Magic Never Dies :: 
L'élite & les rouages
 :: Ministère de la Magie :: Atrium
Partagez


Anonymous
Invité
profil +
Message
Autour d'un café   Autour d'un café EmptyVen 2 Nov 2018 - 19:16

Autour d'un café


Yseul étouffa un bâillement, s'adossant contre le mur.

Vêtue de sa confortable robe de sorcière, la jeune fille était au ministère de la magie pour une nouvelle journée de travail. Elle avait très peu dormi cette nuit là, pour une multitude de raison parmi lesquelles on pouvait citer la migraine, l'inconfort de son lit et le bruit de la rue où elle habitait. En bref, elle était épuisée et certainement pas d'attaque pour travailler toute la journée.

Avec un soupir de lassitude, la blonde se remit droite sur ses pieds et balança ses longs cheveux blonds en arrière avant de se diriger vers la "salle de repos". Elle avait encore une vingtaine de minutes avant de réellement commencer sa journée et elle comptait bien mettre ces précieux instants a profit.

Une fois devant la machine, elle sortit un unique gallion de la poche intérieure de sa robe. Elle avait vraiment besoin de sa paye...

Pendant plusieurs moments, elle observa la machine, l'air sceptique. C'était de toute évidence un engin bizarre. Si bizarre qu'Yseul n'aurai pas sur dire où elle devait mettre la pièce et d'où s'écoulerait le café. Elle n'avait vraiment pas l'habitude de s'en servir... En plus, ces idiots du ministère de la magie - dont elle faisait partie - n'était pas capable de mettre des consignes d'utilisation, ou même une aide quelconque. Et ça se disait sorcier...

Après plusieurs instants d'hésitation, elle avança sa main qui tenait la pièce, un peu tremblante. Le bois, ou le métal sembla avaler la pièce avant que quelques noises et mornilles. Sa monnaie.

Puis un gobelet sortit, et la jeune fille grimaça en sentant l'odeur amère de la boisson. Elle détestait vraiment ça... Rentrant les petites pièces dans sa poche, elle attrapa le gobelet et poussa un petit cris de douleur. C'était brûlant.

Elle se précipita vers une table, renversant quelques gouttes de la boisson sur le sol et posa le verre. C'était vraiment stupide... La machine a café était sûrement armée d'une multitude de systèmes magiques, mais bien sûr il y en avait aucun pour refroidir un simple verre.

Elle leva sa main brûlée a hauteur de son visage pour l'observer. Elle était un peu rouge, mais rien de très grave. Rien qui méritait un sort de guérison en tout cas. Puis la jeune fille se savait pas assez douée en sort médicaux pour guérir des brûlures. Avec un peu de temps, elle aurait fait une potion pour se guérir, mais c'était absolument impossible pour le moment.

Elle jeta un regard mauvais au café, comme s'il était un criminel accusé du pire génocide de l'humanité et souffla pour le refroidir.


Codage par Libella sur Graphiorum




Anonymous
Invité
profil +
Message
Re: Autour d'un café   Autour d'un café EmptyVen 2 Nov 2018 - 23:00


Autour d'un café
La journée ne fait que commencer que déjà, je suis épuisé. Épuisé de cette routine sempiternelle, épuisé de devoir à faire semblant. Et ce mal de crâne, similaire à un essaim d'abeilles en pleine ébullition. Il me fallait un cappuccino. Pronto. D'un geste machinal je me saisis de ma baguette, laissée à l'abandon sur un tas de papiers que je devrais traiter. Je laisse mon regard se poser sur le cadran de ma montre, elle y indique 8h45. Je ne sais même plus à quand remonte ma dernière tasse de café, sans doute une heure de maintenant.

Peu importe, me voilà parti en direction de la machine à café. Si je me presse assez j'y serais avant 9h. On ne le réalise pas forcément vu de l'extérieur mais le ministère est une véritable fourmilière. Espérons que je ne tombe pas sur Stewart, je n'ai ni le temps ni l'énergie de lui accorder ne serait-ce un regard. J'ai beau marché à vitesse régulée, je ne vois toujours pas la fin de ce couloir. Si bien que je me surprends à étouffer un bâillement dans le creux de ma main et tandis que j'accélère le pas un bruit de fond pique ma curiosité. On aurait dit un glapissement de petite fille. J'atteins enfin la machine à café mais je ne suis pas seul. Rien d'étonnant puisque cela n'arrive jamais. Très vite ma main extirpe une poignée de pièces d'un pan de mon pantalon.

Ma pièce épouse maladroitement la fente de la machine, celle-ci dégringole dans un bruit de métal. J'ai l'impression que mon visage a été placé entre les mâchoires d'un étau. Mon index exerce une pression sur un bouton ... Au hasard. Tant-pis pour le cappuccino du moment qu'il y a de la caféine. Très vite la machine se met en route dans un vrombissement d'enfer alors je me retourne et ceint la pièce du regard. Elle est toujours là, elle et sa chevelure immaculée. Ça me fait penser qu'il faudrait peut-être que j'entretienne la mienne, de chevelure. On pourrait me confondre avec un Porc-épic. Je devrais sans doute la saluer ou sinon on m'accusera encore d'être une porte de prison.


Ma bouche forme un "O" mais aucun mot ne veut sortir. Je fronce les sourcils et dans un raclement de gorge prononce finalement ce mot qui me déchire les lèvres.


"Salut"


Je m'empare enfin de mon gobelet, bouillant de fumée. Celui-ci manque de m'embraser la main. Je ne me souviens pas d'avoir appuyé sur le bouton "Supplément lave". Enfin, me voilà devant cette table. À côté de cette fille à la main étonnamment rosée.
Codage par Libella sur Graphiorum




Anonymous
Invité
profil +
Message
Re: Autour d'un café   Autour d'un café EmptyVen 2 Nov 2018 - 23:44

Autour d'un café

La jeune fille ne but pas immédiatement son café. Elle continua de le fixer, avec cette même bouille d'enfant boudeur. Déjà qu'elle n'aimait pas de base...

Elle resta comme ça, sans bouger, l'air sûrement un peu effrayante. Ses yeux étaient vide d'absolument toute émotions, ne reflétait plus rien. L'heure n'avait plus aucune importance, elle semblait plongée dans ses pensées. Ce qui était faux, bien sur. La jeune fille était même trop fatiguée pour avoir dans son esprit quoi que ce soit ressemblant de près ou de loin a une pensée cohérente. Il lui semblait que son cerveau avait décidé de prendre son indépendance et de partir en congés, sans l'accord de la boîte crânienne dans laquelle il résidait.

Yseul soupira en se remettant droite, essayant de rassembler ses pensées. Elle secoua légèrement sa tête, faisant glisser sa crinière de cheveux decolloréssur le tissue de sa robe de sorcière. Le bruit qui en résultait était relativement agréable, ressemblant à un mélange être le clapotement de l'eau et le bruissement des feuilles d'arbres dans le vent, et la jeune fille aurait sûrement continué si elle n'était pas autant blasée.

Elle remarqua soudainement un homme, qui venait sûrement d'arriver. Enfin, peut être pas, mais Yseul ne s'était pas apperçut de sa présence jusqu'à maintenant.

Le mot qui semblait le plus approprié pour décrire l'homme était "barbu", le second "massive" et le dernier "gênant". En effet, celui-ci la regardait étrangement, la bouche ouverte en un parfait rond comme si il voulait dire quelque chose.

-Salut.

Enfin, les mots semblèrent sortir avec difficulté de la gorge du dit barbu. Yseul sourit doucement alors que l'homme prenait son gobelet, comme pour cacher sa gêne. De la même manière que la jeune fille, il sembla se brûler ce qui l'a rassura légèrement.

-Bonjour... Finit-elle par répondre d'une voix douce, presque rassurante.

Elle avait envi de mettre l'homme un peu plus a l'aise, lui qui était visiblement peu habitué aux contacts humains.
Codage par Libella sur Graphiorum




Anonymous
Invité
profil +
Message
Re: Autour d'un café   Autour d'un café EmptySam 3 Nov 2018 - 12:51


Autour d'un café
Pour apaiser la douleur de ma paume et de mes doigts, j'y place mes lèvres comme une ventouse autour de la partie touchée par la chaleur du gobelet. Espérons qu'une cloque ne s'y forme pas. C'est douloureux ces machins-là. Mon regard passe alors du godet à l'enfant et de l'enfant au godet. Elle me paraît plutôt jeune pour être ici. J'ôte ma main de ma bouche et ose à peine regarder ce qu'il reste de ma paume. C'est à peine rouge. Tant mieux, je la frotte aussi vite contre la rigidité de mon jean pour retirer toute trace de bave. Mes phalanges roulant machinalement contre mes lèvres pincées, exerçant de petites pressions ici et là, j'empoigne ma baguette et d'un mouvement de poignet ciblé sur la boisson énergisante la cuillère en plastique s'anime d'elle-même et se met à dessiner des cercles ronds et précis afin d'en touiller le contenu. Avec tout ça j'ai toujours mal au crâne. D'autres sorciers finissent par se joindre à la machine café, dont Stewart. Je redresse mes épaules et fait le dos rond, menton baissé. Je triture mes doigts et cherche de l'aide du regard.

Mes yeux s'attardent sur la midinette qui ne semble pas plus causante que moi, je lui souris. Ou du moins je tente d'arborer une tentative de sourire. Ça ressemble plus à une grimace qu'à autre chose. Je me me penche à peine pour que mes paroles ne soient perceptibles que par elle. Je m'abstiens finalement et reprends ma place initiale. Faites qu'il ne m'ait pas vu, faites qu'il ne m'ait pas vu. J'entends mon nom dans un éclat de voix. Il va falloir que je me le farcisse. Je me retourne donc vers le petit homme maigrelet couvert de pelades. Celui-ci me tend une main squelettique pour me saluer. Je l'effleure et fais en sorte de ne pas faire montre de répugnance. Il ouvre la bouche, sans doute pour déblatérer sur un de nos collègues, ses dents jaunâtres qui menacent de tomber me retournent l'estomac. Je fais semblant de l'écouter, acquiesce à tout ce qu'il dit et enserre mon gobelet encore chaud entre mes griffes. Du café dégouline de ma moustache. Il se bidonne.

« Et comment va ta fille ? » me fait tiquer de l'oreille.

Comment va ma fille ? Je le fixe, le regard éteint. J'essaie de me contenir et de ne pas paraître grossier et me contente de lui donner le peu de nouvelles que j'ai d'elle. Au bout d'un instant il retourne près de la machine à café, interpellé par un autre employé. Je souffle, il n'est jamais trop tôt pour une petite dose de Vodka. Je dévisse la fiasque qui se trouvait jusqu'alors dans la poche de mon pantalon et plaque le goulot aux prémices de ma bouche. Je souffle de nouveau. Je n'en suis qu'à la moitié de mon café. Je grimace et agence mes coudes à même la table, recroquevillé mais debout. Mon mal de tête s'intensifie.
Codage par Libella sur Graphiorum




Anonymous
Invité
profil +
Message
Re: Autour d'un café   Autour d'un café EmptySam 3 Nov 2018 - 14:51

Autour d'un café


La jeune fille fronça les sourcils. Cet homme était réellement étrange. Déjà, il ne semblait pas appartenir a ce monde. Il avait l'air trop fatigué, trop triste pour être vivant. Il aurait tout aussi bien eut sa place dans un cimetière.

Mais ce n'était pas ça que la jeune fille trouvait le plus étrange chez lui. C'était plus sa façon de l'avoir ignoré. Il avait engagé la conversation en premier, et elle lui avait répondu. Si il avait eut l'air pendant quelque seconde de vouloir lui dire quelques mots, il s'était vite redressé pour l'ignorer, tout simplement. Il avait préféré discuter avec un de ses collègues, visiblement.

Pourtant, même avec ce nouveau venu, les mots ne semblaient pas naturel. Comme si il se cachait derrière des formules de politesse pour ne pas crier a l'autre qu'il le détestait, qu'il le degoutait.

Prenant une gorgée de café, Yseul se rendit compte qu'elle était vraiment indiscrète et malsaine à les écouter comme ça. Elle ne put pourtant s'empêcher de tendre l'oreille en entendant l'autre parler de la "fille" du barbu.

Donc cette homme était un père. C'était étrange qu'il eût l'air si mélancolique alors qu'il avait une famille...
Elle ne pouvait pas le savoir, elle, du haut de ses jeunes 19 ans, mais la grande majorité des pères de famille semblait heureux. D'apparence, en tout cas.

Se rendant compte qu'elle s'était remis à les écouter, son visage naturellement blanc vint de coloré d'une couleur rosé au niveau des joues et elle vint jouer avec une mèche de ses longueurs décolorées nerveusement.

Cette situation était vraiment gênante. L'ambiance dans la salle était froide, malgré la multitude d'employés qui passaient, constamment en mouvement. Lorsque l'homme arrêta de parler et s'éloigna pour prendre le temps d'un autre employé, elle sentit le rouge s'intensifier sur ses joues. L'homme restant, le grand barbu était réellement intimidant. Très intimidant.

Yseul s'arrangea pour regarder ailleurs, plongeant son regard doux dans le reste de sa boisson. Elle comptait rester comme ça jusqu'à ce que l'autre parte, lorsqu'elle sentir l'odeur forte d'un alcool.

Elle leva la tête, le nez froncé dans une adorable petite grimaçe et regarda longuement l'homme qui buvait. Il semblait réellement en proie à la tristesse, et l'empathie d'Yseul l'obligeait a intervenir.

-Vous ne devriez pas boire, monsieur...

Ça voix était douce, appaisante. Elle ne voulait en aucun cas donner l'impression à cet homme qu'elle lui faisait la morale, loin de la. Elle voulait juste... L'aider.

Un sourire incroyablement gentil vint se peindre sur son visage tendit qu'elle posait sa main - celle qui était intacte - sur la main de l'homme -encore celle qui était intacte.

Codage par Libella sur Graphiorum




Anonymous
Invité
profil +
Message
Re: Autour d'un café   Autour d'un café EmptySam 3 Nov 2018 - 19:41


Autour d'un café
Les ricanements incessants de Stewart n’arrangeaient en rien mon mal de crâne. Il était là, à se pavaner tel un coq déplumé. Je grince des dents. Le mélange de café et de vodka me fait réprimer un rot tandis que la midinette persiste à m'aviser du haut de son petit mètre. Elle ressemblait à une matriochka avec ses joues empourprées. Je songe un bref instant à ma fille, un soupir se dérobe de ma bouche pincée. Je fronce le nez pour ravaler les larmes qui menacent de couler. Je me saisis de ma fiasque et en verse le contenu dans mon café. Autant faire d'une pierre deux coups. Au moins j'aurais la pêche, et l'abricot. Je me gausse mais voilà que la petite se met à causer.


« Vous ne devriez pas boire monsieur. »


Du miel pour mes oreilles. Même la caresse d'une plume n'est pas aussi douce. Je lui souris et acquiesce d'un battement de paupière. Ma petite potion en main, je l'avale goulûment. Ne laissant qu'une infime couche de café au fond du godet.

« Mon médecin me l'a prescrit. » Que je lui dis. Je me doute bien qu'elle n'est pas dupe pour un sous mais bon. C'est marrant de se foutre de la gueule des gamins de temps en temps. À mes mots, Stewart étouffe un rire. D'autres collègues le suivent et la pièce se transforme bientôt en un rire général. Je sais, je suis un poivrot. Mais au moins je me suis lavé aujourd'hui. Je respire à pleins poumons, l'iris de mes yeux se plantent sur la gamine aux cheveux immaculés. Elle aussi me juge. Un de plus un de moins. De toute façon je n'ai pas à me justifier. Je bois si je veux. Ça me fait du bien et c'est le meilleur remède que j'ai trouvé pour noyer mes idées noires.

« Et toi, tu ne devrais pas boire tant de café. Ce n'est pas bon, surtout pour ton âge. Tu as quoi, 16 ans ... » Je finis par ajouter, mon accent commençait à me trahir. J'étais un véritable cliché sur pattes.

Je lui tourne le dos et m'en vais en direction de la poubelle pour y jeter mon gobelet. Je m'étire de tout mon être. Je ne m'en suis pas tout de suite aperçu mais en levant, j'avais fait tomber derrière moi un petit papier plié en quatre. J'emboîte le pas direction la sortie, évitant soigneusement de mêler mon regard à celui de Stewart. Je hoche toutefois la tête pour saluer la petite souris.
Codage par Libella sur Graphiorum




Anonymous
Invité
profil +
Message
Re: Autour d'un café   Autour d'un café EmptyDim 4 Nov 2018 - 13:13

Autour d'un café


La jeune fille eut l'air encore plus perdu devant l'attitude de l'homme.

Elle n'avait vraiment rien dit de mal. Elle ne cherchait pas à être méchante, elle ne voulait en aucun cas l'humilier devant ses collègues. En plus, elle n'avait pas besoin de faire grand chose, il semblait assez bien se débrouiller pour faire rire ses collègues à ses dépens.

Alors pourquoi essayait-il de se moquer d'elle? Une prescription de son médecin... C'était absolument ridicule. Il devait vraiment avoir une bien basse opinion de lui même pour se rabaisser à de telles moqueries...

La jeune fille, qui venait de se découvrir susceptible, reprit un air neutre et tâcha de l'ignorer. Elle replongea dans sa boisson, essayant de pas avoir l'air trop dégouté. L'homme en face, le barbu, avait mélangé deux des pires choses dans un même verre. De l'alcool et du café.

Elle finit rapidement sa boisson, et eut une petite grimaçe de dégoût tout à fait adorable. C'était vraiment étrange qu'une boisson si mauvais réveille, ou du moins empêche de dormir les gens.

-Et toi, tu ne devrais pas boire tant de café. Ce n'est pas bon pour ton âge. Tu as quoi, 16 ans...

Là, Yseul tiqua. Sérieusement ? Elle savait qu'elle avait l'air jeune, mais à ce point la? Cet homme ne devait vraiment pas tenir l'alcool... Qu'est ce qu'une gamine de 16 ans ferai au ministère de la magie? En plus, il avait commencé à prendre un petit accent. Russe, ou du nord, du moins.

Bizarres, la jeune fille n'avait aucun mal à l'imaginer venir de là bas. Il était grand, barbu, assez musclé et buvait. Un vrai stéréotype sur jambes, mais bon. Il forçait un peu aussi.

Elle ne répondit pas. Dans tous les cas, elle n'avait pas eut l'impression que c'était une question, et l'homme était parti. Oh, la jeune fille était loin d'avoir de méchantes pensées pour lui, mais elle se sentait un peu plus à l'aise...

Elle n'apperçut le bout de papier qu'une fois l'homme dehors. Personne ne semblait vouloir se dévouer pour lui ramener, alors Yseul soupira et alla s'en emparer. Elle ne regarda même pas l'intérieur. Ça ne la regardait pas, et elle n'en avait rien a faire.

En sortant de la salle, elle en profita pour jeter le gobelet dans ce qui ressemblait le plus à une poubelle, et s'élança à la poursuite de l'homme. Ce n'était vraiment pas difficile de le repérer...

-He, Monsieur le barbu !

Encore une fois, la jeune fille ne pensait pas à mal. C'était juste sa spontanéité qui parlait, peut être un peu vexante.

Une fois en face de lui, elle tendit le papier à l'homme en le regardant droit dans les yeux.

-Vous avez fait tomber ça... Et j'ai 19 ans, pas 16 ans.

Codage par Libella sur Graphiorum




Anonymous
Invité
profil +
Message
Re: Autour d'un café   Autour d'un café EmptyMar 27 Nov 2018 - 12:05


Autour d'un café
J’avais tout d’un automate à présent. Mes gambettes, aussi raides que des baguettes, me menaient instinctivement jusqu’à mon bureau. Je n’avais aucun contrôle sur elles et plus je m’enfonçais dans le couloir infini, plus je repensais à ce que venait de dire ce crétin de Stewart. Kali m’a promis qu’elle me laisserait passer du temps avec Ally cette semaine. Nerveusement je commence à frictionner la peau de ma nuque du bout des doigts. Les larmes se mettent à poindre à leur tour. Commence pas à pleurer Arwel, c’est pas le moment. J’efface du revers de la main mes joues humides quand un éclat de voix m’arrache de mes pensées.

« Hé, monsieur le barbu ! »

La midinette est là. Hors d’haleine en plus. Je la surplombe aisément et de quatre têtes au moins. Dans sa main elle tient un papier plié en plusieurs parties. Je cille. Quel con ! Je le lui arrache des pattes, un peu virulent dans le geste. Je bigle. Sans même avoir le temps d’ouvrir la bouche, elle surenchérit derrière en se justifiant.

« Vous avez fait tomber ça… Et j’ai 19 ans, pas 16 ans. »

Ça reste une matriochka à mes yeux. 19 ou 16 ans, la belle affaire. C'est une gamine. Le silence se prolonge. On se regarde dans le blanc des yeux. Je ne l’aide en rien. Je finis par ouvrir la bouche après de longues secondes qui me paraissaient comme des minutes.

« D’accord. Je te remercie de m’avoir ramené ça. » J’ajoute enfin tout en serrant le papier dans le creux de ma main. Mon regard ne lâche pas le sien. Le silence prend ses aises et finit par bien s’installer entre nous. Je devrais peut-être lui demander ce qu’elle fait ici. Peut-être qu’elle me lâchera la grappe après. Je me racle la gorge et profère la phrase suivante.

« T’es la fille de quelqu’un ici ? À ta place je retournerais auprès d’eux. »
Codage par Libella sur Graphiorum




Anonymous
Invité
profil +
Message
Re: Autour d'un café   Autour d'un café EmptyVen 30 Nov 2018 - 11:30

Autour d'un café


La blonde n'avait pas arrêté de se sentir mal à l'aise depuis le début de sa rencontre avec l'homme. Elle ne savait pas pourquoi elle partait à sa poursuite. Ce mot, elle pouvait simplement le laisser tomber et l'oublier. Ce n'était pas de sa faute si il l'avait fait tomber, et il aurait put être un peu moins violent pour le récupérer. Ce n'était pas comme si elle l'avait volé ou autre...

Pendant quelque instant, il l'a regarda dans les yeux, sans rien dire. Cet homme semblait posséder un certain talent pour installer des malaises et des blancs. Yseul sentit le sang affluer vers son visage, et ses joues prirent une jolie couleur rosé alors qu'elle attendait qu'il dise quelque chose.

-D'accord. Je te remercie de m'avoir ramené ça.

Elle haussa ses sourcils en baissant le regard. C'etait inatendu. Il savait donc parler normalement, sans être désagréable ou genant.

Gonflant légèrement ses joues, elle se mit à jouer avec ses doigts, en silence et sans bouger. Elle ne savait absolument pas quoi faire dans se genre de situation. Cet homme, complètement introverti, ne semblait pas décidé à dire quoi que ce soit

-T'es la fille de quelqu'un ici? A ta place je retournerai auprès d'eux.

Elle lâcha un soupir de lassitude. C'était fatiguant... Elle en avait mare qu'on lui demande où était ses parents, si elle était perdu et autre. Elle avait déjà essayé de se maquiller pour avoir l'air plus mature, mais les gens avaient juste rigolé parce qu'elle était "trop mignonne".

-Vous faite exprès?Fit elle en fronça les sourcils, dans une expression de pseudo colère qui ne pouvait juste pas être crédible.Je travaille ici.

Pendant cinq secondes, elle ne dit pas quoi faire, et se mordit la lèvre en le regardant avec un air méprisant. Puis elle décida que cet homme était trop bizarre pour qu'elle reste plus longtemps.

-Au revoir. Dit elle sèchement en partant, toujours polie

Codage par Libella sur Graphiorum




 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» Le pot de mayonnaise et les deux tasses de café...
» [Foot en Herbe] Le café du mercato en herbe
» Réflexion autour d'un repas [PV]
» S1E2 : Autour d'un bon café (Satya)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Magic Never Dies :: 
L'élite & les rouages
 :: Ministère de la Magie :: Atrium
-


Sauter vers:  
Sept. 2006
1ère partie

Plan du forum