :: 
Coins populaires
 :: Chemin de Traverse :: Logements :: Adélia Flores / Céleste Grym
-


Sauter vers:  
1ère partie de Juin 2006

Plan des quartiers